L’astronaute originaire de Québec David Saint-Jacques est le prochain Canadien à s’envoler vers la Station spatiale internationale où il effectuera une mission de six mois. Photo Credit: Radio-Canada

Ce Québécois qui s’envolera à Noël vers l’espace pense d’abord à sa famille

Share

L’astronaute québécois David Saint-Jacques estime que la partie la plus importante de sa préparation à son aventure spatiale à partir du 20 décembre à bord de la Station spatiale internationale consiste à s’assurer que sa famille n’en souffre pas.

L’astronaute canadien David Saint-Jacques en formation dans le simulateur de sas de la Station spatiale internationale (SSI) au centre spatial Johnson (JSC) de la NASA Photo Credit: Agence spatiale canadienne. © Agence spatiale canadienne.

En conférence de presse, jeudi après-midi, au Johnson Space Center à Houston pour discuter de son premier voyage dans l’espace, il a dit vouloir s’assurer que tout est en ordre dans sa vie personnelle et familiale sur Terre avant de s’envoler pour six mois dans ce qu’il appelle un «endroit très éloigné».

L’astronaute de 48 ans est père de trois enfants: deux garçons âgés de sept et cinq ans, et une fille de deux ans.

Bien qu’ils soient encore très jeunes, ses enfants semblent bien comprendre où leur père s’en va passer une partie de la prochaine année : «Ils comprennent. Ils appellent la Station spatiale «la maison dans l’espace».

Il y a quelque chose de tangible dans leur tête d’enfant. J’aimerais bien pouvoir entrer dans leur tête pour voir comment ils imaginent tout ça», a-t-il confié en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, jeudi.

Selon David Saint-Jacques, ses collègues astronautes ont eux aussi les mêmes préoccupations familiales, un peu plus de trois mois avant de s’élancer vers l’espace.

M. Saint-Jacques a accumulé tout un bagage professionnel et scientifique avant d’être recruté par la NASA en 2009. L’astronaute détient de nombreux diplômes universitaires, dont un doctorat en astrophysique de la prestigieuse Université Cambridge, en plus d’avoir fait des études en médecine à l’Université Laval. Il a d’ailleurs été médecin à Puvirnituq, un village du Nunavik donnant sur la baie d’Hudson pendant quelques années.

David Saint-Jacques répond aux questions d’élèves l’hiver dernier

Un autre grand pas dans l’espace pour le Canada

Après une absence de cinq ans, le Canada sera donc finalement de retour en orbite autour de la Terre lorsque David Saint-Jacques se retrouvera dans la Station spatiale internationale (SSI).

David Saint-Jacques a suivi un entrainement intensif en prévision de son séjour dans l’espace © NASA

Le Québécois de 47 ans se prête depuis quelques mois à plusieurs exercices intenses, dont la simulation en microgravité, en plus de se familiariser avec divers systèmes de la SSI et les procédures d’urgence.

Il effectuera diverses expériences scientifiques, des tâches de robotique et des démonstrations de technologie. En plus de sa mission scientifique, David Saint-Jacques sera aussi copilote de la capsule russe.

Chris Hadfield, qui a été le commandant de la SSI en 2013, est le dernier Canadien à avoir séjourné dans l’espace. Depuis 1984, année où Marc Garneau est devenu le premier Canadien à se rendre dans l’espace, huit de ses compatriotes ont voyagé à bord des navettes spatiales de la NASA et de fusées russes Soyuz dans 16 missions spatiales.

Hormis Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil qui y est allé comme touriste, David Saint-Jacques sera donc le troisième astronaute québécois après Marc Garneau et Julie Payette, à se rendre dans l’espace dans le cadre d’une mission officielle.

Découvrez :
Au-dessus du Québec cet été : livraison d’aliments canadiens à la Station spatiale internationale 

SSI survole le Québec. Photo : NASA

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

L’astronaute David Saint-Jacques se rendra dans la Station spatiale internationale en 2018 – RCI 

Voir la Station spatiale internationale de chez soi, c’est possible – RCI 

Un Québécois bientôt dans l’espace – RCI 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*