Cette oreille 3D vivante avec des vaisseaux sanguins a été greffée sur une souris en 2016 et s’est développée normalement. Photo : DR

L’impression 3D fait grande impression dans les secteurs de la santé, de la construction et de l’éducation

Share

L’impression 3D dans le secteur de la santé n’a pas fini d’émerveiller avec ses oreilles ou ses nez pour des personnes brûlées ou défigurées.


À l’aide d’une imprimante 3D ordinaire qu’ils ont adaptée, des ingénieurs américains ont réussi à imprimer des composantes électroniques sur la peau d’une main, une percée qui serait utile dans plusieurs domaines, dont la médecine. Photo : Université du Minnesota/Michael McAlpine

Le printemps dernier, à l’aide d’une imprimante 3D ordinaire qu’ils ont adaptée, des ingénieurs américains ont réussi à imprimer des composantes électroniques sur la peau d’une main, une percée qui serait utile dans plusieurs domaines, dont la médecine.

Le chercheur Michael McAlpine et ses collègues de l’Université du Minnesota ont réussi cet exploit grâce à une imprimante qu’ils se sont procurée dans un magasin à grande surface.

La bio-impression 3D permet aussi pour la première fois de recréer des os, du cartilage et du tissu musculaire. Le Canada est d’ailleurs une figure de proue dans ce secteur.

Des Canadiens mettent au point les premières prothèses fonctionnelles imprimées en 3D

La toute première prothèse 3D de fabrication canadienne (Julia Burpee)

Une équipe de chercheurs canadiens à l’Université de Toronto a été la première, en 2015, à utiliser l’imprimante 3D pour faire des jambes artificielles.

L’Imprimante 3D produit des membres impressionnants, car elle permet de gagner du temps et de l’argent pour le patient, ce qui est précieux non seulement pour les patients canadiens, mais aussi ceux vivants dans des zones économiquement moins favorisées.

Lors d’une visite de cinq jours à Kampala en 2015, les chercheurs canadiens ont effectué des mesures auprès de handicapés ougandais. Puis, ils ont imprimé des prothèses en moins d’une semaine en utilisant une imprimante 3D portative de moins de 6000 $.

Découvrez le nouveau visage de la 3D au Canada…

Les imprimantes 3D sont dans nos écoles. Les Fab labs sont présents à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys au Québec qui possède huit grands laboratoires. Photo : Radio-Canada, Jean François Bouthillette

Au tour du bâtiment de vivre la révolution 3D

Photo : Batirama,com

Un récent rapport du Conference Board du Canada s’intéresse à l’impression 3D qui pourrait un jour régler les problèmes de logements dans le nord du pays, où le transport des matériaux de construction est souvent compliqué par les longues distances ou carrément par l’absence de routes. La construction de logements sociaux au Nunavut peut ainsi coûter trois fois plus cher que dans le sud du pays.

Selon ce rapport, qui a sondé ce qui se faisait ailleurs dans le monde dans le domaine de l’impression 3D, les logements imprimés pourraient coûter le tiers du prix actuel, voire moins, à la condition que l’on met au point des techniques de construction 3D adaptés aux environnements arctiques et subarctiques. Autrement dit, imprimer par exemple un mur ne suffit pas, il faudrait prévoir l’impression de matériaux isolants à l’intérieur même des murs.

À Nantes, en France, par exemple, une maison économe en énergie et pensée pour le logement social a été imprimée et construite en 54 heures l’an dernier. Les murs de la maison ont été imprimés sur place par couches de polymère isolant et de béton. Une isolation qui permet d’utiliser 30 % moins d’énergie qu’une maison normale.

Bouygues Entreprises France Europe a réalisé, en partenariat avec l’Université de Nantes, la première maison imprimée en 3D. Photo : Batirama.com

Les chercheurs nantais utilisent deux couches de mousse polymère isolantes qui servent de coffrage à une troisième couche de béton. L’impression 3D de ces maisons n’incluait pas les fenêtres, la tuyauterie, l’électricité, qui, généralement, constituent les aspects les plus coûteux de la construction.

Bref, le rapport canadien recommande de faire davantage d’études pour examiner la faisabilité de tels projets dans un contexte nordique. « Il est impératif que le Nord explore ces possibilités technologiques de sa propre initiative et ne se contente pas d’attendre que des collectivités, des entreprises ou des gouvernements du Sud […] prennent des décisions à sa place », conclut le rapport.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Éric Gagnon, Alain Labelle, Jhade Mompetit, Mario De Ciccio et Stéphane Bureau de Radio-Canada

En complément

Imprimer des maisons pour contrer les pénuries de logements dans le Nord? – Radio-Canada 

Une encre vivante qui pourrait révolutionner l’impression 3D – Radio-Canada 

Des maisons de béton imprimées en 3D – Radio-Canada 

Impression 3D directement sur la peau – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Économie, Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*