Le premier navire de patrouille arctique et hauturier de la Marine royale du Canada, le futur NCSM Harry DeWolf, au chantier naval d'Irving Shipbuilding à Halifax en Nouvelle-Écosse. Photo : La Presse Canadienne

Pressions américaines? Enquête sur l’équipement chinois dans les navires de la Marine royale du Canada

Share

Des documents révèlent que l’ancien ministre du Commerce international du Canada a sondé discrètement, le printemps dernier, des fonctionnaires du ministère de la Défense nationale au sujet de certains équipements de provenance chinoise et qui sont intégrés aux nouveaux navires de patrouille extracôtiers de la Marine canadienne.

François-Philippe Champagne, ancien ministre du Commerce international Photo : Radio-Canada

La demande inhabituelle venait du bureau du ministre François-Philippe Champagne, qui était alors à la tête du ministère du Commerce international, au moment où les négociateurs canadiens étaient au coeur de négociations tendues avec Washington au sujet d’un nouvel accord de libre-échange nord-américain.

Une note d’information, préparée à l’intention du ministre du Commerce international par le ministre canadien de la Défense Harjit Sajjan et obtenue par CBC News en vertu de la loi sur l’accès à l’information, stipule que l’équipement des nouveaux navires en construction provient d’une « variété de fabricants ».

On y apprend également qu’un bon nombre de ses fabricants se trouvent à l’étranger, mais qu’une quantité très limitée provient de la République populaire de Chine. On notait enfin que 17 % de l’acier utilisé pour construire le premier né de ces nouveaux navires, ainsi que ses embarcations de sauvetage, les éléments des systèmes d’amarrage et de remorquage et divers tuyaux et accessoires provenait de sociétés chinoises.

Le saviez-vous?
Afin de construire trois navires de patrouille extracôtier et de l’Arctique de la flotte militaire canadienne, le gouvernement canadien a établi un partenariat stratégique à long terme avec le chantier naval de la compagnie Irving Shipbuilding inc., situé à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

La construction des trois premiers navires est en cours et une première livraison est prévue pour 2019. Photo : SNACN
Des inquiétudes américaines?
Rappelons que Donald Trump a souvent exprimé sa méfiance à l’égard des intentions des entreprises chinoises dans les secteurs de la défense et des hautes technologies et voulant faire affaire aux États-Unis.
On sait que, ces derniers mois, le Pentagone a sondé discrètement ses alliés pour savoir qui construisait leur équipement militaire, tant matériel que logiciel. Le chef des acquisitions du département américain de la Défense a déclaré l’été dernier que le Pentagone était en train d’élaborer une liste dite « Ne pas acheter » de logiciels qui ne répondent pas aux normes de sécurité nationale.

Dave Perry de l’Institut canadien des affaires internationales Photo : Twitter

« Il y a eu quelques inquiétudes à ce sujet dans les milieux militaires américains qui voulaient déterminer dans quelles mesures des entreprises travaillant dans des secteurs sensibles appartiennent à des intérêts chinois », a déclaré Dave Perry, un expert en approvisionnement de l’Institut canadien des affaires internationales.

Il précise qu’à un niveau assez élevé, les États-Unis s’inquiétaient du fait que le Canada ait des entreprises dans la chaîne d’approvisionnement de son armée qui ont des intérêts chinois ou une propriété partielle chinoise.

Intenses pressions américaines sur le Canada?

Le questionnement du Canada au sujet de la présence de produits chinois dans ses navires pourrait avoir été directement influencé par les préoccupations et pressions américaines.

L’expert en sécurité nationale, Wesley Wark Photo : Radio-Canada

Wesley Wark, professeur à l’Université d’Ottawa et l’un des plus grands spécialistes de la cybersécurité et du renseignement au pays, affirme que les Américains se préoccupent surtout de l’électronique et d’autres équipements de guerre, pas nécessairement des détails.

Selon M. Wark, le Canada, qui avait trouvé un ton indépendant dans ses relations commerciales avec la Chine et qui a résisté aux pressions américaines et australiennes visant à interdire le géant chinois des télécommunications Huawei, a sans doute été la cible de pressions américaines intenses.

« Le Canada a subi d’intenses pressions de la part de l’administration Trump pour qu’il suive l’exemple général en menant une guerre commerciale avec la Chine », a-t-il dit.

Qu'en pensez-vous?
Le Canada veut négocier un accord de libre-échange avec la Chine! Le Canada est-il prêt pour cet autre pas de danse avec un éléphant? Lisez notre reportage…

Justin Trudeau et Xi Jinping Photo : Sean Kilpatrick/La Presse canadienne

RCI avec la contribution de Murray Brewster de CBC

En complément

Contrat fédéral de trois brise-glaces pour Davie au Québec – RCI 

Comment qualifier le son de la glace quand elle est fendue par un brise-glace? Terrifiant! – RCI 

100 ans plus tard, une épave dans les eaux arctiques du Canada regagne la Norvège – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*