Favoriser une meilleure intégration des immigrants compétents sur le marché du travail au Québec. Photo : Istock

La diminution de l’immigration au Québec empirera-t-elle la pénurie de travailleurs?

Share

L’immigration est au centre des débats de la campagne électorale québécoise, où s’affrontent deux visions.

Pour le parti la Coalition avenir Québec (CAQ), il faut réduire le nombre d’immigrants de 20 %. Selon son chef, François Legault, la société québécoise ne peut intégrer le trop grand nombre de nouveaux arrivants par année (50 000) au marché de l’emploi ainsi qu’à une langue et à une culture françaises.

Au coude à coude dans les plus récents sondages, le Parti libéral du premier ministre sortant, Philippe Couillard, prétend qu’on ne peut faire marche arrière en immigration, car cela aggraverait la pénurie de travailleurs promise depuis 10 ans et qui s’avère en ce moment.

Les électeurs québécois auront donc à choisir le 1er octobre entre ces deux visions. Appartiendraient-elles toutes deux à la réalité-fiction ou une de ces visions serait-elle dans les faits moins fausse que l’autre?

Photo PC

Vérification des faits

Depuis une quinzaine d’années, le pourcentage de postes vacants dans les entreprises québécoises est passé de 2 % à 3,9 %. Le Québec est maintenant la province la plus touchée par la pénurie de travailleurs au pays.

En raison du vieillissement de sa population, le Québec manque de travailleurs. Depuis 2006, la moitié de tous les postes ont fini par être pourvus par des immigrants.

Bonne nouvelle cependant dans une certaine mesure : la pénurie de personnel entraîne une pression à la hausse sur la rémunération. Selon la Fédération canadienne de l’entreprise Indépendante, les entreprises qui ont au moins un poste à pourvoir prévoient une augmentation moyenne globale des salaires de 2,7 %, contre 1,9 % pour celles sans poste vacant.

La crise de la pénurie est commencée véritablement depuis l’an dernier

De récentes données de Statistique Canada rendent compte de la crise. Le nombre de postes vacants a bondi de 23 % au Canada en 2017 et de 46 % au Québec. La proportion de postes vacants est particulièrement importante dans les secteurs de l’hébergement, de la restauration, du transport et des services administratifs.

Dans l’ensemble du Canada, on dénombrait, fin 2017, un total de 470 000 postes vacants : Québec : 93 000 (hausse de 46 %); C.-B. : 89 000 (hausse de 21 %); Alberta : 51 000 (hausse de 21 %); Ontario : 191 000 (hausse de 17 %)

Quelle est la meilleure solution?

Pierre Fortin – Photo : Radio-Canada

Pour contrer la pénurie de personnel, le maintien ou l’augmentation du nombre d’immigrants n’est pas l’unique solution pour l’économiste Pierre Fortin, professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal.

Il faut, selon lui, mieux retenir le personnel existant en investissant dans la formation ou en augmentant les salaires. « On ne peut pas dire qu’on va augmenter les quotas généraux d’immigration et que ça va régler notre problème. Il faut miser sur l’adéquation entre les compétences des immigrants et celles requises par les entreprises. »

Simon Gauvreau – Photo : YouTube

Il faut aussi mieux arrimer l’éducation aux besoins du marché du travail, croit Simon Gaudreault, de la Fédération canadienne de l’Entreprise Indépendante. « Pendant longtemps, on a peut-être trop fait la promotion de métiers ou de voies académiques très spécialisées au détriment d’autres parcours », avance-t-il.

« Ça prend des gens qui vont vouloir travailler en production, en vente, dans le domaine du transport. » La mise en place de stages et de visites en entreprise permettra aussi de mieux guider les étudiants.

Recommandé pour vous :
Intégration des immigrants : le débat s’incruste dans une autre campagne électorale québécoise

Le chef de la CAQ François Legault et une travailleuse d’origine étrangère Photo : Radio-Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Annie Desrochers, Barbar Leroux, Ximena Sampson , Gérald Fillion et Hugo Lavallée de Radio-Canada

En complément

La pénurie de main-d’oeuvre décortiquée – Radio-Canada 

Quelles solutions pour la pénurie de main-d’oeuvre? – Radio-Canada 

Des entrevues en rafale pour dénicher de la main-d’œuvre – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*