Laitue romaine

La laitue romaine serait associée à plusieurs cas d'E. coli au Canada et aux États-Unis
Photo Credit: Radio-Canada

Infection à E. coli : la laitue romaine rend malade au Québec, en Ontario et aux États-Unis

Share
Source :  Agence de la santé publique du Canada

18 cas d’infections à E.Coli au Québec et en Ontario

Une enquête menée par le Canada et les États-Unis conclut à une éclosion de l’infection à E. coli, potentiellement reliée à la consommation de la laitue romaine.

L’éclosion est particulièrement frappante au Québec et en Ontario, où 18 cas ont été répertoriés.

En Ontario (3) et au Québec (15), les personnes sont devenues malades entre la mi-octobre et le début de novembre. Six personnes ont été hospitalisées et une a souffert du syndrome hémolytique et urémique (SHU), qui se manifeste par de graves complications qui peuvent résulter d’une infection à l’E. coli. Aucun décès n’a été signalé. Les personnes qui sont tombées malades sont âgées de 5 à 75 ans. Dans la plupart des cas (56 %), ce sont des filles et des femmes.

Pour l’instant, l’enquête ouverte par l’Agence canadienne d’inspection des aliments avec les responsables de la santé publique et la Food and Drugs Administration des États-Unis se poursuit afin de déterminer la provenance de la laitue romaine à laquelle les personnes malades ont été exposées.

Ces personnes ont déclaré avoir consommé cette laitue avant le déclenchement de la maladie, ce qui fait croire qu’il y aurait un lien entre la laitue et l’infection à E.Coli.

Une assiette contenant de la laitue romaine. Crédit : (Matthew Mead/Associated Press)

Au Canada, d’après les conclusions de l’enquête à ce jour, la source de l’éclosion serait l’exposition à la laitue romaine, mais la cause de la contamination n’a pas encore été déterminée. L’analyse en laboratoire indique que les maladies signalées dans le cadre de cette éclosion sont génétiquement liées aux maladies signalées dans une précédente éclosion d’infections à E. coli en décembre 2017 qui a touché des consommateurs tant au Canada qu’aux États-Unis.

Cela nous laisse supposer qu’il pourrait y avoir une source récurrente de contamination. Les enquêteurs utilisent des preuves recueillies dans les deux cas d’éclosion afin de tenter de déterminer la source de contamination dans ces situations.

Des laitues romaines

Des laitues romaines Photo : iStock/iStock/chanwangrong

La situation est loin d’être maîtrisée

Étant donné que l’éclosion actuelle semble se poursuivre, l’Agence de santé publique du Canada invite la population aussi bien en Ontario qu’au Québec à éviter de consommer de la laitue romaine ainsi que les mélanges de salades qui en contiennent.

Cette recommandation doit être observée jusqu’à nouvel ordre, en attendant que l’Agence en apprenne davantage sur l’éclosion et les causes de la contamination.

En ce qui concerne les résidents des autres provinces du Canada, l’Agence observe qu’il n’y a pour l’instant aucune preuve qu’elles sont touchées par cette éclosion. Le même avis a été émis aux États-Unis.

Il n’y a pas vraiment de traitement contre les infections à E. coli, autrement que de surveiller l’évolution de la maladie, assurer le confort du malade et éviter la déshydratation par une hydratation et une alimentation adéquates. Les gens qui développent des complications pourraient nécessiter des soins plus poussés, comme une dialyse dans les cas d’insuffisance rénale. Si les symptômes persistent, vous devriez communiquer avec votre professionnel de la santé.Agence de santé publique du Canada
Au sujet de l'E. coli et quelques conseils pour se protéger

L’E. coli est une bactérie qui vit à l’état naturel dans les intestins de bovins, de volailles et d’autres animaux. Les fruits et légumes crus qui ont été en contact avec des fèces infectées d’animaux sont une source fréquente d’infections.

Les symptômes peuvent se manifester entre les premier et dixième jours après un contact avec les bactéries :  nausées, vomissements, maux de tête, légère fièvre, violentes crampes d’estomac, diarrhées liquides ou sanglantes.

La plupart des souches d’E. coli sont sans danger pour l’humain, mais certaines variétés peuvent rendre malade.

Bactéries E. coli Photo : src

La plupart des personnes malades se rétablissent complètement d’elles-mêmes, mais certaines seront plus malades au point d’être hospitalisées.

Dans de rares cas, des symptômes potentiellement mortels peuvent se manifester, y compris un accident vasculaire cérébral, une insuffisance rénale ou une crise d’épilepsie, qui pourraient entraîner la mort.

Les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les enfants en bas âge et les personnes âgées courent le plus grand risque de complications graves.

La souche d’éclosion actuelle connue comme l’E. coli O157 est plus susceptible que toute autre souche de causer de graves symptômes.

Certaines personnes infectées qui ne deviennent pas malades ou ne présentent aucun symptôme peuvent tout de même transmettre l’infection à d’autres.

Pour aider à réduire le risque d’infection, il faut se laver les mains soigneusement à l’eau tiède et au savon pendant au moins 20 secondes avant de manipuler de la laitue et après l’avoir fait. La laitue non lavée, y compris les pommes de laitue vendues en sac scellé, doit être manipulée et lavée.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*