Frontière Canada - États-Unis

À proximité de la frontière à Edmundston
Photo Credit: Étienne Dumont/Radio-Canada

Travailler ou investir dans le cannabis pourrait vous empêcher d’entrer aux États-Unis

Share

Une surprise attend désormais les travailleurs du secteur du cannabis au Canada à la frontière des États-Unis. Ils pourraient se voir refuser l’entrée sur le sol américain parce que l’activité, bien que légale dans certains états du pays, est considérée comme illégale par le gouvernement fédéral.

RCI avec RDI et Radio-Canada

Marijuana illégale au même titre que l’héroïne aux États-Unis

L’avocat, Jean Pierre Rancourt, exerce aux États-Unis. Il a confié à Radio-Canada que les douaniers peuvent refouler les travailleurs canadiens du secteur du cannabis aux frontières, parce qu’ils reçoivent les ordres du gouvernement fédéral.

Plusieurs États américains, à l’instar du Colorado, ont légalisé l’usage du cannabis à des fins récréatives. Mais, au fédéral, c’est une activité qui est considérée comme illégale.

Un travailleur légal du secteur, qui part du Canada pour les États-Unis, est considéré comme une personne ayant participé au trafic de drogue, ce qui a pour conséquence de compromettre sa possibilité de séjourner sur le territoire américain.

Quel que soit le point d’entrée, cette personne sera refoulée.


Les Canadiens qui ont un casier judiciaire, même pour une infraction mineure, peuvent se faire refuser l’entrée aux États-Unis. Désormais, ce sera le cas pour tout Canadien qui investit dans le secteur de la marijuana. Photo : Associated Press/Elaine Thompson

Possibilité d’interdiction à vie de séjourner

Tout travailleur du secteur du cannabis qui refuserait de se plier aux ordres des douaniers américains risque jusqu’à 5 années d’interdiction de séjourner sur le territoire des États-Unis, voire une interdiction à vie, prévient l’avocat, Jean-Pierre Rancourt.

C’est donc clair qu’il ne suffit plus d’avoir un casier judiciaire pour se voir refuser l’accès au sol américain. Désormais, tout contact prouvé avec la production et la distribution de la marijuana est susceptible de compromettre les chances de passer les frontières.

Si le travailleur venait à mentir aux douaniers sur ses liens avec la filière du cannabis, il pourrait être arrêté sur le champ et détenu pendant au moins 30 jours, avant de se voir interdit l’entrée aux États-Unis à vie.

Bien qu’il ait la possibilité de contester la décision du juge, il n’a que de minces chances d’avoir du succès dans la mesure où le gouvernement fédéral américain considère la production et la distribution de la marijuana comme un crime.

Comme l’a recommandé M. Rancourt, le gouvernement canadien devrait entamer des discussions avec l’administration américaine pour envisager les possibilités de dépénaliser l’activité pour les travailleurs canadiens.

Comment les Canadiens qui consomment de la marijuana seront-ils reçus à la frontière américaine après la légalisation?
S’il y a une chose qu’Ottawa ne contrôle pas, c’est le zèle des douaniers américains;

Quelles seront les conséquences si un Canadien admet avoir déjà consommé du cannabis? Sera-t-il refoulé, fouillé ou retardé?

La légalisation de la marijuana récréative devient effective à la mi-octobre, mais cela ne donne pas automatiquement le droit aux fumeurs canadiens de traverser la frontière américaine, du fait que le gouvernement fédéral à Washington considère l’activité comme illégale. Crédit : Radio-Canada.

Sur un site destiné aux voyageurs, le gouvernement canadien prévient que l’admission d’une utilisation antérieure de cannabis ou la participation à cette industrie légale pourrait entraîner un refus d’entrée aux États-Unis;

Ottawa rappelle aussi que franchir la frontière avec du cannabis, sous quelque forme que ce soit, reste illégal;

Le ministre fédéral de la Sécurité publique assure qu’il est en contact avec les autorités américaines pour éviter des complications, mais il n’a obtenu aucune garantie sur le traitement des voyageurs provenant du Canada.

Lire aussi :

Légalisation du cannabis : ce qu’on sait et ce qu’on ne sait pas

Cannabis : les effets de la légalisation

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*