Le groupe Campagne 2000 a publié son rapport 2018 sur la pauvreté des enfants et des familles du Canada (Crédit photo : CBC/Getty Images)

Plus de 1,4 million d’enfants en situation de pauvreté au Canada

Share

Selon les conclusions d’un récent rapport de Campagne 2000, un enfant sur six au Canada vit en situation de pauvreté. À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, l’organisme basé à Toronto appelle le gouvernement fédéral à faire plus d’actions afin d’éliminer la faim partout au pays.

Si l’on en croit les chiffres annuels révéles par Campagne 2000, plus de 1,4 million enfants n’ont pas accès à une quantité ni à une qualité suffisantes d’aliments. La pauvreté touche en grande partie les enfants et les mères monoparentales et ceux issus des familles immigrantes ou autochtones. Ainsi, environ 38 % des enfants des Premières Nations vivent en situation de pauvreté.

À l’échelle nationale, 20,7 % des enfants âgés de moins de 6 ans sont susceptibles de vivre dans la pauvreté. Le portrait est encore plus sombre pour plusieurs provinces et territoires avec des taux atteignant 26,7 %  en Saskatchewan, 29 % au Manitoba et 42,5 % au Nunavut.

Portrait de la pauvreté infantile au Canada

Près d’un enfant sur cinq au Canada (19,6 %), dont 37,9 % des enfants des Premières Nations, vit en situation de pauvreté.

L’insécurité alimentaire frappe un enfant sur six au Canada.

Les cibles de la stratégie de réduction de la pauvreté du Canada laisseront quelque 700 000 enfants en situation de pauvreté en 2030.

Le Canada a encore besoin d’un programme national de services de garde à l’enfance. Le nombre de places en services de garde réglementés suffit seulement à répondre aux besoins de 29 % des enfants âgés de 0 à 5 ans.

L’Allocation canadienne pour enfants réduit effectivement la pauvreté et la privation matérielle. Les taux de pauvreté infantile ont chuté de près de 18 %, calculés en fonction de la Mesure du panier de consommation.

Source : Campagne 2000 (Rapport national de 2018 intitulé « De grandes ambitions pour l’éradication de la pauvreté des enfants et des familles »)

Le gouvernement s’est engagé à réduire la pauvreté de 20 % d’ici 2020 et de 50 % d’ici 2030. Malgré des investissements d’Ottawa dans sa Stratégie canadienne de réduction de la pauvreté (SCRP), l’organisme estime que les autorités n’en font toujours pas assez. Selon Anita Khanna, coordonnatrice nationale de Campagne 2000, « il est inacceptable de faire subir à quelque 700 000 enfants, pendant une génération de plus, la faim, le stress et les affres de la pauvreté ».

Campagne 2000 invite donc tous les paliers de gouvernement ainsi que les instances dirigeantes des Premières Nations à élaborer des programmes bonifiés de lutte contre la pauvreté afin de la réduire de 50 % en 5 ans plutôt qu’en 12 ans. « Le Canada doit renforcer la SCRP afin de réduire de la moitié la pauvreté d’ici cinq ans. Il s’agit d’une occasion unique et l’on ne peut pas se permettre de sauter une autre génération avant d’éradiquer la pauvreté au pays », a ajouté Anita Khanna.

Plus de 17 % des enfants vivent dans la pauvreté au Canada, dont 37 % d'entre eux sont issus des Premières Nations, selon un rapport du groupe Campagne 2000. On retrouve quatre circonscriptions québécoises, toutes montréalaises, dans les 30 régions où le taux de pauvreté est le plus élevé. Dans Papineau, la circonscription du premier ministre Justin Trudeau, près de 30 % des enfants sont dans un contexte de faible revenu. Les informations de Valérie-Micaela Bain.

Lire aussi :

Statistique Canada veut valider sa façon de mesurer la pauvreté au pays et lance une consultation

Réduire la pauvreté de moitié d’ici 2030 au Canada : ambition mesurée pour le gouvernement fédéral?

Pauvreté : des groupes communautaires ont les partis politiques à l’œil

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Économie, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*