Des policiers montent la garde devant l'ambassade du Canada à Beijing dimanche. (Greg Baker/AFP/Getty Images)

Après avoir congédié son ambassadeur en Chine, le Canada nommera-t-il un envoyé spécial de haut niveau?

Share

Après avoir soudainement congédié, samedi, son ambassadeur en Chine, le premier ministre canadien devrait nommer coûte que coûte un envoyé spécial de haut niveau pour traiter avec Pékin. C’est ce qu’avance Guy Saint-Jacques, qui a été ambassadeur en Chine jusqu’en 2016.

Selon l’ancien ambassadeur, le gouvernement devrait procéder à la nomination immédiate d’un envoyé spécial et ne pas attendre la sélection d’un ambassadeur permanent, processus qui peut prendre un certain temps.

Pour l’instant, Jim Nickel, chef de mission adjoint en Chine, deviendra l’homme de confiance du Canada à Pékin, mais il est peu probable qu’il soit nommé ambassadeur.

Guy Saint-Jacques estime que la nomination d’un envoyé de haut niveau donnerait un bon signal à la Chine que le Canada est déterminé à mettre fin au conflit diplomatique en cours entre les deux pays depuis l’arrestation en décembre dernier, à Vancouver, d’une haute dirigeante de l’entreprise Huawei. Rappelons que la Chine détient depuis deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor.

Guy Saint-Jacques (Photo : PC)

Une étape délicate entre les deux pays

« Il serait important que le premier ministre envisage d’envoyer un envoyé de haut niveau, chargé d’essayer de résoudre le problème, ou du moins de faire baisser la température avec les Chinois. Je pense que nous sommes à un stade où nous avons besoin d’un bon dialogue face à face »,  indique M. Saint-Jacques.

Margaret McCuaig Johnston, une éminente boursière de la Fondation Asie Pacifique du Canada, est du même avis. « Peut-être le premier ministre ferait-il bien d’avoir un envoyé spécial comme [l’ancien premier ministre] Jean Chrétien qui serait envoyé en Chine pour se concentrer uniquement sur les détenus », suggère-t-elle.

Réactions de la Chine
La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré lors d’une conférence de presse quotidienne à Pékin lundi que l’affaire McCallum « est une affaire intérieure pour le Canada. La Chine ne fera pas de commentaires ».

L’ambassadeur John McCallum a été renvoyé samedi

Selon une déclaration du cabinet du premier ministre publiée samedi, Justin Trudeau a demandé à M. McCallum de lui remettre sa démission vendredi soir.

John McCallum. Photo: Reuters / Andrew Kelly

Ce dernier s’était mis dans l’eau chaude plus tôt cette semaine en déclarant que Meng Wanzhou, la directrice financière du géant technologique chinois Huawei, détenue au Canada à la suite d’une demande d’extradition des États-Unis, disposait d’arguments juridiques solides pour éviter l’extradition.

Il avait souligné trois aspects où la demande d’extradition des États-Unis pourrait être contestée par Mme Meng. Le premier aspect reposait selon lui sur les commentaires de Donald Trump le mois dernier. Celui-ci avait suggéré qu’il pourrait facilement intervenir dans cette affaire si cela pouvait aider les États-Unis sur le front de la sécurité nationale ou dans leurs efforts pour négocier un accord commercial avec la Chine.

Les autorités américaines ont jusqu’à la fin du mois de janvier pour déposer leur demande d’extradition de Meng Wanzhou. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck

Deuxièmement, l’ambassadeur avait soutenu qu’il y avait « un aspect extraterritorial à ce cas », sans expliquer en quoi le cas de Meng diffère de toutes les autres demandes d’extradition qu’un gouvernement étranger présente au Canada.

Enfin, M. McCallum avait fait remarquer que le Canada n’a pas adhéré aux sanctions américaines que Mme Meng est accusée d’avoir essayé de contourner. « Je pense donc qu’elle a des arguments solides qu’elle peut présenter devant un juge », avait dit l’ambassadeur.

Après s’être excusé jeudi, l’ambassadeur avait de nouveau provoqué la controverse, vendredi, en affirmant à un journaliste de Vancouver que ce serait une très bonne chose pour le Canada si les États-Unis choisissaient de ne plus aller de l’avant avec leur demande d’extradition.

Il tente d'effacer ses propos minant le bien-fondé de l’arrestation de Meng Wanzhou par le Canada...

L’ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, écoute une question après sa participation à la réunion du Cabinet fédéral à Sherbrooke, le mercredi 16 janvier 2019. (LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson)

RCI avec La Presse canadienne, CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Trudeau congédie son ambassadeur en Chine – Radio-Canada 

Affaire Huawei : entrevue avec Guy Saint-Jacques, ancien ambassadeur canadien en Chine – Radio-Canada 

Arrestation au Canada de la dirigeante de Huawei : Trump ajoute son grain de sel sur notre plaie avec la Chine – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*