à nouveau en débrayage depuis ce 22 octobre, les employés de Postes Canada dans certaines régions du pays s'engagent à poursuivre la livraison de chèques d'aide sociale
Photo Credit: PC

Postes Canada : les employés en grève dénoncent la surcharge de travail avec la livraison du cannabis à domicile

Share

Postes Canada est à nouveau dans la tourmente cette semaine à cause du débrayage de ses employés dans certaines villes du pays. Ils dénoncent notamment de mauvaises conditions de travail exacerbées par l’augmentation de la livraison du cannabis à domicile dans les tâches quotidiennes, sans véritables mesures d’accompagnement.

RCI avec Radio-Canada

Près de 50 000 colis à livrer chaque semaine

Le mécontentement se poursuit à Postes Canada. Des employés qui dénoncent de plus en plus l’importance de leurs charges de travail et des conditions qui ne répondent pas à leurs attentes.

Ils portent à l’attention de la partie patronale le fait qu’avec la livraison de près de 50 000 colis supplémentaires à domicile, chaque semaine, leurs journées sont de plus en plus éprouvantes :

  • La journée de huit heures de travail peut parfois durer quatre de plus, sans mesures compensatoires pour les heures supplémentaires reliées au changement du volume des tâches.
  • Les employés sont sans convention collective depuis plusieurs mois : leurs salaires stagnent, sans possibilité d’avancement, ce qui les confine à la précarité, notamment en zone rurale et suburbaine;
  • Les accidents de travail lors des livraisons sont de plus en plus nombreux et les facteurs semblent abandonnés à leur triste condition.

Les syndiqués de Postes Canada, sans convention collective depuis 10 mois, entendent poursuivre la grève jusqu’à l’obtention d’une « offre sérieuse de la partie patronale ». Photo : Radio-Canada. Credit: PC / Sean Kilpatrick

L’offre de la partie patronale critiquée

Ce sont 50 000 syndiqués de Postes Canada qui sont concernés par le débrayage qui a commencé lundi autour du plus grand centre de distribution de la société, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

La grève va s’étendre progressivement dans les autres centres, notamment à Windsor, en Ontario, à Edmonton, en Alberta, et à Victoria, en Colombie-Britannique.

La partie patronale déclare avoir tenté de négocier de bonne foi, en proposant de nouveaux avantages sociaux.

« Nous avons déposé une offre significative qui comprend des augmentations de salaire, la sécurité d’emploi et l’amélioration des avantages sociaux, et qui ne demande aucune concession. Nous répondons aussi à de nombreux enjeux soulevés par le syndicat et nous avons offert de travailler ensemble à trouver des solutions constructives », affirme la société d’État.

Ces propositions ne répondent pas toujours aux attentes des employés qui entendent poursuivre la mobilisation.

« En fin de semaine, Postes Canada avait la possibilité d’empêcher qu’une interruption de service commence lundi matin. Mais, comme elle le fait depuis près d’un an, elle a plutôt préféré refuser de discuter des enjeux qui comptent pour nos membres », a déclaré Mike Palecek, président national du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP ).

En complément :

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Postes Canada : les employés en grève dénoncent la surcharge de travail avec la livraison du cannabis à domicile
  1. Benoit L dit :

    Les postiers ont à juste demander un pourcentage de 20 à 40 % sur tout les expresspost livrer payer à la pièce livrer ce qui prend plus de temps à livrer que livrer 10 lettres en même temps qui ne demande pas d’attention

  2. Mario labine dit :

    Vous êtes déjà habillé des pieds a la tète, déplacé gratuitement avec des avantages sociaux majeur , de bon salaires , et vous vous ne savez que vous plaindre …Vous ne vous render meme pas compte que vos emplois sont en voit d’extinction Vous êtes payé pour livré alors livré et …
    LA FERME …