Myron Thompson en 2001. (Tom Hanson/Canadian Press)

Décès de l’ex-député Myron Thompson, «personnage» de la politique canadienne

Share

Il arrive de temps en temps qu’une personne devienne personnage par son allure, la fonction qu’elle occupe, son franc-parler et les idées qu’elle défend.

Myron Thompson était tout ça.

Élu lors de la vague du parti de la Réforme – Reform Party – lors de l’élection fédérale canadienne de 1993, Myron Thompson a représenté la circonscription albertaine de Wild Rose (Rose sauvage, emblème floral de la province) sans faille jusqu’à sa retraite de la vie politique en 2008.

Il aura tour à tour porté les couleurs du Reform (élection de 1993), de l’Alliance canadienne (nouvelle mouture du Reform, élection de 2000 puis du Parti conservateur du Canada (élections de 2004 et de 2006) sous celui qui allait devenir premier ministre en 2008, Stephen Harper, après la fusion des progressistes-conservateurs et de l’Alliance canadienne.

Cet homme au verbe haut et fort et aux idées résolument de droite n’était jamais vu en public sans son chapeau de cowboy, un classique Stetson, ses bottes pointues aux talons prêts à recevoir des étriers et à son ceinturon à grosse boucle, typique de la mode western.

D’ailleurs, cette image d’homme libre-penseur des plaines de l’Ouest créait tout un clivage sur la colline parlementaire à Ottawa, lui apportant des surnoms et des qualificatifs sur l’ensemble du spectre des couleurs politiques, du défenseur des idées libertariennes à redneck (rustre) de la part des libéraux.

Double citoyenneté – détour par le baseball

Myron Thompson a vu le jour à Monte Vista au Colorado. Dans sa prime jeunesse, vers les 19 ans, il tente sa chance au baseball avec les Yankees de New York, une des équipes phares de sport national américain avec leurs éternels rivaux, les Red Sox de Boston.

Pas de veine, devant lui pour le même poste de receveur, il doit faire la lutte avec Yogi Berra, légende à venir de ce sport … et des citations sportives américaines.

Après des études universitaires au Colorado, il s’engage dans les forces armées américaines de 1958 à 1960.

Déménagé au Canada en 1968, un an après le centenaire du pays, il en obtient la citoyenneté en 1974. Il a connu une carrière de 23 ans comme enseignant au secondaire tout en cumulant durant quatre ans (1974 à 1980) les fonctions de maire de sa ville, Sundre (pop 2 800).

(iStock)

Le fameux chapeau

Myron Thompson parlait de son chapeau comme faisant partie de son héritage culturel, il s’opposait véhément à ce que les procédures parlementaires lui en interdisent le port à la Chambre des communes. Selon lui, son Stetson avait autant droit de cité dans l’enceinte que le turban sikh ou la plume amérindienne.

Et il a eu gain de cause.

Myron Thompson, connu pour son chapeau de cowboy et ses opinions controversées sur de nombreux sujets, est mort à l’âge de 82 ans. Il avait quitté la scène politique fédérale en 2008. Photo: La Presse canadienne / Tom Hanson

Ses années dans l’opposition

Membre d’un parti qui n’a pris le pouvoir qu’après sa retraite de la politique active, Myron Thompson ne mâchait pas ses mots quand il attaquait les politiques et les orientations du gouvernement libéral d’alors dirigé par le premier ministre Jean Chrétien, s’opposant constamment aux dépenses gouvernementales, au mariage de conjoints de même sexe, aux droits des victimes et aux réformes du système pénitencier.

Myron Thompson est décédé des suites du cancer du pancréas.

PC, SRC, CBC, Calgary Herald

Plus :

Les citations célèbres de Yogi Berra (Balle courbe)

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*