8 ans sans école, aujourd’hui les frères Gamboa réécrivent leur histoire

Share

Si l'immigration est l'une des expériences les plus difficiles pour une personne, être un immigrant « sans-papiers », avec des papiers expirés ou encore en ayant un statut d'immigration précaire est encore plus difficile.

En 2017 l’Institut de recherche en santé publique de Montréal a réalisé une étude auprès de personnes migrantes qui n’avaient pas accès aux services de santé au moment des entrevues en raison de leur statut migratoire précaire.

Parmi eux, 70 % étaient incapables de subvenir à leurs besoins essentiels ou à ceux de leur famille. En fait, près de la moitié d’entre eux n’ont pas assez à manger et 40% craignent d’être expulsés s’ils essaient d’obtenir des services publics, des soins de santé ou une éducation pour eux-mêmes ou leurs enfants.

Rencontrez la famille Gamboa, originaire de la Colombie. Arrivés au Canada en 2010 après avoir passé quelques années aux États-Unis, les Gamboas ont vécu pendant plusieurs années dans un vide juridique qui a empêché les trois enfants du couple, James, Matthew et Mark, d'accéder à l'éducation et aux services de santé.

Ces garçons arrivés enfants sont aujourd'hui adultes. Malgré les lacunes dues au manque de diplômes, ils envisagent un bel avenir. À la fin du mois de septembre 2018, ils ont finalement reçu le document de résidence permanente au Canada.

Voici leur histoire.... 

Quand tout a commencé...

La vie de la famille Gamboa au Canada a pris un bon départ.

Arrivés en 2010, les parents, Luz Farin Diaz et Nestor Gamboa, ont été rapidement acceptés comme réfugiés. Les persécutions politiques dont ils ont été victimes et la mort de plusieurs membres de leur famille en Colombie ont été plus que suffisantes pour obtenir l'asile.

Leurs fils, James, Mathew et Mark, n'ont pas subi le même sort. Les garçons sont arrivés en 2011, encore mineurs, à 16, 14 et 12 ans respectivement. Ils sont venus des États-Unis, où ils sont nés. Et c'est précisément la nationalité américaine qui a compliqué les choses pour eux.

Dès leur arrivée, Luz et Nestor ont demandé l'asile politique pour leurs enfants, arguant les mêmes raisons que dans leur propre cas.

 

Une année oui, et l'autre non

Pendant la première année, au moment où Immigration Canada analysait leur dossier, les garçons ont reçu ce que l'on appelle le « document brun » qui équivaut à une résidence temporaire leur accordant tous les droits des personnes reçues pour des raisons humanitaires et politiques dans le pays. Cela signifie le droit à l'éducation et aux services de santé et un montant suffisant pour répondre à leurs besoins fondamentaux. Mais après cette année-là, tout a changé... 

Le document brun a une période de validité précise qui correspond généralement à la période pendant laquelle Immigration Canada analyse le cas des demandeurs. À l'expiration, si le refuge n'est pas accepté, les demandeurs d'asile perdent leurs droits et deviennent immédiatement des personnes sans-papiers.

Les demandeurs peuvent décider de faire appel de la décision des autorités et demander une prolongation de la validité du document brun, à laquelle le ministère répond positivement ou négativement, selon le cas.

Pour les jeunes Gamboa, l'expiration de leur document et le refus d'Immigration Canada en ont fait des clandestins pendant huit ans, soit durant toute leur adolescence.

Ils ne pouvaient pas aller à l'école ou obtenir des soins médicaux gratuits comme n'importe quel enfant canadien. Une réalité qui les a marqués.

 

      Leur témoignage  

Leur cas n'est pas unique...

Ce que les garçons Gamboa ont vécu n'est pas un cas isolé. Au Canada, de nombreuses familles se trouvent dans des situations de précarité ou de vulnérabilité migratoire. Certaines avec des documents périmés, d'autres sans-papiers du tout. Les conséquences émotionnelles et même sur la santé peuvent être graves.

