Ragoût d’orignal et de chevreuil, recette ojibwée d'Al Harrington, au Festival nomade à Montréal. Photo : RCI/Marie-Claude Simard.

Cuisine Je me souviens : ragoût d’orignal et de chevreuil style ojibwé

Share

Le chef Al Harrington fait un délicieux ragoût d’orignal et de chevreuil, un plat très populaire chez les Ojibwés de Shoal Lake, en Ontario, d’où il vient. Ce n’est toutefois qu’à l’âge adulte qu’il a vraiment appris les traditions culinaires de son peuple.

Ragoût d’orignal et de chevreuil, recette ojibwée, au Festival nomade à Montréal Rhoto : RCI/Marie-Claude Simard

« J’ai été adopté très jeune et j’ai perdu ma culture pour un bon bout de temps. Mais je suis retourné à Shoal Lake à 18 ans, et j’ai reconnecté avec mes racines, en grande partie grâce à la cuisine et à la chasse », explique-t-il.

Écoutez Al Harrington parler du ragoût traditionnel ojibwé d’orignal et de chevreuil

Soirée de partage culturel

Ancien gérant du Café de la maison ronde – le seul café autochtone de Montréal –, Al Harrington se passionne de cuisine et aime faire connaître les traditions culinaires de son peuple. Le mois dernier, au Festival nomade qui se déroulait au restaurant mauritanien La Kaïma, à Montréal, le chef ojibwé a servi son ragoût d’orignal et de chevreuil, accompagné de pain bannique frit.

Dans un décor exotique rappelant les tentes dans les dunes du désert du nord-ouest africain, devant une cinquantaine de personnes, Alan Harrington a parlé des traditions ojibwées, de la chasse, de la culture du partage et de la cueillette du riz sauvage à Shoal Lake, avant de servir son plat succulent.

Al Harrington parle de ses racines ojibwées, lors du Festival nomade à Montréal. Photo : RCI/Marie-Claude Simard

« On trouve beaucoup de riz sauvage près de Shoal Lake. Les anciens allaient dans les marécages en canoë et secouaient les plants au-dessus de leurs embarcations jusqu’à ce qu’elles soient remplies », a-t-il expliqué.

RCI était sur place lors de cet échange culturel unique! En plus, Al a pris le temps de bien nous expliquer comment faire ce plat ainsi que le délicieux pain frit.

Écoutez Atigh, organisateur de l’événement, nous expliquer pourquoi il a invité le chef ojibwé au Festival nomade.

Du gibier à partager

« J’ai eu la chance d’avoir une chasse fructueuse cette année et de rapporter chez moi un orignal et un chevreuil », a mentionné Alan.

Ce dernier qui vit maintenant dans la communauté de Kanesatake, dans les Laurentides, près de Montréal, se fait un devoir de partager cette viande avec la communauté.

« C’est une coutume de mon peuple de partager le gibier, surtout avec les personnes âgées et ceux qui ne peuvent aller à la chasse. »

Comment faire ce ragoût?

Dans son ragoût, il a utilisé 4 lb d’orignal et 2 lb de chevreuil.

«  J’ai aussi utilisé l’os dorsal du chevreuil, car ça donne un goût exquis au bouillon! »

La recette est simple. Il recouvre les morceaux de viande d’eau et ajoute des carottes, du céleri et des oignons. Normalement, il laisse mijoter toute la journée, mais le soir du festival (le 14 novembre 2018), deux heures ont suffi pour donner un ragoût savoureux. Vers la fin de la cuisson, il ajoute des patates et du riz sauvage.

Aussi, pour faire épaissir la sauce, il fait un roux – un mélange de matière grasse et de farine dilué dans un liquide – qu’il ajoute au ragoût.

Sel et poivre : c’est tout?

Pour rehausser le goût, Al ajoute du sel et du poivre au cours de la cuisson, c’est tout!

« Traditionnellement, on mise sur le goût naturel des ingrédients. Les champignons, le riz, les baies peuvent ajouter beaucoup de goût. »

De plus, il estime que les pommes de terre n’ont fait leur apparition dans la cuisine indigène qu’après l’arrivée des Européens.

Al et Atigh mettent la touche finale au ragoût et au riz végétarien. Photo : RCI/Marie-Claude Simard

Parfum exotique

Lors du festival nomade, exceptionnellement, le ragoût ojibwé exhalait subtilement des parfums de l’Afrique de l’Ouest.

« J’ai mis des feuilles de laurier, et toutes sortes de choses », affirme Atigh, le propriétaire du restaurant mauritanien qui aide son ami Al dans la confection du repas. Autre touche personnelle, il ajoute au ragoût un mélange de farine de riz et d’eau pour faire épaissir la sauce.

Bannique frite

Alors que le ragoût mijote, Al prépare le pain frit. Il s’agit en fait de la traditionnelle bannique, mais au lieu de la cuire au four ou à la poêle, la pâte est formée en petits disques qui sont frits dans l’huile.

Le pain frit est délicieux trempé dans la sauce du ragoût! Photo : RCI/Marie-Claude Simard.

À la base, cette recette est constituée de quatre ingrédients : farine, poudre à pâte, sucre et eau. À l’occasion, Al Harrington remplace l’eau par de l’eau d’érable.

« Ça donne un goût unique, c’est tellement bon », dit-il.

Ces beignets tendres à l’intérieur et croustillants sont délicieux lorsqu’on les trempe dans la sauce du ragoût. Tout le monde était ravi lors de la dégustation au festival. Quel délice!

Regarder Al Harrington préparer le pain traditionnel frit

Recette de bannique frite
Ingrédients :

3 tasses de farine

1,5 cu. à table de poudre à pâte

2 cu. à table de cassonade ou sucre blanc ou sirop d’érable

1 tasse d’eau (ou plus, si nécessaire)

Huile pour la friture

Préparation :

Bien mélanger les ingrédients secs. Ajouter une tasse d’eau. Mélanger pour obtenir une texture uniforme et malléable. Ajouter de l’eau au besoin.

Diviser la pâte en petites boules aplaties (galettes). Lorsque l’huile est chaude, faire cuire les galettes, environ 3 minutes de chaque côté ou jusqu’à l’obtention de la couleur dorée désirée et de la bonne texture. Bon appétit!

Du pain mohawk avec ça?
L’artiste mohawk Martin loft participait à ce grand échange culturel. Lors du Festival nomade, il a présenté une vingtaine de ses lithographies et a fait une démonstration du processus d’impression. Il a aussi contribué au repas. Il a préparé le traditionnel pain au maïs mohawk dont on a déjà dans cette chronique.

L’artiste mohawk Martin Akwiranoron loft qui a aussi des talents de cuisinier a servi du pain au maïs avec le ragoût. Photos: RCI/Marie-Claude Simard

Lire aussi : Cuisine Je me souviens – Le maïs au coeur de l’hospitalité mohawk 

La chronique Cuisine Je me souviens va à la rencontre de gens qui nous font découvrir un plat marquant de leur enfance et nous parlent des souvenirs qui y sont rattachés.

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*