L’Arabie saoudite est actuellement le deuxième marché d’exportation en importance du Canada ©iStock/Ruskpp)

Peut-on s’attendre à un face à face entre Justin Trudeau et le prince Mohammed ben Salmane à Buenos Aires vendredi?

Share

La présence de Mohammed ben Salmane, d’Arabie saoudite, au sommet du G20 a été annoncée il y a deux semaines et des activistes et des politiciens réclament que le premier ministre canadien exprime de vive voix au prince héritier les inquiétudes du Canada sur la question des droits de la personne. Inquiétudes qui ont été ravivées par le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et le premier ministre canadien Justin Trudeau. Photo : La Presse canadienne

Malgré les appels à une rencontre bilatérale, l’entourage du premier ministre canadien ne veut pas dire pour l’instant si un tête-à-tête pourrait avoir lieu avec Mohammed ben Salmane.

« Les rencontres bilatérales du premier ministre au G20 seront annoncées en temps et lieu », explique Eleanore Catenaro, une porte-parole du bureau du premier ministre.

La semaine dernière, Mme Freeland a indiqué qu’elle voulait profiter du G20 pour inciter l’Arabie saoudite à fournir des réponses sur le meurtre du chroniqueur Jamal Khashoggi et faire pression pour qu’une enquête internationale soit lancée.

Aide-mémoire...
Ottawa et Riyad sont en pleine rupture diplomatique depuis l’été dernier après qu’un message sur Twitter concernant les droits de la personne en Arabie saoudite a été envoyé par Chrystia Freeland. Cela avait provoqué la colère des Saoudiens, qui ont adopté une série de mesures de représailles.


Mohammed ben Salmane, le prince héritier du trône de l’Arabie saoudite et Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères. Photo : Radio-Canada

Regarder le prince MBS dans le blanc des yeux?

Anne Ste-Marie, responsable des communications pour Amnistie internationale. Photo : Radio-Canada

Selon Amnistie internationale Canada, Justin Trudeau doit absolument saisir l’occasion du sommet international pour regarder le dirigeant saoudien dans le blanc des yeux. « Je pense qu’il est temps que le Canada parle fermement », dit Anne Ste-Marie, porte-parole de l’organisme.

Selon elle, le premier ministre canadien devrait aborder plusieurs dossiers, de l’implication présumée du prince héritier dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à l’emprisonnement et à la torture de militants pour les droits de la personne ou la mort de 85 000 enfants depuis le début du conflit au Yémen.

Amnistie demande au premier ministre canadien d’exprimer en personne ses inquiétudes au prince héritier, faute de quoi il sera « du mauvais côté de l’histoire ». « Pendant des années, le Canada, comme d’autres pays occidentaux, a fermé les yeux devant le bilan sinistre de l’Arabie saoudite vis-à-vis des droits de la personne. Arrive un moment où ce n’est pas de la complaisance, c’est de la complicité », ajoute-t-elle.

Comment le prince héritier sera-t-il accueilli en Argentine?

Des Tunisiens protestent contre la visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Tunis le 27 novembre 2018 – © FETHI BELAID

Les raisons sont nombreuses pour les chefs d’État et de gouvernement de ne pas vouloir être associés à Mohammed ben Salmane. Mais la population du pays accueillant le Sommet du G20 pourrait aussi avoir son mot à dire.

Mardi soir, alors que le prince héritier saoudien arrivait à Tunis, des centaines de Tunisiens ont manifesté contre cette visite, aux cris de : « dégage assassin ».

La Tunisie, seul pays à poursuivre sur la voie de la démocratisation après les soulèvements de 2011 est l’un des rares pays arabes où des manifestants peuvent afficher des positions critiques envers le dirigeant saoudien, selon Youssef Cherif, chercheur en politique internationale.

Mohammed ben Salmane, qui s’est notamment rendu au Bahreïn et en Égypte, doit ensuite se rendre au G20 en Argentine.

À Tunis, ces manifestantes brandissent des scies, mardi, pour évoquer le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. AFP/FETHI BELAID.

Non à l’armement canadien dans les mains des dirigeants saoudiens

Le gouvernement fédéral a annoncé, plus tôt ce mois-ci, qu’il procéderait au réexamen des permis d’exportations d’armes vers le royaume saoudien, ce qui pourrait entraîner au maximum une suspension temporaire des exportations vers ce pays. Ottawa disait cependant ne pas avoir l’intention d’annuler le contrat de vente de blindés conclu sous le précédent gouvernement conservateur de Stephen Harper.

Simon Marcil, du Bloc québécois, croit que le G20 serait une bonne occasion pour annoncer la suspension des ventes d’armes canadiennes à l’Arabie saoudite, à l’exemple de l’Allemagne, du Danemark et de la Suède. « Ce qui parle le plus, c’est l’argent », fait-il remarquer.

Les pays alliés occidentaux qui seront présents au sommet de Buenos Aires sont loin d’un front commun sur cette question. Le Royaume-Uni et la France n’ont pas suspendu leurs ventes d’armes à l’Arabie saoudite. Donald Trump se déclare toujours un « partenaire inébranlable » de l’Arabie saoudite et il refuse d’envisager la rupture d’un contrat d’armement de 15 milliards.

LISEZ LA SUITE... Neuf Canadiens sur 10 disent « non » à de futurs accords d’armement avec l’Arabie saoudite

Photo : Terradyne Armored Vehicles

RCI avec les informations d’AFP et de Louis Blouin de Radio-Canada

En complément

Véhicules blindés canadiens en Arabie saoudite : 1 milliard $ pour annuler le contrat? – RCI 

Chicane entre Riyad et Ottawa : « Grave réaction excessive » de l’Arabie saoudite, affirme notre ex-ambassadeur expulsé – RCI 

Trudeau doit rencontrer le prince héritier saoudien au G20, selon Amnistie internationale- Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*