Un camion accidenté qui a été sorti d'un fossé. Photo : Radio-Canada

Tests de dépistage de drogues fictifs pour des conducteurs de camions du pays se rendant aux États-Unis

Share

La police de la ville de Winnipeg, au centre du Canada, affirme que l’entreprise Precision Health a fait semblant d’effectuer des tests de dépistage de drogue pour des conducteurs de camions canadiens qui devaient traverser la frontière et répondre favorablement aux exigences américaines de tolérance zéro concernant la consommation de drogue.

Photo : Gary Solilak/CBC News

Le département américain des Transports exige que les conducteurs de camions commerciaux passent des tests de dépistage de drogue et d’alcool avant de se rendre aux États-Unis.

Les enquêteurs policiers allèguent que l’entreprise Precision Health a fabriqué de toutes pièces des résultats négatifs de centaines de tests pour 32 entreprises de camionnage du Manitoba qui ne se seraient doutées de rien.

Precision Health Ltd. avait été embauchée par ces entreprises de camionnage du Manitoba pour prélever des échantillons d’urine auprès des conducteurs et les faire analyser dans un laboratoire. Mais, pendant près d’un an et demi, ces tests n’ont jamais été effectués même si Precision Health continuait de publier des rapports de laboratoires comme si de rien n’était.

La Ville de Winnipeg dit qu’elle a elle-même utilisée Precision Health depuis environ 10 ans et qu’elle a payé plus de 3000 $ à l’entreprise depuis 2017.

Les allégations de la police n'ont pas encore été prouvées devant les tribunaux
La propriétaire de Precision Health, Colleen Robinson, n’a pas répondu aux appels de CBC News. La police enquête toujours sur l’affaire et n’a pas dit publiquement si des accusations seront portées contre Colleen Robinson.

Colleen Robinson – Facebook

Bris de confiance potentiellement très dangereux et coûteux

Dwight Barkman est le propriétaire de Barkman Transport. Dans les documents du mandat de perquisition, la police de Winnipeg allègue que son entreprise est l’une des 32 entreprises de camionnage qui ont reçu des résultats d’analyse fabriqués de toutes pièces. (Gary Solilak/CBC Nouvelles)

« C’est un problème, déclare Dwight Barkman, propriétaire de Barkman Transport, l’une des 32 entreprises de camionnage visées dans ce scandale. Vous attendez honnêteté et intégrité de la part des gens avec qui vous faites affaire. »

M. Barkman précise que son entreprise a travaillé avec Precision Health pendant 20 ans, mais a mis fin à cette relation plus tôt cette année, après que la police l’eut contacté pour lui dire que les échantillons d’urine de ses camionneurs n’avaient jamais été testés et que les résultats négatifs qu’ils avaient reçus avaient été fabriqués.

M. Barkman affirme que si un conducteur avait eu un accident aux États-Unis et qu’on avait découvert qu’il avait de la drogue ou de l’alcool dans son système, l’entreprise aurait pu être accusée et poursuivie pour des millions de dollars.

« Ils pourraient avoir eu un accident et tuer quelqu’un… ce qui pourrait être une énorme responsabilité pour votre compagnie d’assurance, pour la compagnie et pour toutes les personnes en cause. Ça pourrait vous faire fermer boutique », a dit M. Barkman.

Un camion rose qui fait tourner les têtes

Le mari d’une femme qui a survécu huit fois au cancer du sein lui a offert un camion remorque rose de 75 tonnes. Photo Credit: CBC News

RCI avec les informations de Caroline Barghout et Vera-Lynn Kubinec de CBC News.

En complément

Vous êtes camionneur? Un emploi vous attend peut-être au Manitoba – RCI

« Délais de livraison déraisonnables, horaires imprévisibles, camionneurs pressés comme des citrons » – RCI

Se plaint-on au Canada du bruit et des vibrations des gros camions? – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*