Crédit : Orb Media. Dans une décharge vieille de 50 ans, surplombant l'océan au large de la ville côtière de Dagupan, aux Philippines, un jeune garçon grimpe sur des débris de plastique. La plupart des produits biodégradables ont pourri depuis longtemps, laissant une montagne de plastiques multicolores qui flottent vers la mer sur les vents côtiers.

Environnement : la bataille contre les sacs en plastique compostables sera de longue haleine, prévient Orb Media

Share

Dans un contexte où les représentants de divers pays n’arrivent pas à s’accorder sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, Orb Media a analysé quatre aspects du problème du plastique, l’un des grands enjeux environnementaux. Pourtant, il appelle des actions concrètes : déchets marins, microplastiques, produits chimiques et recyclage.

RCI avec des informations d'Orb Media et Radio-Canada

Un impact qui sème l’inquiétude partout dans le monde

Dans ses rapports et analyses de données, Orb Media, qui produit des recherches sur des questions d’intérêt humain, social et environnemental, entre autres, relève l’ampleur du problème de la pollution mondiale par les déchets de plastique.

L’organisme souligne d’un trait rouge sur les inquiétudes de groupes sociaux de plus en plus préoccupés par l’impact du plastique sur l’environnement.

Ces groupes ont de nombreuses questions en ce qui a trait au rôle que les gouvernements et l’industrie doivent jouer pour réduire l’empreinte environnementale du plastique.

Une multitude de déchets plastiques rejetés sur une plage du Panama par l'océan Pacifique.

L’inquiétude de voir plus de plastiques que de poissons dans les cours d’eau d’ici 2050 devrait inciter à des actions plus concrètes. Photo : Reuters / Carlos Jasso

QUELQUES POINTS DU RAPPORT QUI EN FERONT SOURCILLER PLUS D’UN

Les substituts aux sacs en plastique engendrent une plus grande empreinte carbone 

Cela d’autant que les sacs en plastique composables ne peuvent se dégrader dans les sites d’enfouissement ni dans la nature, ce qui oblige à les séparer et à les chauffer dans une installation industrielle.

Contrairement aux résultats de certaines recherches sur les bioplastiques qui mettent de l’avant leur caractère biodégradable et moins polluant, ils auraient les mêmes risques environnementaux et présenteraient une empreinte carbone importante.

La fabrication et la transportation des bouteilles en verre consommeraient près de cinq fois plus d’énergie.

La production de sacs en papier, un choix écologique aux yeux de plusieurs, entraînerait plus de pollution atmosphérique que la production de sacs en plastique.

Le Canada a présenté une charte sur les plastiques dans l’océan

Cette charte a été ratifiée par cinq pays du G7 et par l’Union européenne, lors du sommet des sept pays les plus riches tenu à Charlevoix, au mois de juin. Elle est non contraignante et elle souligne la nécessité d’agir au plus vite pour réduire les méfaits de la pollution par les plastiques qui menacent d’occuper plus de place dans les océans que les poissons et autres mammifères marins d’ici 2050.

Des mouettes se tiennent sur des vidanges.

« 1,5 million d’oiseaux et mammifères marins meurent chaque année en ingérant du plastique ». Istock

La Charte invite notamment les membres signataires à établir des normes pour accroître la réutilisation et le recyclage des plastiques, au lieu de les envoyer à l’enfouissement. Les industries, quant à elles, doivent moderniser leurs méthodes de production pour éviter le gaspillage et les déchets. 

L’attitude influe sur les habitudes de recyclage

Le rapport indique que le taux de recyclage au sein d’une population donnée serait fortement influencé par l’état d’esprit de cette population. À titre d’illustration, il y est mentionné que dans un campus, le poids moyen des articles de recyclage est près de 50 % plus élevé après une victoire au basket qu’après une défaite ou un match nul dans des compétitions interuniversitaires aux États-Unis.

À l’inverse, les jours de pluie, la masse totale des déchets ménagers collectés dans un arrondissement de Londres, aux fins de recyclage, a considérablement diminué d’un kilogramme par millimètre de précipitations.

Omniprésence des microplastiques

La question de la pollution des aliments par les microplastiques semble reléguée au second plan. Pourtant, il s’agit d’une pollution de grande envergure qui s’étend aussi bien dans l’air, dans le sol que dans l’eau. Sans oublier les additifs chimiques dans les emballages alimentaires en plastique.

Le rapport d’Orb Media a été publié de concert avec le réseau Orb Media Network, un groupe de médias internationaux.

LA POLLUTION DES OCÉANS EN QUELQUES CHIFFRES :

20 tonnes de déchets de plastique sont déversées dans les océans chaque minute;

80 % des déchets en mer proviennent de sources terrestres et le reste de bateaux;

1 % du plastique flotte, le reste coule et se décompose en microparticules;

Il existe 5 gyres, appelées aussi vortex de pollution ou soupes de plastique, dans les bassins océaniques;

1,5 million oiseaux et mammifères marins meurent chaque année en ingérant du plastique.

Sources : Surfrider Foundation Europe, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, Institut français du développement durable

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, International

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*