Les femmes : ces damnées de l’univers professionnel, victimes du bradage salarial

Égalité salariale hommes-femmes est loin d'être atteinte. Photo Credit: iStock

Les femmes : ces damnées de l’univers professionnel, victimes du bradage salarial

Share

On ne le dira jamais assez : à compétences égales, les femmes continuent d’être payées au rabais par rapport aux hommes. L’Institut de la statistique du Québec fait état d’un écart de 9000 $ dans la province entre le revenu d’emploi médian des femmes et celui des hommes chez les personnes travaillant à temps plein toute l’année.

Une tendance salariale plus influencée par le genre que par la qualification et la compétence

L’analyse faite par niveau de compétence, en prenant en considération les exigences académiques pour distinguer les emplois les plus qualifiés, qui exigent une formation universitaire (professionnels ou gestionnaires), de ceux qui sont les moins qualifiés, permet d’observer les plus grandes différences, relève Luc Cloutier-Villeneuve, analyste en statistiques du travail, à l’Institut de la statistique du Québec.

Luc Cloutier-Villeneuve, analyste en statistiques du travail, à l’Institut de la statistique du Québec Photo : France Lozeau

Les revenus sont plus élevés dans les postes de direction, mais aussi chez les professionnels dans le domaine de la santé ou dans l’enseignement, avec des écarts pouvant aller même jusqu’à 15 000 $ entre les femmes et les hommes.

Entre les professeurs d’université, ces écarts peuvent frôler les 23 000 $. Même situation chez les enseignants au niveau postsecondaire.

Les différences données en dollars et non en pourcentage comme c’est le cas le plus souvent, sur le revenu d’emploi brut annuel, permettent d’avoir une vision plus concrète des disparités.

Écoutez

Une femme travaille à l’ordinateur. Photo : iStock

Des différences très minimes dans certaines professions

C’est le cas en ce qui concerne les monteurs de lignes d’électricité et des télécommunications. Les femmes occupant cette fonction ont déclaré un salaire annuel de plus de 64 064 $ contre 64 564 $ chez les hommes en 2015. La différence apparaît bien mince, note, M. Cloutier-Villeneuve, qui observe par ailleurs qu’il s’agit d’un métier à forte dominance masculine, les femmes ne représentant que moins de 5 % de l’ensemble des effectifs.

C’est grâce aux données du recensement de Statistique Canada, sur un échantillon d’environ 20 % de la population canadienne que l’analyse a été réalisée. C’est un bassin très important de personnes qui ont été contactées par voie de courrier ou par Internet pour ce recensement, note M. Cloutier-Villeneuve.

Les analystes ont aussi demandé des indicateurs de qualité qui permettent la robustesse des données statistiques ayant permis de bien cerner les différences salariales entre les hommes et les femmes travaillant à temps plein durant toute l’année dans différentes filières.

Les grandes lignes de l'analyse
En 2015, le revenu d’emploi médian des Québécoises travaillant à temps plein toute l’année s’établit à environ 42 400 $, tandis que celui des Québécois se fixe à environ 51 600 $, pour un écart de l’ordre de 9000 $.
67 professions sont analysées et elles couvrent près de 85 % des personnes travaillant à temps plein toute l’année au Québec en 2015.
Dans l’ensemble des professions, les femmes représentent environ 45 % de l’effectif des personnes travaillant à temps plein toute l’année, soit à raison de 30 heures ou plus par semaine et habituellement de 49 semaines ou plus par année.
Le tiers des 67 professions analysées présente un écart de revenu d’emploi médian de 10 000 $ ou plus à l’avantage des hommes, en 2015.
On trouve le plus souvent des écarts de revenu supérieurs à 10 000 $ dans les professions de gestion et celles du niveau de compétence A (formation universitaire).
Même écart pour certaines professions dans les niveaux de compétence B (formation collégiale) et C (formation de niveau secondaire).
Aucune des professions analysées ne révèle une situation de revenu qui soit à l’avantage des femmes.
Les niveaux horaires et le temps de travail expliquent ces différences salariales.
À lire aussi :

Le budget Morneau ouvrira la voie à l'équité salariale au fédéral

La Vérif : malgré 30 ans de promesses, l’inégalité salariale persiste au fédéral

Égalité homme-femme : l’écart salarial se creuse, selon le Forum économique mondial
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*