Fibrose kystique : recherche au CUSM

Fibrose kystique : recherche au CUSM
Photo Credit: Radio-Canada

Percée canadienne dans la lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques

Share

Une découverte majeure de scientifiques de L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) offre de réels espoirs dans la lutte contre les bactéries responsables des infections pulmonaires chroniques chez les personnes atteintes par la fibrose kystique.

Source : Institut de recherche du CUSM et Radio-Canada

Une nouvelle cible cellulaire identifiée

La Dre Nguyen et son équipe ont notamment identifié une cible cellulaire qui permettrait aux antibiotiques d’agir plus efficacement sur certaines bactéries d’habitude résistantes.

Dans un contexte mondial où la résistance aux antibiotiques de certaines bactéries représente une réelle menace pour la santé de la population, cette découverte va sûrement ouvrir des pistes de solutions intéressantes dans la lutte contre certaines infections chroniques, difficile à traiter et à guérir.

La découverte a permis de constater notamment que la nouvelle cible cellulaire est susceptible d’affaiblir le pathogène bactérien appelé Pseudomonas aeruginosa. Il s’agit d’un microbe redoutable, particulièrement résistant à de nombreux antibiotiques.

Cette bactérie est responsable de plusieurs infections chroniques, notamment chez les personnes atteintes de fibrose kystique. L’espoir découle du fait que désormais, ces infections peuvent être mieux contrôlées et éradiquées.

« Nous avons identifié une nouvelle fonction importante pour la tolérance aux antibiotiques, qui pourrait être ciblée pour améliorer l’activité de nos antibiotiques actuels », explique l’auteure principale de l’étude, la Dre Dao Nguyen, chercheuse au sein du Programme de recherche translationnelle sur les maladies respiratoires et professeure agrégée de médecine à l’Université McGill. « Cela est essentiel si nous voulons améliorer l’efficacité de nos antibiotiques et empêcher leur échec. »

P. aeruginosa figure parmi les « bactéries cauchemardesques » aux États-Unis selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), qui recense environ 51 000 infections liées aux soins de santé chaque année, dont environ 400 provoquent un décès. C’est une cause fréquente d’infections associées aux soins de santé telles que la pneumonie, les infections du sang, les infections des voies urinaires et les infections chirurgicales.

Maladie génétique mortelle avec aucun traitement curatif. Les organes touchés sont les poumons et l'appareil digestif. Elle touche un enfant sur 3600.

La fibrose kystique est une maladie génétique – Source : Fibrose kystique Canada Photo : Radio-Canada/Vincent Wallon / Icônes : Freepik de www.flaticon.com

Comprendre comment la découverte rend la bactérie P. aeruginosa plus sensible aux antibiotiques

Les scientifiques ont découvert que la bactérie P. aeruginosa s’adapte et utilise un système de signalisation et une enzyme de défense (superoxide dismutase) essentiels pour modifier sa membrane cellulaire, quand elle est dans un environnement stressant ou qu’elle manque de nutriments;

Cette adaptation la rend moins perméable aux molécules et empêche que les antibiotiques pénètrent à l’intérieur de la cellule;

Les chercheurs ont également trouvé que l’inhibition de l’activité de l’enzyme ou du système de signalisation pourrait rendre cette dernière plus sensible aux antibiotiques.

« Jusqu’à présent, la tolérance aux antibiotiques chez les bactéries à croissance lente a été largement acceptée dans le domaine des cellules ‘dormantes’. Avec cette recherche, nous avons montré qu’il y avait plus ça, explique la Dre Nguyen. Nous avons identifié un nouveau lien entre l’enzyme de défense, la régulation de la perméabilité de la membrane et la tolérance aux antibiotiques. »

Selon les chercheurs, la découverte de cette nouvelle cible cellulaire prometteuse pourrait, à long terme, prolonger l’utilité des antibiotiques existants et rendre les nouveaux plus efficaces.

Les résultats de la recherche, qui a été réalisée grâce au soutien financier du Burroughs Wellcome Fund (Fonds Burroughs Wellcome), des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et de Fibrose kystique Canada, ont été publiés cette semaine dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

La fibrose kystique : quelques chiffres

Elle touche 4000 Canadiens, dont 1300 au Québec.

L’âge médian de survie des Canadiens est de 50,9 ans.

La moitié des Canadiens décédés de la fibrose kystique en 2012 avait moins de 32 ans.

Au Québec, 1 personne sur 20 est porteuse du gène responsable de la maladie.

Chaque année au Québec, une cinquantaine d’enfants apprennent qu’ils sont atteints de la fibrose kystique.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*