La taverne Chez Willie rouvrira ses portes l’été prochain au théâtre du Vieux-Terrebonne avec un nouveau trio de comédiens, Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin. (Photo: iStock)

Temps fort de la culture populaire d’ici, « Broue » reprend du service

Share

Broue : canadianisme, issu de l’anglais « brew » qui désigne de la bière dans le langage du quotidien.

Et, au Québec, l’homo quebecensis a connu des années où il avait accès à un espace qui lui était réservé, la taverne.

De fait, au Québec, la déclinaison de « taverne », mot féminin, reprenait l’argument principal du non, cet endroit où l’on peut manger et boire en payant, mais, grande particularité locale, où les femmes étaient interdites d’accès.

Aujourd’hui, la taverne existe toujours, mais très peu sont ces villages gaulois résistant encore et toujours à l’envahisseur féminin (c’est de l’humour).

Il y a près de quarante ans, trois jeunes comédiens, Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier, se lancent dans l’aventure de jouer tous les personnages créés par les auteurs Claude Meunier, Jean-Pierre Plante, Francine Ruel et Louis Saïa.

Les événements de la pièce se déroulent la veille du jour où les tavernes du Québec seront obligées de par la Loi à admettre les femmes. Les personnages y affluent pour célébrer cette tradition qui se perd avec la montée du féminisme.

Naissait alors, au Théâtre des Voyagements, rue Saint-Laurent à Montréal, un soir de mars 1979, la première de la plus longue série de représentation du théâtre canadien – plus de 3 000 – en fait c’est plus près de 4 000 – représentations en 38 ans, vues par plus de trois millions de spectateurs.

Broue a aussi connu une courte vie en anglais, la pièce s’intitulait Brew, jouée par les trois mêmes comédiens qui ont dû suivre d’intensifs cours d’anglais pour y arriver.

On a pu aussi se souler de rire avec Broue en France et aussi en Belgique, en français et en flamand.

À une certaine époque, le regretté Jacques Villeret avait même songé à en faire une adaptation, mais le verre était vide.

De gauche à droite et de haut en bas : Martin Drainville, Benoît Brière et Luc Guérin prennent la relève de Michel Côté, Marcel Gauthier et Marc Messier dans la mythique pièce Broue Photo : Radio-Canada/Louis-Philippe Ouimet

La taverne Chez Willie rouvrira ses portes

Été 2019, on remonte Broue au théâtre du Vieux-Terrebonne avec un nouveau trio de comédiens, Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin.

Les comédiens Martin Drainville, Benoît Brière et Luc Guérin (https://www.broue.ca/histoire)

« Pour nous, les auteurs, la période de rodage de Broue est terminée; on peut désormais passer aux choses sérieuses. »

Jean-Pierre Plante, un des auteurs de Broue

Ça donne le ton n’est-ce pas?

D’après la Presse canadienne et des souvenirs personnels

Plus:

Les décors et accessoires de Broue sont donnés à la collection du Musée de la civilisation de Québec (Radio-Canada)

Petite histoire de la taverne québécoise (Affaires de gars)

Quel est l’impact de la pièce Broue sur le théâtre québécois, sur les comédiens qui l’ont jouée et sur les comédiens d’ici (Musée de la civilisation, Youtube)

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Arts et spectacles, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*