Jean Chrétien parle à l’Université de la Saskatchewan à Saskatoon mercredi. (Don Somers / CBC)

Jean Chrétien lors d'une prise de parole à l’Université de la Saskatchewan à Saskatoon. (Don Somers / CBC)

« Le Québec est pris au piège par un problème inexistant » : Jean Chrétien est-il un donneur de leçon?

Share

Le nouveau premier ministre du Québec veut déposer un projet de loi pour interdire le port de signes religieux chez les travailleurs de l’État en position d’autorité. Le sujet suscite beaucoup de réactions et même des manifestations. L’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien (1993-2003) a mentionné que la classe politique québécoise est « prise au piège » parce qu’elle a engendré un « débat inutile ».

Un débat appelé à mourir de sa propre mort?

Le 20e premier ministre du Canada s’est servi de l’image de personnes prises dans la neige pour illustrer le caractère inutile du débat ouvert par la Coalition avenir Québec sur la laïcité de l’État et les accommodements de minorités religieuses.

Selon lui, ce débat disparaîtra naturellement et la société sera obligée de passer à autre chose, car lorsqu’on est coincé dans la neige avec son véhicule, il suffit d’avancer et de reculer plusieurs fois pour en sortir, comme à l’époque où le Canada était coincé dans le débat sur la société distincte voulue par le Québec.

Au cœur du débat sur la société distincte, il y avait un enjeu de laïcité de l’État, en rapport avec le port du voile islamique, ce qui avait suscité des discussions sur les accommodements raisonnables.

Dix ans plus tard, le gouvernement caquiste estime qu’il doit appliquer le programme sur lequel il a été élu, en revenant sur le rapport Bouchard-Taylor.

Jean Chrétien est-il un donneur de leçon?

Réagissant à la déclaration de M. Chrétien, le porte-parole de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, a tenu à remercier l’ancien premier ministre pour sa suggestion, tout en rappelant que le parti a reçu l’appui populaire pour conduire ce dossier, et qu’il compte bien aller de l’avant avec son plan.

Il démontre ainsi que le Québec est tout à fait capable d’assumer ses responsabilités dans ce débat, sans avoir à recevoir de leçons de qui que ce soit. C’est à penser que la position de M. Chrétien, en tant qu’ancien premier ministre du Canada, ne compte absolument pas. S’il est clair qu’il n’est plus en position d’autorité, il n’en demeure pas moins qu’en tant que citoyen et Québécois, il a le droit de donner une opinion sur une question polarisante.

Jean Chrétien a rappelé que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, « alors qu’il n’est certainement pas un professeur de droit », a récemment menacé de faire appel à la clause dérogatoire dans le dossier de la réduction de la taille du conseil municipal de Toronto. Le but était d’outrepasser une décision du tribunal qui l’empêchait de procéder à cette réduction. M. Ford a dû y renoncer lorsque la décision du tribunal a été annulée.

Avec l’exemple de M. Ford à l’appui, Jean Chrétien souhaite faire comprendre à la CAQ qu’il n’est pas nécessaire de recourir à la clause dérogatoire pour ce qui est de la laïcité, sans en mesurer les conséquences.

Le représentant de la CAQ a réitéré la volonté du parti d’aller de l’avant avec son projet de loi sur la laïcité et d’introduire une clause qui permettrait l’ouverture de l’interdiction du port de signes religieux aux enseignants, en plus d’envisager un dialogue avec les autres partis politiques sur le sujet.

Il convient de mentionner que c’est M. Chrétien qui avait recommandé à l’ancien premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau d’accepter la disposition de dérogation pour obtenir l’appui des provinces à la Charte des droits et libertés.

« Je ne pense pas que M. Legault en connaisse beaucoup sur la Charte des droits et libertés », a déclaré Jean Chrétien, qui soutient que la clause dérogatoire, bien que controversée, a été à l’origine d’un compromis important entre le fédéral et les provinces.

En complément :

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*