L'ancien chef conservateur Stephen Harper et Donald Trump (Brendan Smialowski/AFP/Getty Images)

Le conservateur Stephen Harper explique à son parti comment composer avec le populisme aux prochaines élections

Share

M. Harper publie un nouveau livre, Right Here, Right Now (Ici, maintenant), dans lequel il explique comment les conservateurs peuvent composer avec la montée du populisme depuis l’élection de Donald Trump à la présidence américaine.

En poste de 2006 à 2015, l’ancien premier ministre canadien a déjà accordé des entrevues à des médias américains plus tôt cette semaine pour faire la promotion de ce livre dans lequel il soutient que les dirigeants politiques ne peuvent ignorer les forces qui ont mené M. Trump à la Maison-Blanche.  

Stephen Harper estime que les partisans de M. Trump ne peuvent pas simplement être considérés comme des bigots mal informés. L’ancien premier ministre canadien s’efforce donc de comprendre le phénomène du populisme en expliquant ses causes et en proposant quelques tactiques pour le combattre ou même l’utiliser.

Stephen Harper, l’ancien premier ministre du Canada, prononce une allocution lors de la conférence d’orientation de l’American Israel Public Affairs Committee à Washington, le 26 mars 2017. (Jose Luis Magana/Canadian Press)

Ce que le Parti conservateur doit faire aux prochaines élections

Stephen Harper estime que les dirigeants conservateurs canadiens doivent, dans un premier temps, trouver des moyens de combler le fossé qui les sépare des travailleurs méfiants à l’égard de la classe politique.

Puis, dans son livre Right Here, Right Now, il affirme qu’« une approche conservatrice pragmatique face à l’économie de marché » par exemple constitue le meilleur moyen de gérer la montée actuelle du populisme.

« Si les conservateurs n’élaborent pas de réponses, non seulement nous aurons l’air déconnectés, mais nous céderons aussi du terrain aux mauvaises idées de l’autre côté (les autres partis fédéraux canadiens) », écrit-il.

Les médias ne sont pas les bienvenus, même au Canada
– Comme c’était souvent l’usage durant ses années au pouvoir, les journalistes seront interdits de présence lors d’une allocution que Stephen Harper doit faire jeudi, dans le cadre de sa tournée de promotion de son nouveau livre, signe, selon La Presse canadienne, que l’ancien premier ministre conservateur continue peut-être de nourrir une certaine antipathie à l’égard de la presse nationale.
– L’allocution doit avoir lieu devant le Canadian Club de Toronto, qui avait pourtant précédemment invité des journalistes à couvrir l’événement. Mais l’organisme a envoyé mercredi un avis aux médias indiquant que l’invitation avait été transmise « par erreur ».

Le Canadian Club « désinvite » les journalistes à une allocution de Stephen Harper. (La Presse canadienne)

Pendant près de 10 ans à la tête du pays, M. Harper et les membres de son cabinet ont entretenu une relation acrimonieuse avec les médias nationaux. M. Harper se méfiait des motivations profondes des journalistes, et son entourage contrôlait étroitement l’accès aux ministres, diplomates étrangers et hauts fonctionnaires et même jusqu’aux scientifiques du gouvernement.

Le Parti conservateur devra aussi composer avec le nouveau Parti populaire du Canada (PPC)

Maxime Bernier, au bureau d’Élections Canada, à Gatineau, pour demander l’enregistrement officiel du Parti populaire du Canada (PPC). PHOTO ADRIAN WYLD, PC

Alors que Stephen Harper discute de stratégie pour que le Parti conservateur tienne compte du courant populiste aux élections fédérales de l’automne 2019, il doit pour le moment composé avec la naissance d’une nouvelle formation politique conservatrice en ce moment au pays : le Parti populaire du Canada (PPC).

Le dissident conservateur Maxime Bernier a franchi mercredi une nouvelle étape en vue de transformer son mouvement politique en parti officiel lorsqu’il s’est présenté au bureau d’Élections Canada, pour obtenir l’enregistrement de son parti.

Des sympathisants auraient donné plus de 350 000 $ à son mouvement au cours des sept dernières semaines.

En route vers les prochaines élections

M. Bernier soutient que 43 associations de circonscription existent déjà en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan, et que d’autres réunions ont lieu cette semaine pour en créer 27 autres.

« On peut créer une surprise parce que je pense que les gens sont tannés de la façon traditionnelle dont les vieux partis font de la politique », a soutenu M. Bernier mercredi.

Il a été député conservateur pendant plus d’une décennie, avec Stephen Harper, avant de quitter le parti en août à la suite d’un différend avec le nouveau chef, Andrew Scheer, principalement autour de la gestion de l’offre dans le secteur agricole. Mais l’idée de créer un nouveau parti a commencé à germer lorsque M. Scheer a défait M. Bernier dans la course à la direction du Parti conservateur en mai 2017.

Voyez pourquoi Trump marque la fin de l’empire américain selon l'ex-premier ministre canadien Jean Chrétien...

Donald Trump (Reuters/Kevin) et l’ancien premier ministre Jean Chrétien (Evan Mitsui/CBC)

RCI avec La Presse canadienne, CBC et la contribution de Radio-Canada

En complément

Stephen Harper éjecté de son siège de premier ministre par les électeurs canadiens – RCI 

Andrew Scheer nouveau chef des conservateurs au Canada : Stephen Harper 2.0? – RCI 

Stephen Harper quitte la vie politique – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*