Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor (à droite) ont été arrêtés par les autorités chinoises. Photo: La Presse canadienne/Twitter

Arrestation dans l’Affaire Huwaei : une délégation canadienne en Chine pour libérer les Canadiens

Share

Un groupe de députés et sénateurs fédéraux du Canada est attendu en Chine, ce week-end, et profitera de ce voyage pour demander la libération de deux Canadiens détenus depuis le mois dernier dans ce pays.

Michael Cooper – Photo : La Presse Canadienne

Ces députés, membres de l’Association législative Canada-Chine ont l’intention de faire dès leur arrivée samedi, selon le député conservateur albertain Michael Cooper.

Trois députés libéraux, un sénateur libéral et un sénateur conservateur complètent la délégation de ce voyage déjà prévu à l’horaire et financé par les contribuables.

De dire Michael Cooper : «Les autres membres de la délégation et moi-même allons aborder la question avec les autorités chinoises de la manière la plus constructive possible dans le but évident de voir ces deux Canadiens rentrer sains et saufs dans les meilleurs délais».

Le procureur en chef chinois, Zhang Jun, a déclaré jeudi à Pékin que Michael Kovrig et Michael Spavor avaient violé les lois du pays et faisaient l’objet d’une enquête «pour des activités qui portent atteinte à la sécurité nationale de la Chine».

On sait peu de choses sur la situation des Canadiens Kovrig et Spavor : ils n’ont pu bénéficier chacun que d’une seule visite consulaire de l’ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, le mois dernier.

Aide-mémoire...

Michael Spavor et Michael Kovrig ont été arrêtés en Chine. (Associated Press / International Crisis Group / Presse canadienne)

Rappelons que l’ex-diplomate Michael Kovrig et le consultant Michael Spavor ont été arrêtés tous deux il y a trois semaines et demie, officiellement pour activités «menaçant la sécurité nationale». Ces arrestations sont pourtant largement perçues comme des mesures de rétorsion à la suite de l’arrestation par la Gendarmerie royale du Canada de Meng Wanzhou, directrice des finances du géant des télécommunications Huawei, et ce à la demande des États-Unis.
Mme Meng fait face à des accusations de fraude aux États-Unis ; elle a été libérée sous caution à Vancouver, en attendant son audience d’extradition.

Meng Wanzhou au moment de sa libération – Photo ; Radio-Canada


Un voyage en Chine prévue bien avant l’arrestation de Meng Wanzhou

Selon le député Michael Cooper reconnaît le voyage des politiciens canadien a initialement été remis en question en raison des tensions actuelles jusqu’à ce que le chef de la délégation, le sénateur libéral Joseph Day, se soit entretenu avec le ministère des Affaires étrangères. Il est ressorti de cette discussion qu’annuler le voyage à la dernière minute pourrait être perçu par les Chinois comme un geste alimentant les tensions, a-t-il dit.

«Le message d’Affaires mondiales Canada […] était qu’il valait mieux y aller que d’annuler, a rapporté Michael Cooper. Bien franchement, s’il y avait un enjeu de sécurité ou si l’on avait jugé que ce ne serait pas bénéfique, on n’irait pas.»

Un porte-parole de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland indique que les délégations parlementaires sont indépendantes et peuvent prendre leurs propres décisions concernant les voyages, ajoutant que le ministère avait bien informé les participants des risques avant leur départ.

Le gouvernement canadien a sollicité l’appui d’importants alliés pour faire pression sur Pékin. Le département d’État américain a demandé la libération des deux Canadiens, tandis que l’Allemagne, la France, l’Union européenne et l’Australie ont également publié des déclarations en ce sens. LISEZ LA SUITE… 

LISEZ POURQUOI : Huawei est un téléphone à ne pas utiliser, selon le FBI, la CIA et la NSA...
 

(Photo : MANDEL NGAN/AFP/Getty Images)

En complément

Futur réseau G5 au Canada : notre sécurité nationale prime dans l’examen d’une participation de Huawei – RCI

Affaire Huawei : coincé entre la Chine et les États-Unis, le Canada s’expose à des sanctions économiques – RCI

Directrice financière de Huawei recherchée par les États-Unis et arrêtée à Vancouver : la Chine exige des explications – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*