Un panneau indiquant les principales organisations de presse aux États-Unis et les mots « fausses informations » alors que le président américain Donald Trump s'exprimait lors du rassemblement « Make America Great Again » à Washington, au Michigan, le 28 avril 2018 (Crédit photo : Reuters/Joshua Roberts)

Le phénomène des fausses nouvelles, une plaie pour les démocraties?

Share

Les fausses nouvelles semblent avoir envahi notre quotidien jusqu’à fragiliser les démocraties occidentales. Ces contre-vérités – l’Office québécois de la langue française parle d’infox, un mélange des termes « intoxication » et « information » – enveniment de plus en plus le débat public.

La panique est telle que plusieurs pays sont sur le point de légiférer en la matière, c’est le cas de l’Allemagne et de la France. Mais qu’en est-il au Canada? On en parle avec Louis-Philippe Lampron, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université Laval.

Les fausses informations sont très difficiles à définir, déclare en entrevue Louis-Philippe Lampron. « On peut dire de manière générale que c’est quelque chose qui va porter ou déformer des éléments en lien avec par exemple une étude scientifique ou le comportement d’un politicien. Mais il faut distinguer la fausse nouvelle de la diffamation dont cette dernière peut être contestée devant les tribunaux. La fausse nouvelle, c’est quelque chose d’insaisissable qui se rapproche davantage de la rumeur. Sa définition est un grand enjeu qui rend la lutte contre le phénomène plutôt difficile. »

Les fausses nouvelles, les ragots ou les rumeurs ont toujours existé, rappelle le professeur. « Ce qui a dramatiquement changé, c’est leur impact sur la société. Les réseaux sociaux ont contribué à leur donner un lourd degré de pénétration chez les populations des pays occidentaux. »

Écoutez l’entrevue avec Louis-Philippe Lampron (7 minutes et 14 secondes) :

Écoutez

La France et l’Allemagne ont décidé de s’attaquer aux fausses nouvelles en proposant des lois contre ce que les deux pays européens nomment la « manipulation de l’information ». Au Canada, la situation est différente.

« Jusqu’en 1992, il existait une disposition dans le Code criminel canadien rendant passible de sanctions criminelles le fait de diffuser des fausses nouvelles, raconte M. Lampron. Cette disposition a été invalidée en 1992 dans le cadre de l’arrêt Zundel rendu par la Cour suprême qui expliquait alors les risques de censure par l’appareil gouvernemental. En fait, le problème est de savoir qui va déterminer ce qui est faux ou ce qui est vrai. C’est une notion très problématique en ce qui concerne la liberté d’expression. »

Il existe néanmoins des limites importantes à la liberté d’expression, ajoute le professeur. « La propagande haineuse ou la diffamation peuvent être poursuivies. Ce qui contribue à la panique en ce qui concerne les fausses nouvelles, c’est qu’on réalise à quel point elles attirent plus de clics que les véritables nouvelles ou celles qui sont crédibles. Mais c’est le propre des réseaux sociaux. Les gens qui ne s’informent qu’à partir des réseaux sociaux vont voir la réalité informationnelle déformée par cette espèce de résonance découlant des algorithmes. »

Une question : pourquoi la vérité nous paraît-elle moins puissante que le mensonge?  « Il y a des acteurs puissants qui s’attaquent aux faits sur lesquels il existait jusqu’ici un consensus. Une démocratie repose sur la reconnaissance de faits vérifiés et vérifiables à partir desquels on peut prendre des décisions. Lorsqu’il n’y a plus de faits communs, la démocratie tombe. Ce qui peut faire l’affaire à des gens qui veulent garder le pouvoir. »

Une vraie fausse nouvelle pour sensibiliser les internautes. Une vidéo fait le tour des médias sociaux. Quel sera son impact? Entrevue avec Jonathan Jarry.

Lire aussi :

Comment naviguer dans le monde des « fake news », les fausses nouvelles

Comment outiller les jeunes Canadiens face aux « fake news »?

Fausses nouvelles : Facebook et l’AFP font front commun

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*