AFP/Getty Images

Pas plus d’un hamburger par semaine au nom de la santé mondiale

Share

EAT (manger), un groupe de pression indépendant basé à Stockholm qui cherche à améliorer le système alimentaire, vient de publier dans la revue médicale Lancet un rapport. Ce dernier conclut qu’un hamburger par semaine, pas plus, devrait être le maximum de viande rouge que nous devrions manger pour notre santé et celle de la planète.

Grand émetteur de gaz à effet de serre, trop gourmand en eau, consommateur d’antibiotiques, l’élevage intensif montre ses limites environnementales. Photo : Fondation Heinrich-Böll

Le rapport préparé par le groupe d’experts en nutrition, en agriculture et en environnement recommande une alimentation à base de plantes, basée sur des études déjà publiées qui ont établi un lien entre la viande rouge et un risque accru de problèmes de santé.

Elle s’inscrit également dans le cadre d’études récentes sur l’impact des habitudes alimentaires sur l’environnement. La production de viande rouge nécessite de la terre et de la nourriture pour élever le bétail, qui émet également du méthane, un gaz à effet de serre.

Un autre rapport récent des Nations unies indiquait, notamment, que le bétail est responsable d’environ 15 % de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Le groupe d’experts de Stockholm affirme qu’une grande transformation alimentaire est nécessaire d’urgence d’ici 2050, et que le nombre d’œufs devrait aussi être limité à moins de quatre par semaine environ. Les produits laitiers devraient pour leur part être d’une seule portion par jour, ou moins.

Donald Trump mange au moins un hamburger par semaine, selon les cuisiniers de la Maison-Blanche, et il lui arrive d’en acheter 1000 d’un seul coup! – Photo : AP

Le monde a besoin d’un régime alimentaire avec moins de bœuf et plus de haricots

Dans l’ensemble, le régime alimentaire proposé par EAT encourage les grains entiers, les haricots, les fruits et la plupart des légumes. Il indique que la consommation de viande rouge en moyenne doit être réduite de moitié à l’échelle mondiale, bien que les changements nécessaires varient d’une région à l’autre et que les réductions devraient être plus importantes dans les pays plus riches comme en Amérique du Nord.

Il ne sera toutefois pas facile de convaincre les consommateurs de limiter leur consommation de viande, de fromage et d’œufs, surtout dans les endroits où ces aliments font partie intégrante de la culture et de l’industrie, comme dans l’est du Canada.

Avant même de tenir compte des implications environnementales ou sociales, le rapport cherchait à esquisser à quoi ressemblerait le régime alimentaire le plus sain pour les citoyens. Heureusement, les Canadiens ont déjà commencé à limiter de façon importante la quantité de viande qu’ils mangent.

Découvrez comment l’alimentation des Canadiens est maintenant plus saine…

Les Canadiens sont de moins en moins carnivores. Photo : Istock

Les Canadiens de moins en moins carnivores

Les Canadiens sont de moins en moins carnivores. Voilà la principale conclusion d’une enquête menée, en septembre dernier, par la Faculté de management et d’agriculture de l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse.

Sylvain Charlebois Photo : Radio-Canada/Jonathan Villeneuve

Selon son coauteur, le professeur Sylvain Charlebois, on peut estimer que 6,4 millions de Canadiens (sur 36 millions) restreignent, au quotidien, leur consommation de viande ou l’éliminent complètement de leur assiette, au nom surtout d’une meilleure santé. Selon l’enquête, 7,1 % d’entre eux se disent végétariens, alors que 2,3 % se décrivent comme étant végétaliens.

« C’est beaucoup plus qu’on pensait et ça va augmenter », croit Sylvain Charlebois, qui précise que 40 % des Canadiens ne mangent de la viande qu’une à deux fois seulement par semaine.

Les résultats de ce sondage web bilingue pancanadien réalisé en septembre 2018 auprès de 1027 Canadiens avec une marge d’erreur estimée à 3 %, 19 fois sur 20, nous apprennent toutefois qu’un Canadien sur deux affirme toujours consommer de la viande quotidiennement.

Le végétarisme à des ailes au Canada, même s’il s’offre souvent des ailes de poulet

Les Canadiens âgés de moins de 35 ans sont trois fois plus susceptibles de se dire végétariens ou végétaliens que ceux âgés de 49 ans et plus. Photo : Istock

Le nombre de végétariens risque d’augmenter dans les prochaines années, souligne Sylvain Charlebois, dont l’étude confirme le fait que les jeunes consommateurs sont plus nombreux à adopter une alimentation sans viande.

« On voit vraiment qu’il y a un momentum et c’est difficile de voir comment ça va diminuer avec le temps. On risque de voir le nombre de Canadiens adopter une diète végétalienne ou végétarienne augmenter. »

L’enquête révèle les limites de ce végétarisme. Si plus de 17 % des Canadiens suivent un régime alimentaire qui bannit la viande ou en réduit l’importance, un peu plus de 10 % d’entre eux sont en vérité des flexitariens, c’est-à-dire des végétariens qui mangent occasionnellement de la viande ou du poisson.

Quant aux végétaliens, c’est-à-dire des gens qui ne consomment strictement aucun produit animal, il sont encore très rares. L’enquête révèle qu’ils sont à peine 2,7 % et ce sont essentiellement de jeunes personnes. Et 63 % des végétaliens ont moins de 38 ans, selon l’étude.

DÉCOUVREZ : Le guide alimentaire canadien, ce mal-aimé bientôt renouvelé

Crédit photo : iStock

RCI avec The Associated Press, La Presse canadienne et la contribution de Bis Petitpas, Doris Labrie, Martine Blanchard, Yves-Gérard et Francis Reddy de Radio-Canada

En complément

Dire «Non» à la viande afin de sauver des millions de vies – RCI 

Légumineuses et tofu continuent de gruger des parts de marché aux protéines animales – RCI 

Manger gras pour perdre rapidement du poids : la promesse de la diète cétogène – RCI 

Share
Publié dans : Environnement, International, Santé

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*