En 2013, la Dre Maria Victoria Zunzunegui, ancienne professeure au Département de médecine sociale et préventive de l'Université de Montréal, s'est intéressée à l'état de santé des immigrants qui se détériore après leur arrivée au pays. L'étude a confirmé que les enfants de familles immigrantes sont en meilleure santé que ceux de familles québécoises lorsque les conditions sont favorables.

Toutefois, dit l'étude, « la précarité de l'emploi, le chômage, l'insuffisance des revenus, le manque de soutien social et la discrimination ont un impact négatif sur la santé mentale et physique des immigrants et de leurs enfants ».

Les observations de Veronica Islas, directrice générale du Carrefour de ressources en interculturel de Montréal, vont dans le même sens. Selon son expérience, la précarité nuit au bien-être des immigrants et de leurs enfants : 

Changements en 2018

À la rentrée scolaire de septembre 2018, on estimait qu’il y avait encore dans la région de Montréal environ 1000 enfants et jeunes de moins de 18 ans sans-papiers officiels ou en situation migratoire précaire.

Déjà en 2013, malgré les difficultés à évaluer le nombre d’enfants se trouvant dans cette situation, le collectif Éducation Sans Frontières estimait qu’entre 30 000 et 40 000 immigrants sans-papiers, dont de nombreuses familles, vivaient dans la ville. Invisibles, disaient alors les membres du collectif, la plupart de ces personnes vivent dans la crainte d’être suivies par les autorités de l’immigration si leurs enfants allaient à l’école.

Rendue publique, cette information a attiré l’attention des médias. Ainsi, le gouvernement libéral québécois de l’époque a subi la pression.  En 2017, le ministre de l’Éducation du Québec, Sébastien Proulx, a présenté le projet de loi 144, approuvé peu après à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec en juin 2018. Le projet de loi stipule : 

« Tout enfant dont les parents (ou tuteurs) ont leur résidence habituelle au Québec a droit à une éducation gratuite jusqu’à la fin de ses études secondaires (ou jusqu’à l’âge de 18 ans) »

L'avenir semble plus encourageant, mais...

Avec l'entrée en vigueur de la Loi sur l'instruction publique et d'autres lois portant principalement sur la gratuité des services éducatifs et la fréquentation scolaire obligatoire, on estime que, parmi les milliers d'enfants auparavant exclus des écoles du Québec, une majorité sera scolarisée en septembre 2018 pour la nouvelle année scolaire.

En principe, avec cette nouvelle loi, tous les mineurs ayant un statut d'immigration précaire ont désormais le droit de fréquenter l'école gratuitement.

Cependant, le collectif Éducation Sans Frontières est préoccupé par le fait que beaucoup d'entre eux n'iront pas à l'école (en particulier pour les familles à risque d'expulsion) si la nouvelle loi n'est pas rigoureusement appliquée. Steve Baird du collectif explique.

Et dans le reste du monde, les enfants sans-papiers peuvent-ils aller à l'école? 

Dans ce que l'on appelle le droit international, tout enfant de moins de 18 ans a droit à l'éducation gratuite, et les gouvernements nationaux ont l'obligation de la fournir. C'est écrit. Dans la pratique, ce n'est pas toujours le cas.

Dans certains pays, par exemple, l'accès à l'éducation pour les filles reste toujours difficile. Même si elles sont citoyennes. 

François Crépeau, expert en droit des migrants et directeur du Centre des droits de la personne et du pluralisme juridique de l'Université McGill, explique deux types d'attitude envers les enfants sans papiers dans le monde :  

« Certains pays et gouvernements locaux accordent le droit à l'éducation à tous les enfants, quel que soit leur statut d'immigration ou celui de leurs parents. Dans la ville de Toronto, c'est comme ça, les écoles ne peuvent pas légalement demander aux parents des informations sur l'immigration. »

Au Québec, jusqu'à tout récemment, pour inscrire les enfants à l'école, on exigeait soit le certificat de naissance des parents, soit leurs papiers d'immigration. Les choses ont changé récemment.

