Malala Yousafzaï, militante pour l’accès des jeunes filles à l’éducation.

Malala Yousafzaï, militante pour l’accès des jeunes filles à l’éducation.
Photo Credit: SRC/ AFP/STAN HONDA

Une histoire inspirante vous sera contée à Montréal par Malala Yousafzai le 26 septembre

Share

La Pakistanaise Malala Yousafzai, lauréate du prix Nobel de la paix, est attendue le 26 septembre à Montréal, où elle donnera une conférence sur son histoire personnelle et sur son combat pour l’éducation des jeunes filles à travers le monde. L’événement se tient à l’initiative d’Influence Montréal, avec le soutien de la coopérative Desjardins en partenariat avec la Ville de Montréal.

L’histoire d’une survivante dont le monde se souviendra pendant longtemps

L’histoire de Malala Yousafzai est celle d’une jeune femme qui a entamé un difficile combat pour l’éducation des filles dans son pays, le Pakistan, dès son plus jeune âge.

Elle avait soif de savoir, mais dans un pays où les islamistes radicaux ont mis en place une véritable barrière contre l’instruction des femmes, Malala devait faire preuve d’habileté et de ruse pour pouvoir atteindre ses objectifs.

« Elle cachait jadis ses livres d’école sous son foulard dans l’espoir de ne pas s’attirer les foudres des talibans […] Sa mère avait placé une échelle derrière la maison afin que la maisonnée puisse fuir en cas de danger. »

Malala avait des ambitions pour les jeunes filles de son pays et elle menait une campagne nationale en vue de leur scolarisation. Brillant par l’exemple, elle souhaitait exercer plus tard comme médecin. Un rêve qui a failli s’arrêter le 9 octobre 2012, quand un militant taliban a fait irruption dans l’autobus scolaire qui la transportait à l’école et a tiré sur elle à plusieurs reprises.

Rapidement prise en charge par les services médicaux à Birmingham, au Royaume-Uni, où elle réside désormais avec sa famille, la jeune femme, qui était âgée de 15 ans au moment des faits, a finalement survécu à cette agression qui a ému le monde entier.


Malala Yousafzai à Abuja, au Nigeria, avec Rebecca Samuel, dont la fille Sarah Samuel faisait partie des personnes enlevées par les militants de Boko Haram. (Photo: AP Photo / Olamikan Gbemiga)

Cet épisode douloureux de sa vie a contribué à renforcer sa personnalité et sa détermination à défendre la cause de l’éducation des jeunes filles à travers le monde. C’est ainsi qu’à 19 ans, elle a revêtu les habits de messagère de la paix de l’Organisation des Nations unies. Une onction qui est venue légitimer davantage son engagement social.

Depuis lors, la messagère est présente partout où les droits des jeunes filles sont bafoués. Au plus fort du scandale de l’enlèvement de plusieurs centaines d’élèves au Nigeria, par la secte islamiste Boko Haram, Malala était là pour dénoncer cet acte.

Venue plusieurs fois au Canada, qui lui a attribué la citoyenneté d’honneur, celle qui est devenue en 2014 Prix Nobel de la paix et qui a créé la Journée Malala pour défendre l’éducation des femmes dans le monde a souligné l’importance pour les jeunes filles de s’affirmer et de se faire entendre. À ses yeux, le Canada est de ces pays où les filles sont bénies.

« Bénies d’avoir l’occasion de lire, d’apprendre, de venir à l’école et d’avoir des amis. C’est une occasion qui n’existe pas pour beaucoup de jeunes », avait déclaré la lauréate du prix Nobel de la paix, devant des élèves d’une école secondaire d’Ottawa le 12 avril 2017.

La lauréate du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai a reçu la citoyenneté canadienne honoraire des mains de Justin Trudeau. La jeune Pakistanaise a incité le Canada à s'investir dans l'éducation des filles, partout dans le monde. Le reportage de Madeleine Blais-Morin.

Malala de nouveau au Canada entourée de sommités

Si l’on se fie au nombre de places prévues par les organisateurs de la conférence du 26 septembre, la prochaine visite de Malala Yousafzai au Canada sera très courue. Ce sont pas moins de 2000 personnes qui sont attendues à la Place Bonaventure, à Montréal, pour écouter son histoire singulière.

Écoutez

Le fondateur d’Influence Montréal, Thierry Lindor, en parle en termes élogieux. C’est le rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte, a affirmé M. Lindor. Compte tenu de l’enjeu qui touche à l’éducation, tous les jeunes de 13 ans et moins sont conviés à cette conférence.

Les sommités de la ville, voire de la province, notamment la mairesse de Montréal, Valerie Plante, ainsi que la vice-première ministre et ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec, Dominique Anglade, vont rehausser de leur présence cet événement.

Autour de la table, divers entrepreneurs et professionnels, tels que Nicolas Duvernois, Danièle Henkel, Fabrice Vil et Nalie Agustin, vont faire partager leur expérience au public.

 Quelques-uns des thèmes qui seront débattus :

  • Entrepreneuriat social,
  • Entrepreneuriat au féminin,
  • Diversité et inclusion,
  • Renforcement des capacités des femmes. 

S’il ne s’agit pas de sa première visite au Canada, Malala foulera cependant le sol de Montréal pour la première fois.

« C’est tout un honneur pour Influence Montréal », a tenu à souligner Thierry Lindor, qui salue le mérite de la jeune femme qui vient exposer au public sa vision et les objectifs de son mouvement mondial, le Fonds Malala, qu’elle a mis en place pour soutenir l’éducation des filles partout sur la planète.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*