100 ans plus tard, une épave dans les eaux arctiques du Canada regagne la Norvège

Après avoir passé l'hiver sur la côte ouest du #Groenland, le Maud, goélette 3 mâts construite il y un siècle pour la 2e expédition #arctique de Roald Amundsen, vient de repartir vers la Norvège, toujours tiré par le Tandberg Polar. Photo : Twitter AMAEPF

100 ans plus tard, une épave dans les eaux arctiques du Canada regagne la Norvège

Share

L’épave du Maud, un trois-mâts ayant appartenu à l’explorateur norvégien Roald Amundsen, a retrouvé sa Norvège natale lundi, 100 ans après l’avoir quittée pour une expédition dans l’Arctique.

Grâce aux financements de trois frères et entrepreneurs norvégiens, le Maud sera exposé dans la municipalité d’Asker (sud-est), où il avait été mis à flot en 1917.

La Norvège avait initialement pourtant rencontré l’opposition de citoyens de Cambridge Bay, qui voulaient que l’épave reste où elle était.

Ensuite, le gouvernement canadien a refusé de donner aux Norvégiens le permis d’exportation, bien que le bateau lui appartienne. Ce permis lui a finalement été accordé par défaut, car aucune équipe canadienne n’a présenté de plan de sauvetage.

Le navire est arrivé en Norvège lundi. PHOTO JAN WANGGARD, AFP

Premier homme à conquérir le pôle Sud en 1911, l’explorateur norvégien Roald Amundsen avait tenté d’utiliser le Maud pour étudier l’océan Arctique. Il prévoyait figer le Maud, dont la coque avait été spécialement renforcée, dans les glaces de la banquise qui dérivaient au pôle Nord.

Mais, après deux tentatives ratées, cette expédition, lancée en 1918, avait conduit à la faillite financière Amundsen. Cela avait entraîné la vente du bateau, en 1925, à la célèbre Compagnie canadienne de la Baie d’Hudson.

Rebaptisé « Baymaud », le trois-mâts avait coulé cinq ans plus tard sur les rives de Cambridge Bay, dans le territoire canadien du Nunavut.

Recommandé pour vous
Lancement d’un nouveau projet d’histoire orale inuite sur l’expédition de Franklin 

Les navires l’Erebus et le Terror quittant l’Angleterre en 1845 – Croquis publié dans l’Illustrated London News témoignant de l’intérêt médiatique porté à l’expédition.
© Mary Evans Picture Library / 10006874/MEP

Le Maud rejaillit des flots

Après 85 années passées dans les eaux du Grand Nord canadien, l’épave du Maud a été remontée à la surface l’été dernier.

On a dû d’abord faire passer des cordes et des courroies sous la coque de 40 mètres. Puis, des ballons flottants ont été attachés aux cordes dans le but de lever le bateau du fond des eaux.

L’épave du Maud dans les eaux arctiques près de Cambridge Bay au Nunavut – Photo : Radio-Canada

Le Maud sera dorénavent exposé dans la municipalité norvégienne d’Asker. (Photo: Capture d’écran Twitter)

Une fois cette opération terminée, une barge ramenée de Norvège a été placée sous la coque.

Des réservoirs de flottation ont ensuite fait remonter la barge qui a soulevé la coque du Maud hors de l’eau.

Le Maud a passé un hiver de plus à Cambridge Bay, le temps de sécher et d’être solidifié pour le long voyage qui l’attendait cet été.

Le saviez-vous?
Un nouveau billet canadien de 50 $ imprimé il y a cinq ans portait l’image du brise-glace NGCC Amundsen, le plus puissant que possède la garde côtière canadienne.
En plus de garder les océans ouverts à la navigation et de servir à l’occasion de navire de sauvetage, l’Amundsen constitue un véritable centre de recherche où collaborent des scientifiques du monde entier.
Depuis son inauguration il y a 16 ans, le NGCC Amundsen a joué un rôle majeur dans la dynamisation des sciences de l’Arctique au Canada, en fournissant aux chercheurs canadiens et à leurs collaborateurs étrangers une infrastructure de recherche, des équipements scientifiques et un accès sans précédent à l’océan Arctique.
Le NGCC Amundsen est le premier brise-glace de recherche du monde à avoir mené aussi des expéditions hivernales dans l’Arctique.

Billet de 50 $ avec l’effigie du navire de recherche arctique Amundsen

RCI avec l’Agence France-Presse et Radio-Canada

En complément

Londres cède au Canada les épaves de l’expédition John Franklin – RCI 

Sur les traces mouvantes des fantômes de l’expédition Franklin – RCI 

Quelle est cette épave historique que le Royaume-Uni s’apprête à offrir au Canada? – RCI 

.

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Environnement

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*