Les jeux vidéos peuvent-ils créer une dépendance ?

Le trouble du jeu vidéo fait désormais partie de la liste des maladies mentales de l'OMS

Le trouble du jeu vidéo déclaré maladie mentale par l’OMS

Share

Jouer compulsivement aux jeux vidéo est désormais considéré comme une maladie mentale. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’avait promis en janvier, c’est maintenant chose faite. En date du 18 juin, le trouble du jeu vidéo a été ajouté à la Classification internationale des maladies (CIM).

La classification du « trouble du jeu » comme condition spécifique, selon l’OMS, devrait servir un objectif de santé publique pour que les pays soient mieux préparés à gérer ce problème. Ils vont pouvoir mieux planifier leurs stratégies de santé publique et mieux surveiller les tendances de la maladie.

Shekhar Saxena, directeur du département de santé mentale de l’OMS, indique que l’organisation dispose de suffisamment de preuves scientifiques pour considérer le trouble du jeu comme un nouveau problème de santé mentale. En plus, il y a « du besoin et de la demande pour des traitements dans de nombreuses régions du monde ».

Deux fillettes jouent aux jeux vidéo
Il existe des critères pour distinguer un joueur compulsif des autres, selon l’OMS. © iStock

Jean-François Biron de la Direction régionale de la santé publique de Montréal

L’OMS décrit le trouble du jeu vidéo comme un comportement caractérisé par une « perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables ».

Toutefois, pour qu’une personne reçoive un diagnostic de dépendance aux jeux vidéo, précise l’OMS, elle doit manifester un comportement assez sévère au point de nuire sérieusement à ses activités tant personnelles, sociales que professionnelles et se manifester clairement sur une période d’au moins 12 mois

Jean-François Biron, chercheur à la Direction régionale de la santé de Montréal réagit à la décision de l’OMS.

Écoutez

Un tournant

La décision de l’OMS de considérer le trouble du jeu vidéo comme une maladie mentale constitue à coup sûr une avancée dans la perception de ce trouble. Certes, de nombreux chercheurs ont déjà indiqué qu’une partie importante des joueurs peuvent effectivement être accros. Mais la reconnaissance formelle de la plus grande instance internationale en matière de santé que cette dépendance est un problème de santé constitue un moment décisif pour le traitement et pour les joueurs.

Un jeune homme est concentré sur son jeu vidéo
Des intervenants en cyberdépendance se félicitent des clarifications de l’OMS. © g-stockstudio

À l’instar de Jean-François Biron, d’autres chercheurs et intervenants se sont félicités de la nouvelle classification de l’OMS, affirmant qu’il était essentiel d’identifier rapidement les personnes qui ont une dépendance aux jeux vidéo, car ce sont généralement des adolescents ou de jeunes adultes qui ne cherchent pas d’aide eux-mêmes.

« Nous rencontrons des parents qui sont désemparés, non seulement parce qu’ils voient leur enfant abandonner l’école, mais parce qu’ils voient s’effondrer toute une structure familiale », a déclaré Henrietta Bowden-Jones, une porte-parole du Royal College of Psychiatrists du Royaume-Uni qui n’était pas partie prenante dans la décision de l’OMS.

Risque de stigmatisation?

Selon Mme Bowden-Jones, les dépendances aux jeux sont généralement mieux traitées avec des thérapies psychologiques. Mais certains médicaments pourraient également fonctionner. Reste que, selon une porte-parole de la Société britannique de psychologie, seule une minorité de joueurs seront affectés par le trouble. Joan Harvey redoute que la nouvelle désignation ne cause des inquiétudes inutiles aux parents.

« Les gens doivent comprendre que cela ne signifie pas que chaque enfant qui passe des heures dans sa chambre à jouer à des jeux est un toxicomane, sinon les médecins vont être inondés de demandes d’aide », précise-t-elle.

Jusqu’à tout récemment, l’Association américaine de psychiatrie ne considérait pas que le trouble du jeu vidéo soit un nouveau problème de santé mentale. Dans une déclaration précédente, l’Association expliquait qu’on était en présence d’« une condition justifiant plus de recherches cliniques et d’expériences avant d’être considérée pour l’inclusion » dans son propre manuel de diagnostic.

Deux fois par semaine une quarantaine de personnes se rassemblent à l’Université de Calgary ou Mount Royal pour jouer aux jeux vidéo.
Tout en relevant les risques, les chercheurs se gardent de considérer le jeu vidéo comme une activité dangereuse. © Radio-Canada

Une légitimation salutaire

L’Association estime par ailleurs qu’une grande partie de la littérature scientifique sur les joueurs compulsifs est basée sur des preuves issues de l’observation de jeunes hommes asiatiques. « Les études suggèrent que lorsque ces individus sont absorbés dans des jeux en ligne, certaines portions dans leur cerveau sont activées de la même manière directe et intense que le cerveau d’un toxicomane est affecté par une substance particulière, a expliqué l’association en 2013. Le jeu provoque une réponse neurologique qui influence les sentiments de plaisir et de récompense, et le résultat, à l’extrême, se manifeste comme un comportement addictif. »

Mark Griffiths, qui étudie le concept du trouble du jeu vidéo depuis 30 ans, est d’avis que la nouvelle classification aidera à légitimer le problème et à renforcer les stratégies de traitement. « Le jeu vidéo est une sorte de pari non financier d’un point de vue psychologique, a dit le Dr Griffiths, qui enseigne à l’Université de Nottingham Trent en Grande-Bretagne. Les joueurs utilisent l’argent comme un moyen de garder le score, alors que les joueurs utilisent des points. »

M. Griffiths croit que le pourcentage de joueurs de jeux vidéo ayant un problème compulsif serait inférieur à 1 % et que plusieurs de ces joueurs auraient probablement d’autres problèmes sous-jacents, comme la dépression, le trouble bipolaire ou l’autisme. Il a rappelé que les jeux vidéo, pour la grande majorité des gens, sont une question de divertissement et de nouveauté, comme en témoigne la popularité de jeux comme Pokemon Go.

« Vous avez ces explosions courtes et obsessionnelles. Eh oui, les gens jouent beaucoup, mais ce n’est pas une dépendance », a-t-il dit.

Quoi qu’il en soit, Shekhar Saxena de l’OMS soutient que les parents et les amis des amateurs de jeux vidéo devraient toujours être conscients que la dépendance aux jeux est un problème potentiellement dangereux.

(Avec Associated Press, l’AFP et l’OMS)

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Internet et technologies, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*