Le tracé du projet de pipeline Keystone XL de TransCanada

La porte de sortie du pétrole canadien vers les États-Unis vient d’être fermée par un juge américain

Share

Un juge fédéral du Montana a déposé jeudi une injonction pour arrêter la construction du pipeline Keystone XL de la compagnie TransCanada. Ce lien permettrait au pétrole de l’Ouest canadien de traverser les États-Unis du Nord au Sud. L’ordonnance pourrait cependant faire l’objet d’un appel.

Le juge Brian Morris a rédigé une ordonnance de 54 pages à la suite de plaintes déposées par des groupes autochtones et environnementaux. Ils alléguaient que le département d’État des États-Unis avait commis plusieurs violations lorsqu’il a approuvé, sous Donald Trump, le projet de pipeline de 8 milliards de dollars qui doit s’étendre sur plus de 1900 kilomètres.

Selon le juge, le département d’État avait l’obligation d’analyser les nouvelles informations sur les impacts environnementaux pour délivrer un permis pour le pipeline l’année dernière. Ce qu’il n’a pas fait.

Aide-mémoire…
L’oléoduc Kestone XL pourrait transporter le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’aux raffineries du Texas.
S’il devait être complété, cet oléoduc de TransCanada serait long de 3461 km.
Trois des quatre phases de ce pipeline sont opérationnelles depuis 2014, mais la quatrième est celle qui fait l’objet d’une lutte devant les tribunaux.
La phase I, un pipeline courant de l’Alberta à l’État de l’Illinois) a été achevé à l’été 2010.
La phase II a été achevée en 2011 et transporte les hydrocarbures jusque dans l’Oklahoma.
La phase III, l’extension vers le golfe du Mexique, a été ouverte en janvier 2014.
La phase IV est un doublement d’une partie du pipeline sur environ 1900 km qui relierait Hardisty, en Alberta, à Steele City, dans le Nebraska.

Un point marqué pour l’environnement

Manifestation contre le projet Keystone XL, le 13 mai 2013 à New York
Crédit photo : AFP / DON EMMERT

Stephan Volker, qui représente l’Indigenous Environmental Network, voit dans cette décision une victoire. Selon lui, le projet Keystone XL violait plusieurs lois environnementales et l’administration Trump n’a pas su répondre de façon compétente aux arguments de l’ancien gouvernement de Barack Obama qui avait apposé son refus au projet en 2015.

Sous la présidence d’Obama, le département d’État avait jugé que le projet n’était pas dans l’intérêt public, citant les questions de changement climatique et alléguant que le projet ne serait pas le moteur économique qu’il promettait d’être.

En septembre 2010, la compagnie TransCanada annonçait que son pipeline allait créer 13 000 nouveaux emplois aux États-Unis et entraîner des retombées de 118 000 emplois/année.

S’inspirant de données peut-être plus proches de la réalité, Barack Obama confiait dans les jours suivants dans une entrevue au New York Times que, selon les estimations de son gouvernement, le projet ne produirait que « 2000 emplois en phase de construction, et peut-être de 50 à 100 une fois le pipeline construit ».

L’ex-président Bill Clinton s’est prononcé en faveur du projet de pipeline Keystone XL. © Jacquelyn Martin © SAUL LOEB

Réactions au Canada

Mike Hudema, de Greenpeace Canada, affirme que cette décision constitue un revers important pour le projet Keystone XL de TransCanada et une grande victoire pour les groupes autochtones et les défenseurs de l’environnement.

« Cela devrait aussi être un énorme signal d’alarme pour le gouvernement libéral (du premier ministre Justin Trudeau) au sujet des obstacles juridiques inévitables auxquels il devra faire face s’il continue à accélérer et à réduire le processus d’évaluation de Trans Mountain. »

« Nous ne pouvons pas nous permettre une nouvelle infrastructure de combustibles fossiles si nous voulons sauver la planète », conclut le porte-parole de Greenpeace.

Par contre, Dennis McConaghy, un ancien dirigeant de la TransCanada Corporation de Calgary, a déclaré que la décision est une mauvaise nouvelle pour le Canada, mais il estime que la décision sera réexaminée et infirmée par un tribunal supérieur. « Les Canadiens devraient espérer que cette chose soit vigoureusement contestée et renversée. »

Découvrez comment les infrastructures de pipelines du Canada anachroniques freinent les exportations...

Selon la Banque CIBC, il est nécessaire pour le Canada de moderniser ses infrastructures de transport pour aller à la conquête du marché international et multiplier ses gains. Photo : Kinder Morgan http://www.rcinet.ca/fr/2018/05/24/les-infrastructures-de-pipelines-du-canada-anachroniques-freineraient-les-exportations/

RCI avec CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

U.S. judge halts Keystone XL pipeline construction – RCI 

Autre offensive canadienne à Washington pour débloquer le projet de pipeline Keystone XL – RCI 

L’approbation de Keystone XL dénoncée devant la Maison-Blanche – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Économie, Environnement, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*