Drapeaux du Canada et de la Chine

Le gouvernement fédéral confirme qu’un 3e Canadien est détenu en Chine

Share

Cette troisième détention intervient trois semaines après l’arrestation, à Vancouver ,d’une haute dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei.

RCI avec l'AFP et Radio-Canada

Lien avec les deux précédentes arrestations?

Depuis quelques semaines, le Canada se retrouve pris en étau dans une querelle économique entre les États-Unis et la Chine.

À la demande des États-Unis, le Canada a arrêté et détenu, avant de la libérer sous conditions, la directrice financière de l’entreprise Huawei, Meng Wanzhou. Cette dernière est accusée de fraude visant à contourner les sanctions économiques contre l’Iran.

Depuis, la Chine, qui avait menacé Ottawa de « graves sanctions », a procédé à l’arrestation de l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig. Puis, un deuxième Canadien, Michael Spavor, a été intercepté par Pékin. Une interpellation confirmée par le gouvernement fédéral qui a déclaré être également au courant de la détention d’un troisième citoyen canadien en Chine. L’identité de cette personne n’a pas encore été dévoilée.

Le porte-parole d’Affaires mondiales Canada a indiqué qu’il n’y aurait pas de lien entre cette affaire et les arrestations précédentes des deux Canadiens soupçonnés par la Chine « d’activités menaçant sa sécurité nationale ».

La troisième interpellation a lieu au moment où Ottawa est toujours en pourparlers avec Pékin pour tenter de dénouer la quasi-crise diplomatique qui semble s’installer entre les deux pays.

« La Chine réagit à l’arrestation d’un de ses citoyens, mais nous sommes absolument déterminés à nous tenir debout pour nos concitoyens détenus, comprendre pourquoi ils le sont et travailler avec la Chine pour démontrer que ce n’est pas acceptable », a récemment confié le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à la chaîne américaine CityNews. 

Un photo montre le premier ministre chinois Li Keqiang et le premier ministre canadien Justin Trudeau lors d'une visite officielle du haut dirigeant chinois, le 22 septembre 2016Le premier ministre chinois Li Keqiang et le premier ministre canadien Justin Trudeau lors d’une visite officielle du haut dirigeant chinois, le 22 septembre 2016 Photo : La Presse canadienne / FRED CHARTRAND

Pékin en passe de prendre des mesures susceptibles de nuire à l’économie canadienne?

La crise est loin de se dénouer parce que les responsables américains demandent que Mme Meng soit extradée vers les États-Unis pour répondre aux faits qui lui sont reprochés.

Neuf chefs d’accusation pèsent sur la directrice financière de Huawei qui risque jusqu’à 30 ans de prison.

Les analystes n’excluent pas la possibilité pour la Chine de prendre des mesures susceptibles de nuire à l’économie canadienne, si la requête américaine venait à être favorablement entendue.

En raison de la faiblesse des échanges avec Pékin, l’impact de telles mesures serait peu dommageable pour le Canada qui exporte seulement 5 % de sa marchandise en Chine, pour une valeur de 24,3 milliards de dollars.

Néanmoins, le fabricant de manteaux Canada Goose paie déjà le prix fort de la tension diplomatique actuelle, car il est victime du boycottage de ses produits. Les secteurs énergétiques et agricoles au pays pourraient également subir les contrecoups de cette crise.

Par contre, le resserrement des règles commerciales aux États-Unis, avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, oblige le Canada à diversifier ses débouchés en se tournant vers de nouveaux partenaires commerciaux.

Sur ce plan, le renforcement des liens commerciaux avec la Chine pourrait ouvrir de belles perspectives, malgré quelques tensions. Ottawa a récemment invoqué le motif de sécurité nationale pour s’opposer à l’acquisition par une société chinoise du géant canadien des infrastructures Aecon Group, au prix de 1,5 milliard de dollars.

Par ailleurs, le nouvel accord États-Unis–Mexique–Canada (ACEUM) contient une clause susceptible de nuire, selon Pékin, à la conclusion d’un partenariat commercial libre avec Ottawa sans l’accord des deux autres parties. L’affaire Huawei et la détention des trois Canadiens viennent en quelque sorte alourdir le climat.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*