Selon la banque CIBC, il est nécessaire pour le Canada de moderniser ses infrastructures de transport pour aller à la conquête du marché international et multiplier ses gains. Photo : Kinder Morgan

Les infrastructures de pipelines du Canada anachroniques freineraient les exportations

Share

La Banque CIBC décrie l’état de désuétude des infrastructures de pipelines canadiens qui seraient à l’origine de pertes importantes de marchés pour le pays. Le Canada ne serait pas en mesure de vendre son pétrole en Asie ou ailleurs, comme le fait son voisin, les États-Unis, à cause du piètre état de ses infrastructures de transport.

Capacité des pipelines insuffisante pour les prochaines années

Alors que le secteur pétrolier est en pleine ébullition, enflammé par les prix qui ne cessent de grimper depuis quelques mois, après des moments de décroissance profonde, le Canada gagnerait à moderniser ses infrastructures de pipelines pour les arrimer aux exigences du moment et mieux tirer profit de l’embellie, surtout si le secteur prospère de façon durable.

Le marché sur le continent américain s’annonce certes peu prometteur, la demande étant en baisse, notamment du côté des États-Unis.

Malgré tout, le Canada devra se doter d’équipements qui lui permettront d’explorer de nouvelles avenues. L’Asie se positionne désormais comme une partenaire de choix dans ce sens, car sa demande en pétrole ira croissante au cours des prochaines années.

Le principal handicap qui freinerait la conquête de ce nouveau marché se situe autour de la qualité des infrastructures au pays.

Le nouveau rapport de Marchés des capitaux CIBC indique que les États-Unis ont presque éliminé leur besoin d’énergie importée et ont gagné des parts de marché à l’étranger, mais que le Canada, quant à lui, continue de devoir compter sur le marché américain. « Il existe un besoin réel et urgent de trouver une façon durable de faire parvenir le pétrole canadien aux marchés asiatiques, sur la côte du golfe du Mexique, dans l’est du Canada et sur la côte est des États-Unis […] comme le transport ferroviaire ne peut pas être la solution ultime et permanente, les pipelines restent la seule option raisonnable pour acheminer le pétrole canadien aux marchés mondiaux. »

Des canalisations de Trans Mountain près d’Edmonton Photo : La Presse canadienne/Jonathan Hayward

Propos de Benjamin Tal, économiste en chef adjoint, Andrew Grantham et Katherine Judge, économistes, CIBC
Les infrastructures de pipelines actuelles au Canada sont conçues pour répondre davantage aux besoins du passé qu’à ceux du présent, et ne répondront certainement pas aux besoins futurs.

Ils indiquent aussi que les recettes perdues se sont élevées à 12 milliards de dollars canadiens au cours des cinq dernières années et qui pourraient atteindre 15 milliards d’ici à 2019.

Cela, en plus des « coûts associés aux recours croissants au transport ferroviaire onéreux et de la diminution des investissements ».

Même si la Ligne 3 et le pipeline Keystone XL augmenteront les capacités et auront un effet bénéfique sur la faiblesse du prix du pétrole canadien d’ici à 2021, le rapport mentionne que « les mesures que nous prendrons pendant ce temps contribueront à façonner l’avenir du secteur énergétique au Canada ».

Contexte marqué par la controverse autour du projet Trans Mountain

Ce projet avait été approuvé en 2016 par le gouvernement fédéral, dans le but de tripler la capacité de l’oléoduc, pour lui permettre de transporter l’équivalent de 900 000 barils de bitume dilué, de pouvoir exporter vers l’Asie et réduire ainsi sa dépendance avec les États-Unis.

L’expansion du projet tarde à se concrétiser. Elle se heurte à diverses oppositions, tant des Premières Nations que de la Colombie-Britannique, qui souhaite réduire la quantité de matières inflammables transitant sur son territoire.

Des manifestants contre la construction du pipeline de Kinder Morgan bloquent le terminal maritime Westridge à Burnaby. Photo : CBC/Gian-Paolo Mendoza

Selon le rapport, le débat sur le projet d’expansion du réseau de Trans Mountain ne concerne pas le présent, mais bien le futur. Même si les capacités augmentent au cours des prochaines années, le secteur pétrolier du Canada continuera à faire face à d’importantes congestions des pipelines et à des coûts connexes croissants. L’expansion du réseau de Trans Mountain contribuera à augmenter suffisamment la capacité pour atténuer ce problème. Plus important encore, ce réseau est la seule option qui permettra au pétrole canadien de moins dépendre du marché américain saturé et de se frayer un chemin dans des marchés à croissance beaucoup plus rapide.

Attirer des investissements dans l’industrie pétrolière

L’économie du Canada est portée par son secteur énergétique et son avenir repose davantage sur ce secteur.

La concurrence avec les États-Unis sur le marché de l’exportation s’annonce rude dans les prochaines années.

Pour tenir et aller vers de nouveaux débouchés, le Canada doit trouver les moyens d’attirer plus d’investisseurs dans le secteur, recommandent les économistes de la CIBC.

Cela passe par l’accroissement des investissements en infrastructures, notamment dans des modes de transport plus efficients.

C’est ce qui rendra la destination canadienne plus attrayante aux yeux des investisseurs.

« Ces derniers temps, grâce à sa croissance et à sa situation politique relativement stables, le Canada est perçu comme un bon endroit où investir. Toutefois, des retards supplémentaires dans des projets importants pourraient nuire à cette réputation, ce qui aurait une incidence sur les investissements des entreprises, tant au sein du secteur énergétique, que de l’économie en général. » – Benjamin Tal, Andrew Grantham et Katherine Judge

SOURCE CIBC – Recherche économique

Lire aussi :

Le pipeline Trans Mountain et « l’intérêt national »

Victoria demande à la Cour de clarifier son droit de réglementer le transport du pétrole

Justin Trudeau réitère son appui au projet Trans Mountain

« Trans Mountain ne sera jamais construit », promet un chef autochtone

La C.-B. dénonce le désir de l’Alberta de limiter ses exportations de pétrole
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*