Des milliers de Canadiens maintenant dans la mire des tempêtes Florence, Isaac et Mangkhut

Share

Affaires mondiales Canada estime que des milliers de Canadiens s’expose en ce moment à des conditions météorologiques extrêmes, non seulement sur la côte est des États-Unis avec l’arrivée de la tempête tropicale Florence, mais aussi en Asie du Sud-Est.

Selon les responsables diplomatiques canadiens, 440 de nos ressortissants se sont inscrits auprès des missions diplomatiques dans des secteurs qui devraient être touchés par l’ouragan Florence, aux États-Unis, alors que 3446 autres ressortissants sont inscrits dans des zones qui sont ciblées par le typhon Mangkhut, en Asie.

Les autorités des Philippines avaient commencé jeudi à évacuer des milliers de personnes qui se trouvaient sur la trajectoire prévue du typhon Mangkhut, maintenant classé « super-typhon », avec des vents extrêmement puissants.

Par ailleurs, on indique que 149 Canadiens se sont inscrits dans des secteurs que la tempête tropicale Isaac pourrait toucher dans les Antilles.

Un typhon pire que «Florence» menace les Philippines


Mangkhut mesure 900 km de diamètre. Il est encore plus puissant que l’ouragan Florence qui menace la côte est des Etats-Unis avec des vents soufflant à 175 km/h. © (ats)

Évitez de voyager dans ces zones

Les responsables canadiens affirment être prêts à fournir au besoin une assistance consulaire à ces Canadiens en déplacement dans les zones affectées par le mauvais temps, mais ils recommandent aux citoyens canadiens d’éviter de se rendre sur la côte est des États-Unis, en particulier près des plages de Caroline du Sud et de la Caroline du Nord. Les autorités craignent des inondations « catastrophiques » sur cette portion de la côte est américaine.

La ville côtière Emerald Isle, en Caroline du Nord, était déjà aux prises vendredi matin avec des inondations allant jusqu’à 1,92 mètre, selon le Centre national des ouragans (NHC). L’ouragan, qui a été rétrogradé en catégorie 1 sur l’échelle de Saffir-Simpson dans la nuit de jeudi à vendredi, a soufflé des vents atteignant 144 km/h durant la nuit et d’importantes pluies se sont abattues depuis jeudi.

Un météorologue du National Weather Service a déclaré que l’équivalent de huit mois de précipitations devrait tomber au cours des deux ou trois prochains jours. Les inondations pourraient atteindre 3,4 mètres de hauteur et les averses devraient déverser près d’un mètre de pluie.

« Le pire de la tempête n’est pas encore arrivé, mais il s’agit là d’un avant-goût de ce que nous réservent les prochains jours », a déclaré le gouverneur de l’État, Roy Cooper, mettant en garde contre un désastre imminent. « Survivre à cette tempête sera un réel test d’endurance, de travail d’équipe, de bon sens et de patience », a-t-il ajouté.

Des vagues se cassent sur la structure d’un quai en Caroline du Nord. Photo : La Presse canadienne/Gerry Broome/AP

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Philippe Leblanc de Radio-Canada

En complément

Florence frappe, la côte est américaine retient son souffle – Radio-Canada 

La côte est nord-américaine frappée par l’ouragan Florence – RCI

‘Catastrophic’ flooding expected as Hurricane Florence set to make landfall – CBC 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*