La disponibilité de places dans les CPE augmentent en Outaouais.

Des enfants dans un CPE du QUébec.
Photo Credit: Radio-Canada

Scolarisation dès 4 ans : la Coalition avenir Québec et les intervenantes en petite enfance sur deux longueurs d’onde

Share

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) remet en question l’idée de François Legault, chef de la Coalition avenir Québec, de scolariser les enfants dès l’âge de 4 ans. C’est tout simplement « précoce et contre-productif » d’aller ainsi à contre-courant du consensus scientifique sur la question. Ce consensus veut que les enfants apprennent et se développent par le jeu en bas âge et non par la scolarisation précoce, soutient la présidente de la Fédération, Valérie Grenon.

RCI avec la FIPEQ-CSQ et Radio-Canada

Laisser les enfants être des enfants!

S’appuyant sur une étude récemment publiée par l’Université du Québec à Montréal, la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, Valérie Grenon, met en avant les bienfaits de la méthode d’apprentissage fondée sur le jeu chez les enfants de 4 ans, qui remet en question la scolarisation pour tous dès cet âge que préconise le chef de la CAQ.

« Dans cette sortie publique, M. Legault démontre sa complète méconnaissance du dossier. L’étude […] démontre que les éducatrices sont les mieux formées pour stimuler toutes les facettes du développement de l’enfant. Affirmer que d’être contre la maternelle 4 ans pour tous, c’est pour le salaire des éducatrices, c’est de la petite politique de bas étage », a dénoncé Mme Grenon.

Dans son étude, la chercheuse de l’Université du Québec à Montréal, Nathalie Bigras, a comparé 40 groupes de CPE [centres de la petite enfance] à Montréal et 40 classes de maternelle en France. L’une est centrée sur le développement par le jeu, l’autre favorise l’instruction directe et les apprentissages plus formels. Les résultats confirment la supériorité des centres de la petite enfance en ce qui concerne la qualité des interactions.

C’est à la lumière de ces résultats que la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec stigmatise la scolarisation précoce.

« Il faut laisser les enfants être des enfants! Le consensus scientifique [veut] que les enfants apprennent et se développent par le jeu en bas âge et non par la scolarisation précoce », a affirmé en substance Valérie Grenon.

Écoutez

Des enfants à la garderie

Selon les données scientifiques, la qualité du service dans les CPE est plus importante que dans les établissements scolaires au regard de la disponibilité des éducatrices qualifiées pour chaque enfant, des interactions entre les enfants et de celles entre les enfants et les adultes, ce qui facilite l’apprentissage. Crédit : Istock

Ce qui fait la force des CPE

C’est le ratio qui permet d’accorder plus de temps d’attention à chaque enfant, car à 4 ans, les enfants en ont besoin, étant donné qu’ils ne sont pas totalement autonomes, affirme Mme Grenon.

Les CPE ont des éducatrices qualifiées, aptes à intervenir auprès des jeunes enfants, tandis que dans le système scolaire, toutes les conditions ne sont pas réunies pour permettre l’implantation réussie de la maternelle à 4 ans.

Sur le plan de la qualité des services, il est manifeste que les CPE, mieux outillés, s’en sortent très bien, soutient la présidente de la FIPEQ-CSQ, qui souligne la nécessité de continuer à faire la promotion des CPE auprès des familles défavorisées qui préfèrent souvent la maternelle dès 4 ans en raison de sa gratuité.

Une idée que le chef de la Coalition avenir Québec a battu en brèche, soulignant que l’on ne saurait « comparer des pommes et des bananes » en mettant ainsi face à face les CPE du Québec et les écoles maternelles en France. Pour lui, la maternelle à 4 ans est plus efficace pour un enfant présentant des difficultés d’apprentissage.

Voici la position des trois autres chefs de parti engagés dans la campagne en vue des élections provinciales :

Jean-François Lisée, leader du Parti québécois : « Les partis politiques devraient se laisser guider par la science pour faire leurs propositions en matière d’enfance […] Nous sommes les idéateurs des CPE […] Et nous sommes contents de voir qu’à chaque étude, ça indique que c’est le meilleur milieu pour donner toutes les chances aux jeunes Québécois. […] cette idée de la maternelle 4 ans, c’est encore le Parti québécois qui l’a inventée pour les milieux défavorisés. […] C’est pour s’adapter à leurs vœux à eux. Mais on sait très bien que c’est une très mauvaise solution mur à mur. »

Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec : « On a la chance, au Québec, d’avoir deux réseaux de très haute qualité. Pourquoi en disloquer un au profit de l’autre? […] Ce n’est pas un problème d’avoir les deux modèles. C’est un avantage. »

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire : elle note que le réseau de CPE, « comme la chercheure le démontre, il est beaucoup plus profitable pour les enfants dans leur cheminement que les maternelles 4 ans ».

En complément : 

Il faut miser sur les CPE plutôt que sur la maternelle, selon une étude

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Scolarisation dès 4 ans : la Coalition avenir Québec et les intervenantes en petite enfance sur deux longueurs d’onde
  1. Marc Beaumier dit :

    Et hop! Embarqués un peu plus jeune dans notre merveilleux système scolaire québécois! Laissez les enfants vivre la seule partie de leurs vie où ils seront un tant soit peu « libres »… D’ailleurs, en quoi Legault est-il compétent en la question?!

  2. Il faudrait bien y réflechir avant de prendre une decision. C’est vrai que 4 ans c’est trop jeune.