Photo : Radio-Canada

Appui pivot de la Chambre de commerce du Canada à la taxe sur le carbone de Justin Trudeau

Share

Malgré l’opposition de plusieurs gouvernements conservateurs provinciaux au Canada, la Chambre de commerce du Canada indique qu’il existe un réel consensus au pays sur la nécessité de faire quelque chose pour lutter contre les changements climatiques.

Le plus important groupe d’entreprises au Canada croit donc que la taxe sur le carbone proposée par le gouvernement libéral canadien de Justin Trudeau, est le moyen le plus efficace de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Dans un tout nouveau rapport , la Chambre de commerce du Canada estime que le débat ne devrait donc plus être de savoir si cette taxe se réalise, mais comment elle se réalisera.

Aaron Henry, directeur des ressources naturelles et de la politique environnementale de la chambre, indique toutefois que la préférence des entreprises que représente la Chambre est l’imposition d’un prix à payer par les entreprises pour la production de carbone dans leur procédé de fabrication.

Il ajoute que ses membres sont très favorables à cela, qu’« ils sont heureux de le faire ». Ils applaudissent même les directives du gouvernement canadien à ce sujet.

Le saviez-vous?
La ministre canadienne de l’Environnement, Catherine McKenna, affirmait la semaine dernière que le Canada serait prêt, conformément à l’Accord de Paris, à accentuer ses objectifs de réduction des émissions en 2020.

La ministre de l’Environnement et des Changements climatiques, Catherine McKenna, prend la parole lors d’une conférence de presse à Ottawa le 28 juin 2018. PATRICK DOYLE/CP

Le temps est venu d’agir, mais sans une pléiade de nouveaux règlements

Ce que les membres de la Chambre ne veulent surtout pas, selon Aaron Henry, ce sont d’autres années d’incertitude qui laissent les entreprises dans l’ignorance des politiques qui seront adoptées l’année suivante pour parvenir à l’objectif de réduction des émissions de carbone.

Cela dit, les entreprises ne veulent pas d’un régime de taxe sur le carbone qui créerait toute une série de réglementations environnementales supplémentaires, car cela s’avérerait moins efficace et moins flexible que l’imposition d’un prix du carbone.

Le plan d’action du gouvernement fédéral sur les changements climatiques comprend un prix national du carbone, mais il met également en place plusieurs normes relatives aux carburants propres, aux nouveaux codes de construction écoénergétiques des bâtiments et une suppression progressive de l’utilisation du charbon pour produire de l’électricité.

Le rapport de la Chambre de commerce indique que les réglementations environnementales, qui imposent des actions précises, peuvent obliger les entreprises à dépenser beaucoup de ressources pour se conformer aux réglementations. Or, il serait préférable, selon le rapport, de permettre aux entreprises de déterminer par elles-mêmes les moyens les plus économiques et les plus simples de réduire leurs émissions.

Qu’est-ce que cette nouvelle taxe carbone du Canada?

Justin Trudeau en conférence de presse à Toronto, le 22 octobre dernier – Photo CBC

Le gouvernement canadien avait prévenu, l’an dernier, que toutes les provinces et tous les territoires seraient obligés en 2019 d’imposer un prix minimum de 20 $ la tonne d’émissions polluantes.

La Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick ayant annoncé depuis leurs refus de se conformer à cette exigence, le premier ministre Justin Trudeau a prévenu ces provinces, en octobre dernier, que le gouvernement canadien ferait le travail de perception et de redistribution à leur place.

Ainsi, à compter du 1er avril prochain, une taxe fédérale sur le carbone sur les carburants ainsi qu’un système de plafonnement et d’échange pour les grands émetteurs industriels seront imposés dans ces quatre provinces. Les citoyens de ces provinces, représentants 47 % de tous les Canadiens, recevront par la suite, chaque année, un chèque du gouvernement canadien pour atténuer les effets au quotidien de cette taxe.

Dans les six autres provinces qui ont accepté de concevoir leur propre plan de taxation selon les balises nationales dictées par Ottawa, les gouvernements provinciaux pourront décider eux-mêmes s’ils vont ou non rembourser les consommateurs et ce qu’ils vont faire avec cette nouvelle source de revenus pour verdir leurs économies.

Découvrez les enjeux politiques de l'imposition d'une taxe sur le carbone au pays...

La tour du CN à Toronto vue à travers du smog. Photo : Radio-Canada/Ramna Shahzad/CBC

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Une autre province grossit les rangs des opposants à la taxe carbone du gouvernement canadien – RCI 

L’Ontario réduit en cendre sa « bourse du carbone » – RCI 

La taxe carbone est la solution au changement climatique, selon les lauréats du prix Nobel d’économie – RCI 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*