Donald Trump (Reuters/Kevin) et l'ancien premier ministre Jean Chrétien en entrevue pour parler de son nouveau livre. (Evan Mitsui/CBC)

Trump marque la fin de l’Empire américain selon l’ex-premier ministre canadien Jean Chrétien

Share

L’ancien premier ministre libéral Jean Chrétien, qui a dirigé le Canada pendant tout près de 10 ans de 1993 à 2003, affirme que Donald Trump n’est pas qualifié pour la présidence des États-Unis et que son élection annonce le déclin de l’Empire américain et de son influence.

M. Chrétien dévoile cette opinion peu flatteuse à l’égard de Trump dans, Mes histoires, son nouveau livre d’anecdotes de ses 10 années comme premier ministre du Canada. Celui qui a pris sa retraite de la vie politique en 2003 après avoir remporté trois mandats électoraux majoritaires n’hésite pas à s’exprimer sur l’actualité, notamment sur Trump.

« Il a été très triste d’observer l’erreur monumentale commise par nos voisins du sud en novembre 2016 », écrit-il dans un chapitre où il raconte les moments heureux que lui et sa femme, Aline, ont passés avec l’ancien président américain Bill Clinton et sa femme, Hillary, qui a été battue par Trump aux dernières élections présidentielles.

Dans une série d’entrevues qu’il accorde aux médias pour parler de son nouveau livre, Jean Chrétien révèle à quel point, malgré son âge (84 ans), il pourrait aisément remettre des gants de boxe et replonger dans l’arène politique. Il ne ménage pas ses coups à l’endroit de Donald Trump.

Dans son livre, M. Chrétien dit que le rassemblement de la suprématie blanche de l’an dernier à Charlottesville, en Virginie, nous a exposé le vrai visage de Donald Trump.Il décrit l’occupant de la Maison-Blanche comme un fanatique.

Les empires disparaissent

Jean Chrétien, ancien premier ministre du Canada  Photo Credit: PC / Adrian Wyld

« Je crains que la défaite d’Hillary et l’arrivée du fanatique Trump ne marquent la véritable fin de l’Empire américain. Tu peux comprendre pourquoi Aline et moi sommes si heureux d’avoir les Clinton comme amis, et presque aussi fiers d’être éloignés autant que possible de Donald Trump. »

« Vous savez, vous voyez l’émergence des Chinois et le déclin de l’Amérique. Quand je voyage à travers le monde, j’ai l’impression que leur influence diminue très rapidement », ajoute-t-il.

M. Chrétien déclare que l’administration protectionniste de M. Trump tente de briser l’ordre international qui a pourtant créé la prospérité dans le monde depuis les années 1940 ,et cela inquiète les alliés traditionnels. Les États-Unis se sont entre autres retirés de l’accord de dénucléarisation de l’Iran. « Si vous voulez être en isolement, c’est très bien. Mais tu as moins d’influence. »

La montée et la chute des superpuissances sont naturelles et inévitables, a mentionné M. Chrétien. « Vous savez, les empires disparaissent. Beaucoup de gens sont nostalgiques de l’Empire britannique. Beaucoup de gens en France rêvent encore de Napoléon. Il est mort depuis longtemps. La vie est comme ça. »

Durant ces années au pouvoir (1993-2003)
– On se souvient de Jean Chrétien comme du premier ministre qui a cherché à étoffer la politique étrangère de son pays afin que le Canada puisse remplir un rôle à sa mesure sur la scène internationale et contrebalancer le poids des États-Unis
– Sur le plan intérieur, on se souvient de sa réduction du déficit annuel du gouvernement fédéral alors qu’il avait hérité d’un pays largement endetté. Avec l’aide de son ministre des finances, Paul Martin, qui lui a succédé comme premier ministre de 2003 à 2006, Jean Chrétien a éliminé un déficit budgétaire de 42 milliards de dollars, 5 budgets excédentaires ont été enregistrés.
– Les provinces affirment par contre qu’elles ont dû assumer les frais d’une large part de ces économies budgétaires fédérales.

Jean Chrétien, le 4 mai 1980 alors qu’il était ministre de la Justice. Photo : Radio-Canada

Le Canada est-il lui aussi vulnérable à une montée du populisme à la Donald Trump?

Bien que Jean Chrétien écrive dans son livre qu’aucun pays n’est à l’abri d’un « retour en arrière en matière de valeurs sociales » et que le Canada doit demeurer vigilant, il affirmait cette semaine en entrevue que le Canada a évité le genre de polarisation qui afflige les États-Unis parce que le pays a de bien « meilleures institutions ».

Il montre du doigt notamment le processus de nomination très politisé des juges aux États-Unis, ce qui ne se fait jamais au Canada. La récente confirmation de Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême de Trump, est devenue à ses yeux un cirque partisan.

Le système judiciaire canadien n’a pas été touché par cette politisation, conclut Jean Chrétien, qui a été ministre de la Justice de 1980 à 1982. « Je n’ai jamais su si le juge en chef [de la Cour suprême du Canada] avait voté pour moi et je ne lui ai jamais posé la question », indique M. Chrétien en parlant de Beverley McLachlin qu’il a nommée juge en chef de la Cour suprême en 2000. Elle a pris sa retraite en décembre dernier.

Voyez comment le Parti conservateur du Canada pourrait profiter du populisme aux prochaines élections, selon l'ex-premier ministre conservateur Stephen Harper...

L’ancien chef conservateur Stephen Harper et Donald Trump (Brendan Smialowski/AFP/Getty Images)

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de CBC News

En complément

« Le Québec est pris au piège par un problème inexistant » : Jean Chrétien – RCI 

ALENA : plus facile de négocier qu’en 1994, prétend l’ex-premier ministre Jean Chrétien – RCI 

Chrétien says Americans made ‘a monumental error’ when they elected Trump – CBC 

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*