Kaelynn Angel Hansen, d'à peine deux ans, est morte d'une pneumonie quelques jours après avoir reçu un diagnostic de grippe H1N1. (Photo soumise par Katelyn Hansen à CBC News)

Retour de la grippe H1N1 au Canada : morts innocentes et évitables

Share

Le 8 décembre, une jeune fille de 2 ans est décédée des suites d’une grippe de la souche H1N1 à l’Hôpital universitaire royal de Saskatoon. Sa mort aurait-elle pu être évitée? 

Kaelynn Angel Hansen a été la première victime d’âge préscolaire de l’épidémie, cette saison, en Saskatchewan. Le virus a depuis tué deux autres enfants non vaccinés de moins de 5 ans, affirment les responsables de la santé publique. Selon le dernier rapport de la province, il y a eu un total de six décès liés à la grippe cette saison.

La Dre Caroline Quach-Tranh est pédiatre, microbiologiste-infectiologue et professeure titulaire au département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l’Université de Montréal. On lui a demandé, en entrevue, comment expliquer qu’une maladie comme celle de la jeune Kaelynn Angel Hansen a pu terminer ainsi :

Photo : iStock/natsco

De plus en plus de méfiance quant à l’efficacité des vaccins 

Dans son message du Nouvel An, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné la crainte des vaccins comme l’une des 10 principales menaces mondiales pour la santé.

Avec la pollution atmosphérique et le changement climatique, le VIH entre autres, le niveau de méfiance en ce qui concerne les programmes de vaccination reste un défi important pour l’humanité. Bien que les raisons pour lesquelles les gens choisissent de ne pas se faire vacciner soient complexes, l’OMS est convaincue que les travailleurs du milieu de la santé, en particulier ceux des communautés, restent les conseillers les plus fiables et les plus influents dans les décisions de vaccination. Et ils doivent être soutenus pour fournir des informations fiables et crédibles sur les vaccins.

La Dre Quach-Tranh croit que les gens ont tendance à oublier que des maladies infectieuses graves sont pratiquement disparues en raison des programmes de vaccinations implémentés massivement dans la monde depuis plus de 160 ans. En effet, le premier vaccin obligatoire a eu lieu en 1853.

Photo: © iStock/aydinmutlu

Elle a récemment fini un mandat comme présidente de l’Association de microbiologie médicale et des maladies infectieuses du Canada, et elle a été à l’avant-garde de ce qui ce fait au pays.

Nous lui avons demandé comment le Canada se situe par rapport aux autres pays en ce qui concerne la prévention des maladies infectieuses et les programmes de vaccination de tous ses citoyens. Voici sa réponse :

Photo : iStock/davizro

Caroline Quach-Tranh n’hésite pas à affirmer que puisque le Canada se trouve dans la moyenne mondiale et non pas au sommet en ce qui a trait à la prévention des maladies infectieuses évitables, il ne faut pas baisser la garde.

Il ne faut pas oublier que la crise de méfiance face aux vaccins a été alimentée en partie par une étude frauduleuse publiée en 1998. Cette dernière s’est avérée être un « trucage » de son auteur Andrew Wakefield, qui suggérait un lien entre la vaccination contre la rougeole, la rubéole et les oreillons et le développement de l’autisme chez les jeunes enfants.

La fausse étude, fausse nouvelle avant le temps, est encore régulièrement citée par ceux qui s’opposent aux vaccins.

Share
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*