Visite au Musée des beaux-arts de Montréal (Photo crédit : Mikaël Theimer « MKL »)

Les médecins canadiens peuvent prescrire à leurs patients des visites au musée

Share

Depuis le 1er novembre, les médecins du Canada peuvent prescrire à leurs patients des visites au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Une idée farfelue? Non, pas du tout. C’est d’ailleurs très sérieux. Ce programme unique au monde est en fait un projet pilote dont l’objectif se réfère sur les nombreuses recherches concernant la thérapeutique de l’art. Alors, l’art est-il bon pour la santé? On en parle avec Natalie Bondil, directrice du MBAM.

L’art-thérapie, Nathalie Bondil y croit depuis un certain nombre d’années déjà. « Pour moi, c’était un rêve qu’un jour on allait avoir des prescriptions médicales pour aller faire des visites dans les musées. J’ai eu l’occasion d’exprimer ce vœu l’année dernière quand j’ai été invitée par le congrès de l’Association des médecins francophones du Canada (MdFC). Un an plus tard, nous y sommes. »

La directrice a toujours eu l’intime conviction que l’art pouvait faire du bien. « Cela fait maintenant plusieurs années que je bâtis tout un programme autour de l’art et la santé. Nous avons mis en place un comité art et santé lancé par Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec. Nous proposons maintenant toutes sortes de projets qui vont de l’art-thérapie à d’autres initiatives sur la santé mentale, la cardiologie, l’alzheimer, l’autisme, etc. »

Écoutez l’entrevue avec Nathalie Bondil (8 minutes et 37 secondes) :

Écoutez

L’Association des médecins francophones du Canada a fait preuve d’une attitude très positive et ouvertes, raconte Mme Bondil. « Ils ont su saisir la balle au bond afin d’élaborer un projet extraordinaire.  »

« De nos jours, on parle beaucoup de l’intelligence artificielle, mais je crois beaucoup à l’intelligence émotionnelle, poursuite la directrice. Pouvoir rentrer en contact avec notre être sensible est très important d’un point de vue du sentiment d’apaisement. Lorsqu’on ressent une émotion artistique au musée, qui est un lieu en soi bienveillant, il se produit des impacts biochimiques sur notre bien-être. »

Et le musée est un lieu public et accessible, ouvert à tout le monde. « C’est un endroit qui nous fait sortir de notre mal-être. Il permet de nous décadenasser de la prison qu’est la douleur ou la maladie. Les professionnels de la santé y voient toutes sortes d’avantages. Bien entendu, la visite au musée n’est pas un substitut à d’autres médications, mais plutôt un outil complémentaire que l’on offre aux médecins et aux patients. »

Visite au Musée des beaux-arts de Montréal (Photo crédit : Musée des beaux-arts de Montréal/Mikaël Theimer « MKL »)

Mme Bondil explique que le patient qui se rend au musée est maître de son parcours. « À chacun de faire ses choix, dit-elle. Le Musée des beaux-arts de Montréal propose aussi d’autres lieux de pratique, notamment en ce qui concerne l’art-thérapie avec notre ruche d’art, un véritable espace de création multidisciplinaire. Nous sommes d’ailleurs le seul musée à avoir un art-thérapeute à plein temps employé par le musée. Donc libre à tous et toutes de venir déambuler, pratiquer, marcher, échanger, dialoguer, bref de se faire du bien. »

(Photo fournie par le Musée des beaux-arts de Montréal)

Prescriptions muséales

À compter du 1er novembre 2018, les membres de Médecins francophones du Canada pourront prescrire à leurs patients des visites au MBAM. Adjuvant aux traitements conventionnels, ces ordonnances médicales inédites permettront aux patients et à leurs proches (famille et aidants) de profiter des bienfaits de l’art sur la santé dans le cadre de visites gratuites.

Ce projet collaboratif particulièrement novateur entre le MBAM et MdFC, qui regroupe quelques milliers de membres pratiquant majoritairement dans la grande région de Montréal, consolide les liens entre le milieu médical et muséal. L’initiative est la première en son genre dans le monde.

Le nouveau programme Prescriptions muséales MBAM-MdFC s’ajoute à l’éventail d’outils de traitement et d’intervention du médecin. Il rend les visites au musée accessibles à des milliers de patients souffrant de divers problèmes de santé physique et mentale. Les Prescriptions muséales contribuent au mieux-être et au rétablissement de ces personnes en leur offrant un accès gratuit à un lieu sécuritaire et bienveillant, une expérience enrichissante et relaxante, un moment de répit, ou encore l’occasion de resserrer les liens avec leurs proches.

Dans une première phase du projet, les médecins participants pourront prescrire jusqu’à 50 ordonnances pour une visite des collections et expositions du MBAM lors de leurs consultations (chacune valable pour un maximum de deux adultes et de deux enfants de 17 ans et moins). Pour prendre part à ce programme, les membres de MdFC sont invités à s’inscrire sur le site web de l’association.

Source : Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)

Des personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont illustré par des moyens artistiques la façon dont ils perçoivent leur condition lors d'un rassemblement mardi à l'église anglicane Saint George de Winnipeg.

Lire aussi :

Un tout premier musée d’art urbain au Canada

D’un océan à l’autre : les 5 expositions incontournables au Canada

Un tableau d’Alfred Pellan accessible pour les non-voyants au Musée des beaux-arts de Montréal

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*