Les deux vedettes blindées et le remorqueur ukrainien saisis par la marine russe attendent sous bonne garde dans un port de Kertch. Photo : Reuters/Pavel Rebrov

Conflit maritime : l’Ukraine réclame du Canada d’autres sanctions contre la Russie

Share

L’Ukraine demande au Canada d’imposer davantage de sanctions contre la Russie, puisque les tensions entre la Russie et l’Ukraine menacent depuis 10 jours de dégénérer en conflit ouvert.

Photo : Reuters/Pavel Rebrov

L’ambassadeur de l’Ukraine au Canada, Andriy Shevchenko, a lancé cet appel mardi lors d’un témoignage devant un comité de la Chambre des communes. Il a aussi demandé de prolonger la mission canadienne de formation de militaires dans son pays et de soutenir la candidature de l’Ukraine au sein de l’OTAN.

Rappelons que la Russie a capturé, il y a 10 jours, deux navires militaires ukrainiens, un remorqueur et leurs 24 marins au large de la péninsule de la Crimée.

Selon certains experts, Vladimir Poutine se serait préparé à l’escarmouche pendant des mois, car il se sentirait maintenant à l’aise militairement et politiquement pour bloquer tout le détroit de Kertch malgré les réprimandes internationales. Le détroit de Kertch se trouve entre la Crimée et la Russie.

Le Canada s’est joint, lundi de la semaine dernière, à ses alliés de l’OTAN pour condamner cette agression qui pourrait présager une escalade brutale dans le conflit qui oppose les deux pays depuis 2014.

Le saviez-vous?
La situation de l’Ukraine est une question particulièrement politiquement sensible au Canada.
En 2016, on estimait à 1 359 655 le nombre de personnes d’origine ukrainienne totale ou partielle résidant au Canada (la majorité étant des citoyens nés au Canada), ce qui en fait le 11e groupe ethnique en importance et la troisième population ukrainienne en importance au monde derrière l’Ukraine elle-même et la Russie.

La Russie en rouge, l’Ukraine en vert pâle et la Crimée en vert foncée.

Le Canada doit faire plus

L’ambassadeur Shevchenko a souligné aux parlementaires canadiens que les États-Unis et certains pays européens avaient imposé de nouvelles sanctions contre la Russie avant même la confrontation en mer Noire, et que cet incident ainsi que les élections à Donetsk et Luhansk en novembre devraient inciter le Canada à faire de même.

L’ambassadeur fait valoir que les pressions économiques ont été efficaces et ont freiné les gestes d’agression russe en Europe de l’Est au fil des ans.

M. Shevchenko a révélé en outre que son pays était déjà en discussions avec le Canada sur la prolongation et l’élargissement de la mission militaire canadienne de formation qui doit arriver à échéance à la fin du mois de mars 2019, une initiative lancée en 2015 qui a permis de former des milliers de soldats ukrainiens.

L’ambassadeur de l’Ukraine au Canada, Andriy Shevchenko
PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Le Canada se dit l’allié inébranlable de l’Ukraine

Chrystia Freeland

La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a appelé Moscou, il y a quelques jours, à libérer immédiatement les marins ukrainiens capturés pendant l’escarmouche du week-end et à garantir la liberté de navigation dans le détroit de Kertch.

« Le Canada condamne l’agression russe contre l’Ukraine dans le détroit de Kertch. Le Canada appuie inébranlablement la souveraineté de l’Ukraine. »

« Le Canada sera toujours un partenaire inébranlable du peuple ukrainien, et nous continuerons de travailler avec nos alliés pour tenir la Russie responsable de son comportement inacceptable », a-t-elle ajouté.

Voyez pourquoi, sous Justin Trudeau, le Canada est toujours le meilleur ami de l’Ukraine

Justin Trudeau passe en revue la garde d’honneur à son arrivée à Yavoriv en Ukraine, en juillet 2016. Photo Credit: PC / Adrian Wyld

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

L’ambassade canadienne en Ukraine a servi de refuge aux opposants du président Lanoukovitch – RCI 

Visite de la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, en Ukraine et en Lettonie – RCI 

L’Ukraine fait-elle les frais de l’engagement militaire du Canada à l’OTAN? – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*