Si le service de livraison des lettres est en baisse au Canada, celui des colis est en forte hausse, et surtout très rentable pour Postes Canada. Photo : Radio-Canada

Comme une lettre à la poste, 50 000 postiers de Postes Canada votent pour la grève

Share

Les travailleurs de Postes Canada viennent de se prononcer massivement en faveur d’une grève qui pourrait être déclenchée d’ici la fin septembre s’ils ne parviennent pas à une entente d’ici là. 

94 % des facteurs en milieu urbain ont voté pour un arrêt de travail, comparativement à 96 % des facteurs en banlieue et en régions rurales.

Les résultats du vote réalisé dimanche ont été dévoilés mardi, quelques heures après que le syndicat des postiers eut recommandé à ses membres de faire leurs réserves de médicaments sur ordonnance en cas de grève ou de lock-out décrété par l’employeur. Le syndicat estime que les offres patronales déposées vendredi sont inacceptables.

Les enjeux majeurs de la négociation avec l’employeur sont la sécurité d’emploi, la rémunération de toutes les heures travaillées, le taux de salaire horaire et la garantie d’un nombre minimal d’heures de travail chaque semaine.

Si le service de livraison des lettres est en baisse au Canada, celui des colis est en forte hausse, et surtout très rentable pour Postes Canada. Photo : Radio-Canada

Le problème, c’est l’équité salariale

Un différend sur l’équité salariale entre 8000 facteurs des régions rurales et 42 000 travailleurs urbains a été au coeur des pourparlers à ce jour. La direction de Postes Canada nie catégoriquement qu’il existe une discrimination salariale. Le syndicat parle pour sa part d’un écart pouvant aller jusqu’à 30 % pour les factrices en région rurale.

Dans une décision rendue en mai, l’arbitre Maureen Flynn avait conclu que les écarts de salaires à Postes Canada sont « fondamentalement viciés » et avait accordé aux deux parties jusqu’à la fin du mois d’août pour conclure un règlement sur l’équité salariale.

Le mois dernier, la direction de Postes Canada a estimé cependant qu’un règlement sur l’équité salariale pourrait se traduire par une charge exceptionnelle de près de 250 millions de dollars.

À la fin août, la ministre fédérale du Travail, MaryAnn Mihychuk, a personnellement adressé pour sa part un avertissement à Postes Canada : l’équité salariale est non négociable. Elle semble partager la lecture du camp syndical.

En mêlée de presse, la ministre affirmait que, selon le gouvernement, « l’équité salariale ne devrait pas être un point négociable » et que la loi en vigueur au pays « doit être respectée ».

La ministre MaryAnn Mihychuk. Photo : CBC

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Les syndiqués de Postes Canada se dotent d’un mandat de grève – Radio-Canada 

Postes Canada affiche une perte au 2e trimestre et blâme l’équité salariale – Radio-Canada 

Postes Canada : l’équité salariale n’est pas négociable, dit la ministre Mihychuk – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

4 comments on “Comme une lettre à la poste, 50 000 postiers de Postes Canada votent pour la grève
  1. Robitaille Claudia dit :

    Désolée mais nous n’avons pas à être pris en otage pour vos salaires déjà assez payé inconcevable

  2. Pierre dit :

    Ces rire des autre avec un salaire qui depasse largement le minimum moi avec mon petit 15$ l,heure je veut bien prendre l.eure place epuis jamais ils v.ont entendrr parler que ces pas asser ces de la folie des vrais BB

    • Annie dit :

      OMG!! Vous portez commentaire sans savoir, pas de problème venez faire une route à -35et/ou dans une tempête et/ou à +35 et que selon la température et/ou la route que vous devez faire cela vous prends 12/15hre la faire et qu’au final cela vous fait un salaire en bas du minimum… pas de problème venez…

    • Julie dit :

      Cher Pierre
      Bienvenue à toi pour prendre notre place justement on est en recrutement
      Manque de personnel dans les millieux rurale et suburbain. Tu sais à quelle heure tu commences mais jamais l heure que tu finiras. Le tout pour environ 4$ del heure de plus que toi,et ce après plusieurs années de service.mais pour ton info nous on est payé à la pièce et au client à desservir aucune heure supplémentaire ni pause ni diner. Quand tu commences tu es entrepreneur en plus et après tu obtiens un poste si il te convient et la tu dois te trouver des remplaçants entrepreneurs , les former et j en passe…tu en trouve pas donc pas de congé et soit pas malade tu dois travailler quand même. Bienvenue à toi cher dans ce grand monde…d’une fille tannée de la désinformation de la population. C ‘est la première fois que j écris un commentaire mais j aimerais bien que les journalistes et la population prenne le temps de ce renseigner au bonne personne. Merci