Donald Trump et le ministre canadien des Finances, Bill Morneau. Photo: AP et La Presse canadienne/Andrew Vaughan

Le Canada creuse son déficit budgétaire à 19 milliards de dollars en réaction aux réductions d’impôt de Trump

Share

Dans une mise à jour financière présentée mercredi au parlement canadien, le ministre des Finances Bill Morneau a proposé de nouvelles mesures budgétaires qui visent à combattre les effets négatifs au Canada des réductions d’impôt massives accordées aux entreprises en sol américain par l’administration Trump

Bill Morneau ne réduit pas les taux d’imposition des sociétés ici, en disant que cela coûterait trop cher au gouvernement. Au lieu de cela, il a choisi de leur donner accès à des milliards de dollars de nouvelles recettes fédérales pour les inciter à prendre de l’expansion et à investir au Canada.

Les nouvelles mesures incitatives, totalisant 16,5 milliards de dollars, devraient aider les entreprises canadiennes à rivaliser avec celle des États-Unis.

Le nouveau régime fiscal permettra aux fabricants de récupérer immédiatement la totalité du coût des machines et du matériel neuf qu’ils installent, ainsi qu’une déduction immédiate pour le matériel d’énergie propre.

Même s’il a vanté la solide performance économique du Canada, le ministre a averti que l’incertitude politique mondiale, les prix imprévisibles du pétrole, les différends commerciaux persistants, notamment entre la Chine et les États-Unis, et les importantes réductions d’impôt instaurées par Donald Trump posent tous de sérieux défis.

Le ministre des Finances, au centre, a présenté sa mise à jour financière mercredi. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

Déficit : une promesse brisée

Le gouvernement du Parti libéral de Justin Trudeau avait promis pendant la campagne électorale de 2015 de plafonner les déficits à 10 milliards de dollars et d’équilibrer les comptes d’ici 2019. Mais dans un contexte politique et économique incertain, il prévoit maintenant un déficit de 19 milliards de dollars pour le présent exercice financier.

On prévoit que ce déficit diminuera à environ 12 milliards de dollars d’ici 2022-2023. Sans les nouvelles dépenses, le déficit aurait pu tomber à moins de 5 milliards de dollars.

Pierre Poilievre – Photo : PC

Le porte-parole du Parti conservateur en matière de finances, Pierre Poilievre, s’oppose à la décision du gouvernement de reporter les déficits à long terme.

« Non seulement ils n’ont pas tenu leur promesse, non seulement ils ne parviendront pas à équilibrer le budget, comme ils l’ont dit, mais ils admettent maintenant que, selon leur plan, le budget ne sera jamais équilibré », a-t-il dit.

« Il n’y a pas de période dans l’avenir où ils s’engagent même dans une situation où la dette cesse de croître. »

LISEZ LA SUITE
Voyez pourquoi la réforme fiscale de Trump est une épée à double tranchant pour l’économie canadienne…

Crédit photo : Istock

RCI avec CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Comme prévu, le Canada affiche un déficit élevé pour l’exercice 2016-2017 – RCI 

Ottawa : vers une loi anti-déficit? – RCI 

Banque du Canada : les changements climatiques bouleverseront l’économie – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*