Personnel du Service féminin de l’Armée canadienne au centre d’instruction (de base) n° 3 du Service, à Kitchener (Ontario), le 6 avril 1944. Division féminine de l’ARC. Photo - Bibliothèque et Archives Canada

Quand les souvenirs de guerre ne sont pas forcément tristes…

Share

Vos cinq animateurs vous invitent cette semaine à découvrir les moments plus joyeux dans la vie de nos militaires et dans celles des citoyens au quotidien au pays lors de la Seconde Guerre mondiale.

Regardez Tam-Tam Canada du vendredi 9 novembre 2018 – 48:14


ATTENTION! Pour une raison technique, la diffusion est interrompue à 23:14 et reprend à 25:31. Merci de votre compréhension.

Découvrez nos archives sur le même sujet

Quatre soldats canadiens de la Grande Guerre inhumés 101 ans après leur mort
Tombés lors de la Première Guerre mondiale, quatre héros canadiens ont été retrouvés entre 2010 et 2016 notamment lors d’opérations de destruction d’anciens obus. Âgés de 20 à 33 ans au moment de leurs disparitions en août 1917, ces quatre Canadiens tentaient de reprendre aux troupes allemandes une colline proche de Lens, une ville du nord de la France. L’offensive canadienne de quelques jours de la côte 70 avait fait plus de 10 000 morts et blessés. Et plus 1300 soldats ont été portés disparus.

Les restes de trois militaires canadiens de la Première Guerre mondiale sont découverts en France
Le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces armées canadiennes (FAC) ont identifié les restes de trois soldats canadiens de la Première Guerre mondiale découverts près du village de Vendin-le-Vieil, en France. Le Programme d’identification des pertes militaires du MDN a pour mandat d’identifier les soldats inconnus dont les restes sont découverts, de sorte qu’ils puissent être inhumés, avec un nom, par leur régiment et en présence de leur famille.

Le difficile souvenir de soldats canadiens ayant servi en Afghanistan
Une mission qui s’est étendue sur 12 ans et à laquelle ont pris part 40,000 soldats canadiens dont 158 sont revenus morts et 2000 blessés. Maryse Jobin a demandé à Michel Drapeau, colonel à la retraite, professeur de droit et avocat spécialisé dans les affaires militaires, de parler des difficultés auxquelles font face les soldats canadiens qui ont participé à cette mission.

Doux baiser historique entre un militaire québécois et son conjoint masculin
Un marin canadien originaire du Québec a écrit une nouvelle page d’histoire et a fait tourner plusieurs têtes en embrassant sur le quai à son retour de mission son partenaire de même sexe.
« Je suis sans voix », a laissé échappé le Matelot-chef Francis Legaré après avoir embrassé de façon spontanée et impromptue sont partenaire, Corey Vautour, après avoir passé huit mois en mer.

Les militaires anglais ont-ils tenté de mettre le feu à toute la Ville de Québec?
Est-il vrai que les militaires britanniques sont passés à un cheveu de brûler presque toute la ville de Québec lorsqu’ils sont venus faire main basse sur la Nouvelle-France en 1759 et assiéger la ville de Québec?  Une dépêche britannique militaire du 10 août semblait le confirmer : « Le 2 septembre, le commandant d’artillerie Willamson rapporte avoir tiré « 2498 obus de treize pouces ; 1 920 obus de dix pouces ; 283 carcasses de treize pouces ; 93 carcasses de dix pouces ; ainsi que 11 500 boulets de vingt-quatre livres et 1 589 boulets de trente-deux livres »

Voici notre meilleure offre cette semaine

La mort : une dure réalité de moins en moins tabou
Les 3 et 4 novembre, le Palais des congrès de Montréal a accueilli le premier « Salon de la mort » au Québec. Se sont réunis pendant deux jours les spécialistes et des représentants des salons funéraires. Tous avaient un point commun : la mort avec un « M » majuscule. Sujet tabou depuis des lustres, la grande faucheuse ne nous ferait-elle plus peur? On en discute avec Louis-Simon Lamontagne, thanatologue de père en fils depuis quatre générations.

Les miniréacteurs nucléaires canadiens devraient-ils pouvoir sauter une étape des évaluations environnementales?
Selon le président de l’Association nucléaire canadienne (ANC), John Barrett, les projets de miniréacteurs pourraient simplement faire l’objet d’un examen par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) ce qui éviterait d’entraver l’essort de nouveaux projets. Cette Commission canadienne de sûreté nucléaire a cependant été prise à parti il y a deux ans par la commissaire canadienne à l’environnement, sorte d’ombudsman du citoyen qui relève du Bureau du vérificateur du gouvernement canadien.

Nouvelle percée scientifique canadienne et internationale dans la lutte contre le cancer par l’immunothérapie
Une fois de plus, les travaux de chercheurs canadiens sont soulignés pour leur utilité dans la lutte contre le cancer, maladie considérée comme la première cause de mortalité dans les pays développés. Une molécule clé dans la régulation du système immunitaire offre de réels espoirs Cette molécule est connue sous le nom de TIM-3. Leurs travaux démontrent que la protéine TIM-3 est la prochaine cible pour des traitements par immunothérapie chez des patients atteints de cancer.

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Quand les souvenirs de guerre ne sont pas forcément tristes…»
  1. Benmala Samira dit :

    Bonjour Stéphane. Bonjour tout le monde sur RCI.
    Je vous écoutais souvent quand c’était le temps du courrier mondial et malheureusement moins depuis la fin de celui ci.
    Mais j’ai toujours un plaisir toi de vous revoir tous et de vous écouter.
    Le Québec je l’adore et j’ai si hâte de vous revoir tous pendant une visite guidée de notre si grand Ami Stéphane Parent
    Merci pour votre bonne humeur.