©iStock/vm

Première canadienne : un dispositif de contrôle des hémorragies sauve la vie des patients gravement blessés

Share

En moins d’une minute, un nouveau cathéter à ballonnet peut enrayer des hémorragies internes potentiellement mortelles chez les patients souffrant de blessures pelviennes ou abdominales. Ce dispositif est désormais utilisé par des spécialistes montréalais, une première au Canada.

La majorité des décès prématurés chez les patients victimes d’un traumatisme sont attribuables à des hémorragies internes. Une équipe de l’Hôpital général de Montréal du Centre universitaire de santé McGill (HGM‑CUSM), spécialisée en traumatologie, a récemment utilisé ce dispositif pour sauver la vie de deux patients victimes d’une hémorragie potentiellement mortelle. 

L’un d’entre eux, un homme de 27 ans de la Première Nation de Kahnawake, a été atteint par la balle d’un fusil de gros calibre à la cuisse. Et pendant son transport en ambulance vers l’hôpital, il perdait beaucoup de sang. Gaven Mayo a donc été l’heureux bénéficiaire des soins avec le nouveau cathéter :

Durant toute la route vers l’hôpital, je continuais à perdre du sang. Après mon arrivée à l’hôpital, ils m’ont dit que j’avais perdu environ 80 % de mon sang. Gaven Mayo en entrevue avec La Presse canadienne au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), où il est traité depuis les six dernières semaines

Le traitement de M. Mayo avec le nouveau dispositif a permis de cesser abruptement le saignement, ce qui a donné aux chirurgiens le temps de réparer les dommages causés par la blessure.

« Le cathéter ER-REBOA™ nous permet d’enrayer en moins d’une minute l’hémorragie à n’importe quel endroit sous la région abdominale et sous la région pelvienne. Ce nouveau dispositif peut être installé dans un délai aussi court qu’une minute. Fait encore plus important, ce nouveau cathéter rétablit le débit sanguin vers le cœur et vers le cerveau, les organes les plus vitaux. »Dr Andrew Beckett, chirurgien-traumatologue et intensiviste au CUSM, qui a été l’instigateur de l’implantation du programme REBOA au Canada.

Les spécialistes du CUSM expliquent que ce nouveau cathéter à ballonnet, qui arrête rapidement l’hémorragie interne attribuable à des fractures pelviennes, représente une révolution dans la maîtrise d’une hémorragie dans des situations d’urgence­. 

À propos du cathéter

Le cathéter appelé ER‑REBOA pour Eliason et Rasmussen, le nom de ses deux inventeurs, est un tube fin et rigide auquel est accouplé un ballonnet gonflable et dont l’une des extrémités, courbée, lit la tension artérielle. 

Habituellement, le seul moyen de contrôler une hémorragie de l’aorte chez les patients dans un état grave est d’ouvrir le thorax et de bloquer l’artère avec une pince de métal. Ce type d’intervention prend du temps, est très douloureuse et entraîne une plus grande perte sanguine. 

Le cathéter ER-REBOA a été mis au point par des spécialistes de la chirurgie vasculaire américains, les Drs Todd E. Eliason et Jonathan L. Rassmusen, au cours des guerres d’Irak et d’Afghanistan en 2006.

Santé Canada a approuvé le dispositif en octobre 2017 et celui-ci a déjà été utilisé avec succès chez plus d’un millier de patients aux États-Unis et au Japon, de même que par l’Armée canadienne en Irak. Il a été utilisé pour la première fois à l’HGM en mai 2018.

Avec les informations de l’Hôpital général de Montréal du Centre universitaire de santé McGill (HGM‑CUSM) et la Presse canadienne. 
Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*