En fait, dit celui qui a été le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des migrants de 2011 à 2018, jusqu'à ce que des lignes claires soient établies dans la province francophone, la nouvelle loi ne sera pas correctement appliquée : 

Pour François Crépeau, tant que la séparation entre les autorités scolaires et les autorités de l'immigration ne sera pas bien déterminée, l'accès à l'éducation publique gratuite et obligatoire pour tous les enfants ne sera pas une réalité. Tout dépendra alors de la volonté politique. 

Dans le but comprendre la réalité dans la province de l'Ontario, Steve Baird du collectif Éducation sans frontières de Montréal est entré en contact avec le consultant en immigration de Toronto Macdonald Scott qui a été impliqué dans les efforts de l'organisme No One is Illegal Toronto autour de la politique de la ville « Don’t Ask, Don’t Tell ». Celle-ci prévoit qu’aucune preuve de statut migratoire ne soit demandée pour permettre l'accès à l’école (don’t ask) aux enfants de sans-papier et qu’aucune information susceptible de rendre public le statut des migrants ne soit communiquée (don’t tell). 
Macdonald Scott est de l'avis, tout comme le collectif Éducation sans frontières, que le changement de loi qu'on a eu au Québec est beaucoup plus intéressant que la loi de l'Ontario. 
 

« Nous avons toutefois besoin de bonifier la nouvelle loi Québécoise avec certaines dispositions spécifiques pour la confidentialité. [Il faut] notamment des mesures pour assurer que des familles à risque de déportation ne se voient pas demander leur statut  lors de l'inscription puisque ceci provoque parfois que des familles se désistent du processus d'inscription ou de ré-inscription par peur d'être repérées. Aussi, il faut que des exigences de preuves d'adresse soient appliqués de façon à exclure certaines familles qui n'ont pas accès à assez des documents exigés. Donc, il est quand même pertinent d'essayer de tirer des leçons du Toronto malgré les résultats très mitigés et la différence dans la législation. » Steve Baird, collectif Éducation sans frontières

Quoiqu'il en soit, James, Matthew et Mark espèrent qu'un nouveau chapitre de leur histoire s'ouvrira dorénavant, et ils espèrent tous les trois que le destin leur réservera de belles surprises. L'insistance de leurs parents, l'appui de leurs amis et du député fédéral Michel Picard ainsi que la patience ont porté leurs fruits. Aujourd'hui, les jeunes Gamboa sont résidents permanents au Canada. 

 

Pour mieux connaître ces jeunes...

James Di Steffano est le plus âgé et a 23 ans aujourd'hui. Il rêvait de poursuivre une carrière musicale aux États-Unis. Il était membre d'un groupe de jazz de son école. Aujourd'hui, grâce à des vidéos sur Internet, il a appris à jouer de la guitare et d'autres instruments et à composer des pièces.

Mark D'Angelo est le plus jeune des trois. Il a 19 ans. Il sourit et est déterminé. Il a l'âme d'un directeur musical. Il joue du piano et de la batterie avec aisance. Il continue d'apprendre à jouer d'autres instruments et veut poursuivre une carrière musicale.

Matthew Alessandro est le fils cadet et vient d'avoir 21 ans. Il est sérieux et calme. Même sans aller à l'école, Mateo, comme on l'appelle à la maison, a développé une passion pour le design, l'informatique, la photographie et la production musicale. Au premier abord, il semble avoir une sensibilité particulière.

La musique a été l'une des choses qui a aidé les jeunes Gamboa à traverser toutes ces années sans école. Aujourd'hui, ils composent et produisent de la musique ensemble et rêvent de mettre en ligne quelques pièces pour faire connaître leur travail au public. Ils jouent aussi dans le groupe de leur église.

Lors de notre passage chez eux, James, Matthew et Mark ont voulu nous faire entendre une de leurs pièces musicales : 

Sujets connexes

Share
Publié dans : Immigration et Réfugiés, Société
@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*