Le premier autobus électrique à réussir le nouvel essai de nature « réussite/échec » de la FTA à Altoona : le Nova Bus LFSe (Groupe CNW/NOVA BUS)

Nova Bus LFSe, véhicule électrique canadien, réussit le test de la FTA américaine et peut s’exporter au pays de Trump

Share

Le constructeur d’autobus urbain Nova Bus a annoncé que son autobus électrique, Nova Bus LTSe, a réussi haut la main le nouveau test « Réussite/Échec », de la Federal Transit Administration (FTA) américaine. C’est une excellente nouvelle dans la mesure où il s’agit du premier autobus de la compagnie canadienne à réussir ce test obligatoire pour  toute entreprise étrangère spécialisée dans la fabrication de ce type de véhicule.

Une nouvelle exigence fédérale depuis 2016

L’autobus du constructeur canadien a obtenu la note de 80 %, dans le cadre de ce test hautement exigeant. Il pourra ainsi avoir le privilège d’être vendu sur le marché américain. Il s’agit d’un marché devenu de plus en plus exigeant, avec des revendications allant parfois à l’encontre des règles du commerce international.

Maxime Ouellet, chef du programme de développement de l’autobus électrique Nova Bus Crédit : Nova Bus

Les tests ont été effectués à Altoona en Pennsylvanie. Compte tenu du fait que l’achat des autobus électriques, dans le secteur public, sur le sol américain, est financé avec des fonds fédéraux, les contrôles sont stricts et obligatoires pour toute entreprise spécialisée dans la fabrication de ce type de véhicule.

Il s’agit de tests de routines qui se sont toujours faits aux États-Unis, dont les règles se sont resserrées il y a deux ans, et c’est la première fois qu’un autobus électrique les réussit en Amérique du Nord.

Une question de fiabilité et de sécurité

L’analyse faite sur les autobus électriques se veut objective et détaillée, selon les experts du programme d’Altoona. Ce programme met l’accent sur la performance et la sécurité des autobus urbains. Leur fiabilité est un gage de confiance et de tranquillité d’esprit, car il y va de la sécurité des usagers.

En ce qui concerne le modèle canadien LFSe, les éléments qui favorisent le passage de la batterie de tests américains sont, entre autres :

  • sa fiabilité;
  • sa durabilité;
  • le fait qu’il ait effectué les 24 000 km nécessaires en 195 jours, dont 320 km par jour.

Selon Maxime Ouellet, le chef du programme de développement du modèle LFSe, il s’agit d’une performance remarquable pour un autobus électrique. C’est pratiquement une performance inégalée jusqu’à présent. C’est la fiabilité et la disponibilité des services de cet autobus qui sont confirmées, car cela démontre une plus grande autonomie après la charge qui se veut rapide (en moins de 3 minutes) et efficace.

Les résultats prouvent aussi, de l’avis de M. Ouellet, une plus grande sécurité du modèle LFSe qui a démontré beaucoup de stabilité, notamment lors de changements de voie doubles, et obtenu les meilleures distances de freinage dans sa catégorie.

M. Ouellet présente l’optimisation de la taille des batteries de traction comme des atouts majeurs pour cet autobus qui peut transporter les personnes en toute sécurité.

Écoutez

Nova Bus LFSe est le tout premier du genre en Amérique du Nord à réussir cet essai américain. Crédit : Nova Bus

Préserver l’environnement et amoindrir les dépenses

Ces véhicules, en service à Montréal depuis un an, offrent des avantages environnementaux et économiques, affirme Emmanuelle Toussaint, responsable des affaires publiques et des communications externes pour Nova Bus. La compagnie se dit fière d’avoir réussi le test hautement sélectif des États-Unis, ce qui lui permet de relever le défi de la mobilité urbaine électrique et de conquérir de nouveaux débouchés.

« C’est une étape à laquelle doit s’assujettir tout fabricant d’autobus financé par la FTA. Par ailleurs, à partir du moment où il y a un financement de la FTA, il doit y avoir un contenu américain de 65% (BAA). Pour cette raison, tous les véhicules électriques vendus aux États-Unis doivent non seulement passer les tests Altoona, mais  l’assemblage final doit être fait aux États-Unis. C’est le cas également pour Nova Bus, et tout bus électrique de Nova Bus pour le marché américain sera assemblé à notre usine de Plattsburgh, USA » – Emmanuelle Toussaint.

Le modèle LFSe se démarque par son système de propulsion qui n’émet aucun gaz à effet de serre, par sa conduite silencieuse, sa recharge rapide et entièrement automatique, et le niveau d’efficacité de ses batteries.

Emmanuelle Toussaint, responsable des affaires publiques et des communications externes pour Nova Bus. Crédit : Nova Bus

Écoutez
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*