La grande explosion de Halifax en 1917 Photo Credit: Youtube

Il y a 101 ans, l’une des plus grandes explosions du monde faisait plus de 2000 morts à Halifax

Share

Plusieurs Canadiens se souviennent en cette journée du 6 décembre de l’explosion, il y a 101 ans, dans le port d’Halifax en Nouvelle-Écosse, due à une collision entre deux navires, dont l’un était rempli d’explosifs destinés au conflit de la Première Guerre mondiale en Europe.

L’explosion, la plus grande d’origine humaine jusqu’à l’avènement de la bombe atomique, avait fait 2000 victimes et 9000 blessés et avait rasée tous les bâtiments et toutes les habitations dans un rayon de 2 kilomètres carrés, en plus de faire 25 000 sans-abri.

Tout cela dans une ville qui comptait alors 50 000 habitants.

Comme la tragédie du Titanic, dans l’océan Atlantique, au large de Terre-Neuve, cinq ans plus tôt, cette explosion en 1917 a marqué plusieurs générations de Canadiens.

Cette tragédie demeure, encore aujourd’hui, la plus meurtrière au Canada.

Photo exposée au Musée maritime de l’Atlantique montrant l’étendue des dégâts après l’explosion Photo : Musée maritime de l’Atlantique

Scène de désolation après l’explosion d’un bateau au port d’Halifax, le 6 décembre 1917, la pire catastrophe qui soit survenue au pays. Photo : La Presse canadienne

Le matin de l’explosion

Halifax et son port bouillonnaient d’activités ce matin-là, car ils étaient au coeur de l’effort de guerre canadien.

L’explosion s’est produite 20 minutes après la collision entre l’Imo et le Mont-Blanc, dont la cale contenait 2750 tonnes d’explosifs.

Le Mont-Blanc, un navire à vapeur, transportait une cargaison dangereuse : 2300 tonnes d’acide picrique sec, 200 tonnes de trinitrotoluène (TNT), 10 tonnes de nitrocellulose et 35 tonnes de benzol, le tout formant un potentiel explosif important. L’équipage du bateau était composé de 41 marins, avec à leur tête Aimé Le Medec, capitaine depuis deux ans seulement, dont c’était le premier voyage à bord du Mont-Blanc. Il a ordonné à son équipage de quitter le navire en raison de la dangerosité de la cargaison.

Sur deux bateaux de sauvetage, les marins du Mont-Blanc ont ramé vigoureusement jusqu’à la rive. Dans leur fuite, ils ont tenté d’avertir les bateaux proches du danger. Mais comme ils parlaient français, les équipages des embarcations ne réagissaient pas. Tous les hommes du navire français sont arrivés sains et saufs. Criant aux gens à terre de fuir, ils couraient dans les bois proches pour se mettre à l’abri.

C’est à ce moment, à 9 h 4, que le navire de munitions français a explosé et provoqué une gigantesque boule de feu.

Le SS Imo n’a pas coulé lors de l’explosion de 1917. Sur le flanc du navire, côté tribord, on peut lire la bannière « Belgian Relief ». Ce navire transportait des vivres et des médicaments. Il faisait route vers la Belgique.  (Nova Scotia Archives & Record Management/Canadian Press)

L’Imo, propriété de la Norwegian Southern Pacific Whaling Company était un vaisseau neutre qui ne transportait aucun matériel de guerre au moment de quitter son ancrage à Halifax.

Après l’impact, l’Imo a réussi à sortir du port pendant qu’une colonne de feu s’élevait du navire français.

De vieux souvenirs plus récents

En 2003, les Archives nationales du Canada ont reçu une bobine de film qui dormait sur les étagères des Archives australiennes. Les images qui s’y trouvent montrent Halifax à l’été 1918.

Six mois après le drame, la ville ressemblait toujours à une zone sinistrée où rien n’est reconstruit. Le journaliste Denis-Martin Chabot raconte cette découverte au Téléjournal du 3 décembre 2003.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Un nom « explosif » crée des remous à Halifax – RCI 

Halifax Hakodate, histoire d’un jumelage canado-japonais – RCI 

Il y a 100 ans, deux navires explosaient à Halifax et faisaient plus de 2000 morts – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*