Une salle d'urgence dans un hôpital. Crédit : Radio-Canada

Partis politiques du Québec : quels sont vos plans pour améliorer les services des urgences dans les hôpitaux?

Share

Les élections provinciales arrivent à grands pas et c’est l’effervescence au sein des partis politiques en lice. Pour gagner la confiance des électeurs, ils doivent proposer des programmes qui répondent à leurs attentes. L’Association des médecins d’urgences du Québec (AMUQ) fait connaître ses doléances. Elle souhaite notamment que chacun des quatre principaux partis dévoile ses visions et ses engagements pour améliorer le fonctionnement des urgences des hôpitaux dans la province.

Mettre un terme à la dictature du ministre de la Santé

L’Association se préoccupe de savoir si les partis politiques vont continuer de réglementer davantage les tâches des médecins de manière unilatérale, comme l’a fait l’actuel ministre de la Santé jusqu’à présent, ou s’ils vont leur laisser une marge de manœuvre, afin qu’ils puissent concilier les tâches cliniques, administratives, de recherche et d’enseignement avec leur vie personnelle.

Bernard Mathieu, le président de l’AMUQ, estime que les médecins ne peuvent plus continuer de subir aveuglément les pressions d’un ministre qui « décide tout seul de tout, car c’est très difficile de demander à des professionnels engagés dans leur milieu d’obéir au doigt et à l’œil à un ministre aussi autoritaire ».

Décongestionner le réseau

S’appuyant sur les résultats d’un sondage paru dans le journal Le Devoir, le président de l’AMUQ mentionne l’engorgement des urgences comme un problème majeur dans la province. Il déplore le fait qu’en 2018, la majorité des établissements de santé se retrouvent encore sous le poids de l’achalandage excessif.

Selon le journal Le Devoir du 19 juin 2018, un sondage sur des thèmes généraux commandé par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) indique que l’engorgement des urgences est la situation qui présente le plus grand risque pour 79 % de la population en 2018, alors que la situation de l’accès aux services de santé a baissé de 77 % à 70 % depuis 2011.

Parmi les suggestions pour améliorer la situation qui s’étend à l’ensemble du réseau de la santé, car l’urgence ne représente que la partie la plus évidente d’un mal plus profond, M. Bernard recommande, entre autres, que les patients qui ont terminé leurs soins actifs sortent des lits. Pour cela, il faut donner plus de places aux ressources extra-hospitalières pour y orienter les patients qui sont sortis des hôpitaux.

Écoutez

Une patiente allongée sur une civière dans le corridor de l’urgence d’un l’hôpital. Photo : ICI Radio-Canada / Marie-Ève Tremblay

Insuffisance de soins dans les régions rurales et éloignées

L’AMUQ a brossé un portrait peu reluisant de la situation des soins dans les régions éloignées :

« Les citoyens qui vivent dans les régions rurales et éloignées sont en général plus vieux, avec des besoins de santé importants;

Dans les urgences québécoises, la mortalité à la suite de traumatismes est deux fois plus élevée dans les urgences rurales;

L’accès à l’imagerie médicale avancée et à plusieurs autres outils diagnostiques est réduit;

Moins de 20 % des établissements ruraux disposent d’un chirurgien ou d’un anesthésiologiste de garde 24 heures par jour;

Le recrutement et la rétention de médecins dans les hôpitaux régionaux sont plus difficiles. »

L’Association suggère comme principal axe de développement des soins le soutien aux régions par voie de télémédecine, ce qui permettra de faire des entrevues à distance en temps réel dans les urgences avec les patients dans les zones plus éloignées.

Il faut aussi une politique de jumelage avec les grands centres hospitaliers pour permettre aux médecins de donner un coup de main de temps en temps dans les centres des régions de façon temporaire, pour quelques jours ou quelques semaines. Mais il manque de ressources un peu partout dans le réseau et il n’y a pas assez de médecins pour pouvoir épauler ainsi les régions, déplore Mathieu Bernard.

Question de l’AMUQ aux partis politiques : « que comptez-vous faire pour améliorer les soins offerts dans les services des urgences des régions rurales et éloignées? » Photo : iStock/Drouk

Recrutement et rétention de la main-d’œuvre

Mathieu Bernard déplore aussi le fait qu’à chaque changement de gouvernement, les nouveaux ministres de la Santé procèdent souvent à toutes sortes de changements, sans jamais parvenir véritablement à résoudre l’épineux problème de l’engorgement, et surtout de la pénurie de la main-d’œuvre, en ce qui concerne aussi bien les médecins que les infirmiers, le personnel de soutien, de liaison, entre autres professionnels du réseau.

Cette pénurie, compliquée par l’exode des médecins en quête d’un travail à temps complet ailleurs en Ontario et aux États-Unis, rend la tâche difficile pour ceux qui restent, et allonge le temps d’attente pour les patients.

En 2016 et en 2017, au moins 25 % des nouveaux médecins d’urgence ont quitté le Québec en raison de l’indisponibilité de postes à temps complet dans un hôpital. 

À lire aussi :

Le temps d’attente dans les salles d’urgence à la baisse au Québec

Au Québec, urgence rime toujours avec patience

Désengorgez les urgences, intime Barrette aux hôpitaux

Les urgences du Québec affichent la pire performance du monde occidental
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*