Le prince héritier Mohammed ben Salmane en Arabie Saoudite (AFP/FAYEZ NURELDINE) et l'ancien ambassadeur du Canada en Arabie saoudite, Dennis Horak ( CBC)

Chicane entre Riyad et Ottawa : « Grave réaction excessive » de l’Arabie saoudite, affirme notre ex-ambassadeur expulsé

Share

Dennis Horak, un diplomate de carrière qui a été expulsé au mois d’août par le Royaume, rompt son silence sur l’affrontement diplomatique alimenté par Twitter.

Dans une entrevue accordée à CBC News, l’ancien ambassadeur du Canada en Arabie saoudite dit comprendre que les dirigeants saoudiens ont été contrariés par un tweet de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland. « Mais réagir comme ils l’ont fait, c’était une grave réaction excessive », dit-il.

À la racine de la dispute qui a mis fin aux relations officielles du Canada avec l’Arabie saoudite, c’est ce message de la ministre canadienne : « Le Canada est gravement préoccupé par de nouvelles arrestations de militants de la société civile et des droits des femmes en Arabie saoudite, dont Samar Badawi. Nous exhortons les autorités saoudiennes à les libérer immédiatement, ainsi que tous les autres militants pacifiques des droits de l’homme. »

Ce qui s'est produit dans les six heures qui ont suivi l'envoi de ce tweet
– L’ex-ambassadeur Dennis Horak s’est vu interdire de retourner en Arabie saoudite.
– L’ambassadeur saoudien au Canada a été rappelé.
– De nouveaux échanges commerciaux ont été interrompus.
– Des ordres ont été donnés pour retirer les investissements saoudiens au Canada.
– 8300 étudiants saoudiens de niveau postsecondaire se sont fait dire de quitter le Canada.
– Les vols à destination du Canada de la compagnie aérienne saoudienne ont été annulés.

Réactions trop vives et exagérées de Riyad?

L’ancien ambassadeur du Canada en Arabie saoudite, Dennis Horak Photo : CBC

M. Horak est diplomate depuis près de 30 ans et en était à sa troisième année à titre d’ambassadeur du Canada en Arabie saoudite, sa deuxième affectation dans le Royaume.

« Je pense que nous sommes allés un peu trop loin. Je ne sais pas si nous pouvons nous en sortir, mais nous devons décider si nous le voulons ou pas », a-t-il précisé.

Dans les faits, Dennis Horak remet en question la stratégie diplomatique actuelle du Canada en ce qui concerne le Royaume. « Que nous aimions ou non ce que ses dirigeants monarchiques font n’est pas vraiment la question. Si vous voulez que ces changements se produisent, vous devez faire entendre votre voix… Vous devez les pousser à s’engager. Et on n’a pas fait ça. »

Voyez si le Canada a commis une erreur dans la forme et dans le fond en envoyant ce tweet

Riyad abrite les diverses ambassades internationales en Arabie saoudite. Photo : REUTERS

L’Arabie saoudite s’explique, persiste et signe

Prince Mohammed ben Salmane  Photo : BBC

Bien que le roi Salmane soit toujours à la tête du pays, c’est le prince héritier Mohammed ben Salmane, ou MBS comme on l’appelle, qui apparaît être le leader de facto. Or, dans une entrevue accordée à l’agence Bloomberg la semaine dernière, MBS a continué d’insister pour dire que le Canada va trop loin en demandant la libération immédiate des militantes des droits des femmes.

À l’ONU, le 26 septembre dernier, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir a accusé le Canada d’avoir traité par ce tweet le Royaume d’Arabie saoudite comme s’il était une république de banane. « Vous pouvez nous parler des droits de la personne tant que vous voulez, nous serons heureux d’avoir cette conversation comme nous le faisons avec tous nos alliés, mais nous faire la morale. Ce n’est pas possible. Ça n’arrivera pas. »

Adel al-Joubeir à l’ONU Photo : AP

Il expliquait que les Saoudiens croyaient que, par ce message, le Canada ciblait les citoyens de son pays directement alors que l’Arabie saoudite se trouve en période de volatilité.

« Certaines des réformes, la conduite automobile des femmes, l’introduction de cinémas publics, etc. s’avèrent populaires auprès du peuple saoudien. Mais d’autres éléments ne sont pas satisfaits des réformes et estiment que l’Arabie saoudite est peut-être trop conforme aux exigences occidentales », disait-il.

« Cela leur donnerait des munitions pour dire : « Regardez, regardez, nous sommes bousculés par l’Occident, ils exigent maintenant que notre système judiciaire fasse X, Y et Z. » »

Depuis le mois de juin, les Saoudiennes peuvent enfin obtenir le droit de conduire une auto sans craindre d’être fouettées ou d’être emprisonnées. Photo : AP/Hasan Jamali

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Claude Bernatchez, Alain Gravel et Michel C.Auger de Radio-Canada et les informations d’Adrienne Arsenault de CBC News

En complément

Ottawa va défendre les droits et libertés, n’en déplaise à Riyad – RCI 

L’Arabie saoudite n’annulera pas ses livraisons de pétrole au Canada malgré le différend diplomatique – RCI 

Exportation controversée de véhicules blindés canadiens à l’Arabie saoudite de nouveau autorisée – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*