Des Vénézuéliens traversent la frontière vers la Colombie, près de Cucuta, le 25 juillet 2017. Photo : Getty Images/LUIS ACOSTA

Que feriez-vous face à une inflation galopante de 1 million %?

Share

L’inflation augmente au Canada et cause des soucis aux personnes à revenus fixes ou aux travailleurs qui n’ont pas eu d’augmentation de salaire récemment. Cette inflation était en moyenne de 3 % au pays en juillet dernier, soit deux fois plus que le taux d’inflation auquel les Canadiens s’étaient habitués depuis 2010.

Des gens font la file pour acheter des aliments de base et des articles ménagers à l’extérieur d’un supermarché dans le quartier pauvre de Lidice, à Caracas, au Venezuela, le 27 mai 2016. Photo : Getty Images/RONALDO SCHEMIDT

Cette hausse est pourtant bien pâle si on la compare à l’augmentation du taux d’inflation qui frappe les Vénézuéliens. Selon le Fonds monétaire international (FMI), le taux d’inflation dans ce pays sud-américain devrait atteindre cette année 1 000 000 %!

Victime d’une grave crise politique depuis plus un an, l’économie du Venezuela poursuit sa désintégration depuis que la chute des prix du pétrole, en 2014, a privé l’État des moyens permettant de maintenir un système socialiste de subventions et de contrôles des prix.

En raison de l’inflation, il faut maintenant des millions de bolivars pour acheter des produits de tous les jours comme du pain ou du savon. Des milliers de personnes fuient maintenant le pays et se réfugient notamment en Colombie. Cela crée du coup une autre crise de type humanitaire.

Près de 1 million de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 3 ans

Le Venezuela a dévalué il y a quatre semaines sa devise de 96 %. Les nouveaux billets ont été amputés de cinq zéros…

Près de 1 million de Vénézuéliens ont quitté leur pays au cours des trois dernières années. Ce sont surtout les pays limitrophes, soit la Colombie et le Brésil, qui ont reçu ce flux migratoire, mais d’autres, plus lointains comme le Chili, les États-Unis ou l’Espagne, font également face à un afflux de migrants vénézuéliens.

La Colombie est particulièrement touchée, puisque c’est par là que passent la grande majorité des Vénézuéliens qui fuient leur pays. Le printemps dernier, le gouvernement colombien avait comptabilisé quelque 600 000 Vénézuéliens sur son territoire.

Le Pérou s’attendait pour sa part il y a un mois à accueillir 100 000 réfugiés vénézuéliens durant les prochaines semaines, ce qui porterait à un demi-million le nombre de personnes arrivées sur son sol pour fuir la crise économique et politique au Venezuela.

Une dame montre en août dernier les nouveaux billets de banque qu'elle vient de retirer d'un guichet automatique de Caracas. Photo : Reuters/Carlos Garcia Rawlins

Des Vénézuéliens traversent un pont à la frontière avec la Colombie, à San Antonio del Tachira, le 10 février 2018. Photo : Getty Images/GEORGE CASTELLANOS

Le rythme des arrivées est de 3000 réfugiés vénézuéliens par jour, selon les autorités péruviennes. Photo : Reuters/Stringer .

Une économie en faillite et une nation de plus en isolée

Pour compliquer le sort des citoyens du Venezuela, qui doivent composer avec l’une des pires crises d’hyperinflation de l’histoire moderne, leur nation se trouve maintenant isolée politiquement.

La ministre des affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland Photo : La Presse canadienne/JOHN WOODS

Rappelons que le Canada, par exemple, a rappelé le printemps dernier son ambassadeur de ce pays au lendemain de la réélection à l’issue d’un scrutin contesté du président Nicolas Maduro . « Le Canada appuie la population du Venezuela et il continuera de s’opposer à la dictature du régime Maduro », a déclaré lundi la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland. La chef de la diplomatie canadienne a ajouté que « le Canada rejette le processus électoral vénézuélien et son résultat, puisqu’il estime que ce résultat n’est pas représentatif de la volonté démocratique des citoyens vénézuéliens ».

Les résultats des récentes élections au Venezuela ont été rejetés par le Chili, le Panama et le Costa Rica, tout comme par le Groupe de Lima, une alliance de pays d’Amérique et des Caraïbes qui comprend aussi l’Argentine, le Brésil, la Colombie, le Mexique et le Canada. Tous ces pays ont rappelé leurs ambassadeurs du Venezuela.

Le président vénézuélien lors de son allocution hebdomadaire « Les dimanches avec Maduro », à la télévision d’État Photo : Reuters

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Claude Bernatchez, Jean-Michel Leprince, Francis Reddy, Ximena Sampson et Philippe Marcoux de Radio-Canada

En complément

Venezuela : une crise qui n’en finit plus – Radio-Canada 

Comprendre la crise au Venezuela en 5 questions – Radio-Canada 

Venezuela : Maduro réélu jusqu’en 2025, ses opposants rejettent les résultats – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*