Des soldats se protègent des tirs des terroristes sur le complexe hôtelier DusitD2, à Nairobi. Photo : AFP/Getty Images / RAPHAEL AMBASU

Quel rôle le Canadien Guleid Abdihakim a-t-il réellement joué dans l’attaque qui a tué 26 personnes au Kenya?

Share

Un complexe hôtelier de Nairobi, la capitale du Kenya, a été l’objet cette semaine d’une attaque à main armée d’un commando constitué de plusieurs hommes parmi lesquels figurerait un Canadien.

RCI avec Reuters

Comparution devant le tribunal

Cinq hommes étaient en cour pour répondre aux questions du juge dans le cadre de cette attaque qui a causé la mort de 21 personnes mardi.

Ils devront rester en détention pendant une trentaine de jours, le temps que l’enquête permette d’établir les responsabilités dans cette attaque qui a d’ores et déjà été revendiquée par le groupe islamiste Al-Shabaab, une composante du groupe Al-Qaïda.

Selon les informations en provenance du tribunal de Nairobi, le Canadien Guleid Abdihakim aurait contribué, aux côtés de quatre autres personnes, à l’attaque en apportant notamment une aide aux assaillants qui se sont infiltrés dans le complexe hôtelier pour semer la terreur.

En réaction à cette information, Affaires mondiales Canada a indiqué que le pays est au courant de l’arrestation de son ressortissant et que les agents consulaires sont en contact avec les autorités kényanes pour recueillir des informations supplémentaires.

« Les services consulaires sont fournis à la famille de l’individu. En raison des dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels, aucune autre information ne peut être divulguée », a mentionné Affaires mondiales Canada.

L’identité des quatre autres suspects a été révélée. Il s’agit de Joël Nganga Wainaina, Olivier Kanyango Muthee, Gladys Kaari Justus et Osman Ibrahim. Ce sont en tout 11 personnes qui ont été arrêtées jusqu’à présent.

Le procureur général du Kenya, Noordin Haji, a indiqué qu’il y a des raisons de poursuivre l’enquête concernant tous les suspects, dont certains seraient toujours au Kenya et à l’extérieur du pays.

Un kamikaze s’est tué pendant l’assaut, tandis que les forces de l’ordre ont abattu quatre autres personnes.

Au stade actuel de l’enquête, il est établi que les assaillants se sont servis de plusieurs numéros de téléphone somaliens et que le père de l’un d’entre eux serait un officier de police. Ce dernier sera d’ailleurs entendu par la police pour en savoir davantage sur les activités et les antécédents de son fils.

Une scène de l’attaque du complexe hôtelier situé dans un quartier chic de Nairobi. Crédit : Reuters

Un environnement d’insécurité permanente

Les conditions de sécurité dans cette sous-région d’Afrique de l’Est, comme ailleurs en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, se sont considérablement dégradées au cours des dernières années en raison de l’infiltration de multiples groupes terroristes engagés dans une véritable escalade de violence, aux conséquences désastreuses pour la population locale comme étrangère.

Au Kenya particulièrement, Al-Shabaab a déjà sévi plusieurs fois. Il a entre autres attaqué le centre commercial Westgate Mall de Nairobi, le 24 septembre 2013. Il avait alors tué 68 personnes et en avait blessé 200 autres.

Ce groupe, qui a vu le jour dans les années 2000, a également revendiqué l’attaque de l’Université Garissa, au Kenya, le 2 avril 2015. À ce jour, il a mené plus de 360 attaques en Somalie. Pour la seule année 2016, son bilan s’élève à plus de 4000 morts, ce qui en fait le groupe le plus meurtrier en Afrique, devant le groupe Boko Haram du Nigeria.

L’attaque de mardi dernier vient démontrer qu’Al-Shabaab, qui signifie en arabe « Jeunes » du fait qu’il recrute principalement parmi les jeunes, reste redoutable et peut continuer à sévir en tout temps, au nom de son nationalisme affirmé et de son idéal d’instauration d’un État islamique.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*