Les subventions aux producteurs aux Américains risquent de déséquilibrer les marcgés mondiaux de grains selon les producteurs québécois.(REUTERS/Ueslei Marcelino)

Protectionnisme américain : les Producteurs de grains du Québec appellent Ottawa et Québec à l’aide

Share

Les Producteurs de grains du Québec (PGQ) demandent aux gouvernements du Canada et du Québec de les soutenir un peu plus face à leurs homologues américains, bénéficiaires d’une subvention de Washington.

Les PGQ estiment que l’aide spéciale de 12 milliards de dollars accordée aux agriculteurs américains par l’administration américaine leur est défavorable. Elle va créer un déséquilibre en faveur des Américains et, par ricochet, nuire à la stabilité de leurs revenus qui sont liés aux marchés internationaux.

Le président des PGQ, Christian Overbeek, affirme que le soutien américain aux agriculteurs risque d’accroître la volatilité et la chute des prix mondiaux. Sans compter que ce soutien de Washington va accentuer l’écart de l’aide gouvernementale au profit de leurs concurrents. En revanche, déplore M. Overbeek, les récentes compressions budgétaires dans les programmes et les protections placent les producteurs d’ici dans une situation de grande vulnérabilité.

Ce qui, selon le président des PGQ, confirme les craintes exprimées par ses membres depuis plusieurs années auprès des deux paliers de gouvernement. Christian Overbeek appelle à la mise en place urgente de « programmes de sécurité du revenu et de gestion des risques qui soient adaptés au secteur des grains, afin de pouvoir affronter une crise majeure qui provoquerait un cycle prolongé de bas prix ».

Le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek Photo : Radio-Canada

Selon des prévisions évoquées par les PGQ, de 2016 à 2018, « le soutien de base pour le maïs et le soya sera d’environ 47 $ par hectare au Québec, mais de 80 $ par hectare aux États-Unis. Concernant l’assurance récolte, entre 2010 et 2016, le soutien annuel moyen net s’est établi à 5 $ par hectare au Québec, mais à 57 $ par hectare aux États-Unis, soit 10 fois plus élevé. »

Les PGQ comptent environ 11 000 membres répartis dans toutes les régions du Québec. Ils cultivent plus de 1 million d’hectares de terre et commercialisent surtout des grains de céréales (maïs, blé, orge, avoine) et d’oléagineux (soya, canola). Leur chiffre d’affaires annuel est de 1,3 milliard de dollars. L’ensemble de l’industrie (production et transformation de grains) créerait plus de 20 000 emplois au Québec.

Attentes des PGQ à l’égard des partis politiques
Profitant du fait que les Québécois se rendront aux urnes cet automne, les PGQ ont adressé leur liste d’épicerie aux partis politiques provinciaux le 13 juin. Ils leur demandent de s’engager à

  • améliorer les programmes de sécurité du revenu, notamment en matière de protection financière contre les cycles prolongés de bas prix du grain;
  • mettre en place des mesures de compensation de l’asymétrie des normes et programmes qui défavorisent la production québécoise, notamment face à la concurrence étrangère;
  • mettre en place un groupe de travail sur la compétitivité du secteur des grains mandaté pour formuler des recommandations au gouvernement.

Source : Producteurs de grains du Québec

Du grain se déverse dans un camion dans la ferme de Bill Prybylski, à Willowbrook, en Saskatchewan. Photo : Radio-Canada/Mike Zartler

La production et la transformation du grain offrent du travail à 20 000 personnes au Québec. (Photo : Radio-Canada/Mike Zartler)

Les Américains sont déjà de grands producteurs de maïs par rapport aux Canadiens. Leur position dominante pourrait et l’écart grandissant avec les Canadiens inquiètent les PGQ.

Les principaux pays producteurs de maïs-grain en 2011 (StatCan)

Lire aussi

À cause d’un grain génétiquement modifié, l’offre et la vente de blé canadien suspendues par le Japon

Saskatchewan : le problème d’acheminer le grain canadien vers les marchés mondiaux

Sommet sur l’alimentation : le grain de sel des producteurs de grains

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*