Le CHIME est le résultat d'une collaboration entre plusieurs universités nord-américaines, dont l'Université McGill, l'Université de Toronto et l'Université de Colombie-Britannique, et le Conseil national de recherches du Canada. PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Carte 3D des galaxies grâce au télescope révolutionnaire canadien qui scrute l’Univers

Share

Le nouveau radiotélescope CHIME est le résultat d’une collaboration entre plusieurs universités nord-américaines, dont l’Université McGill à Montréal, l’Université de Toronto et l’Université de la Colombie-Britannique, ainsi que le Conseil national de recherches du Canada.

Des scientifiques canadiens tentent de tracer une carte en relief de l’Univers, tel qu’il était à l’origine du Big Bang grâce à ce nouveau télescope en forme de demi-lune d’une puissance phénoménale.

Il est l’unique appareil de son genre dans le monde. Il possède assez de puissance de calcul pour que les scientifiques puissent mieux percer trois frontières de l’astronomie, soit la naissance de l’univers, la nature des étoiles lointaines et les ondes gravitationnelles.

L’appareil révolutionnaire, qui se trouve dans un observatoire situé au sud de Penticton, en Colombie-Britannique, est au coeur de l’expérience canadienne de cartographie de l’intensité de l’hydrogène (CHIME).

Canadian Astronomical Society

Un outil tourné vers le lointain

Il peut mesurer la composition de la mystérieuse énergie sombre, aussi connue sous le nom d’énergie noire, qui a joué un rôle de tous les instants dans toute l’histoire de l’expansion de l’Univers

Ce puissant télescope de quatre cylindres en « U » de 100 mètres de longueur faits d’un treillis métallique peut capter les signaux produits par l’Univers durant son enfance et qui sont extrêmement faibles.

Ces ondes sont ensuite analysées par les ordinateurs du télescope qui peuvent effectuer sept quadrillions d’opérations par seconde, c’est-à-dire autant que si chaque habitant de la Terre résolvait un million de multiplications chaque seconde.

Explications plus scientifiques

Deborah Good – Photo : UBC

Deborah Good, une doctorante de l’Université de Colombie-Britannique qui participe au projet, explique que, contrairement aux radiotélescopes traditionnels, celui utilisé dans le cadre du CHIME est composé de quatre réflecteurs cylindriques disposés côte à côte contenant un total de 1024 antennes pouvant mesurer de brefs éclats de lumière dans le spectre des ondes radioélectriques baptisés « sursauts radio rapides ».

Les sursauts radio rapides sont composés de photons, qui sont des particules de lumière pouvant être dispersées par les gaz ou la poussière présents dans l’espace. Plus ils sont loin, plus ils sont dispersés.

Même si le radiotélescope est très sensible, repérer des sursauts radio rapides ressemble un peu à chercher une aiguille dans une botte de foin avec une immense loupe, a ajouté la chercheuse. « Si vous regardez au bon endroit, vous la trouverez », a-t-elle mentionné.

À ceux qui voient dans les sursauts radio rapides un possible signe de vie extraterrestre, Mme Good répond par la négative. « Il existe une foule de théories présentement, mais nous sommes sûrs d’une chose : les extraterrestres n’ont rien à voir là-dedans », a-t-elle lancé en riant.

Aide-mémoire…
Des scientifiques canadiens sont à la recherche de la vie extraterrestre
L’Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx), qui a été fondé en 2015 à l’Université de Montréal et qui regroupe une vingtaine de chercheurs, espère être le premier à l’origine de la découverte de la vie ailleurs dans l’Univers.
L’objectif pourrait sembler naïf étant donné les ressources déjà importantes déployées depuis plusieurs années aux États-Unis et l’annonce il y a quelques mois d’un nouvel investissement scientifique majeur dans ce domaine par un milliardaire russe.
Selon René Doyon, professeur en astrophysique et directeur du nouvel Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx) à l’Université de Montréal, c’est effectivement un plan de match très ambitieux « qui ne se fera pas demain matin, c’est un programme qui va probablement s’échelonner sur plusieurs décennies », a-t-il expliqué en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.
« Cette volonté d’être les premiers n’a rien de fantaisiste ou d’exagéré, a-t-il indiqué. C’est notre équipe de recherche qui a été la première au monde, en 2008, à photographier un système de planètes hors de notre système solaire.

RCI avec La Presse canadienne, le Conseil national de recherches du Canada et CBC

En complément

Une vue extra-terrestre de notre planète encore plus brillante – RCI 

La découverte de sept nouvelles exoplanètes relance le débat sur la vie extraterrestre – RCI 

Des astronomes canadiens à la recherche de civilisations extraterrestres – RCI 

Share
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*