L'ex-ambassadeur canadien en Chine, John McCallum, avait vivement fait réagir la classe politique canadienne avec ses commentaires sur la dispute avec Pékin. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Justin Trudeau finit par propulser vers la sortie son ambassadeur en Chine

Share

Au terme d’une période de 72 heures où l’ambassadeur John McCallum avait multiplié des déclarations inusitées dans l’Affaire Huawei, le premier ministre canadien lui a finalement demandé vendredi soir de lui remettre sa démission, décision qui a été révélée à la presse samedi.

Ce congédiement survient au moment où le Canada traverse l’une des pires crises diplomatiques de son histoire avec la Chine en raison de l’arrestation en sol canadien d’une responsable de la compagnie Huawei, il y a plusieurs semaines, à la demande des États-Unis. Washington l’accuse de violer les sanctions contre l’Iran par l’intermédiaire d’une filiale du géant chinois des télécommunications.

Un peu plus de 10 jours après l’arrestation de Mme Weng à Vancouver, Michael Kovrig et Michael Spavor ont été arrêtés et emprisonnés en Chine. Les responsables de ce pays ont donné peu de détails sur ce dont on accuse les deux Canadiens, se contentant de dire que les hommes sont accusés de « s’engager dans des activités qui mettent en danger la sécurité nationale ».

Michael Spavor et Michael Kovrig sont tous deux détenus en Chine avec un accès consulaire limité. (Associated Press/International Crisis Group/Canadian Press)

Les propos de l’ex-ambassadeur qui ont suscité la polémique

L’ex-ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, écoute une question après sa participation à la réunion du Cabinet fédéral à Sherbrooke, le mercredi 16 janvier 2019. (La Presse canadienne/Paul Chiasson)

The Star Vancouver rapporte que John McCallum a fait ce commentaire à l’un de ses journalistes lors d’un déjeuner caritatif, dans le centre-ville, vendredi. « Du point de vue du Canada, si [les États-Unis] abandonnaient la demande d’extradition, ce serait bien pour le Canada », a-t-il dit au reporter.

C’était la seconde sortie du genre de l’ambassadeur. La veille, il s’était excusé par voix de communiqué pour ses propos tenus mardi soir dernier à Toronto, où il avait soutenu que Meng Wanzhou avait de bons arguments juridiques à faire valoir contre son extradition aux États-Unis. « Je pense donc qu’elle a des arguments solides qu’elle peut présenter devant un juge », avait dit l’ambassadeur.

Andrew Scheer – Photo : PC

Le chef de l’opposition, le conservateur Andrew Scheer, avait tout de suite appelé à son congédiement, ce que Justin Trudeau avait alors refusé de faire. Samedi, M. Scheer a déploré que cette décision n’ait pas été prise plus tôt.

« Justin Trudeau aurait dû exercer son leadership sur ce dossier et mettre l’ambassadeur à la porte il y a plusieurs jours. Il a continué de [mettre à mal] notre réputation sur ce dossier », a déclaré le chef des conservateurs en entrevue à CBC.

Hélène Laverdière – Photo PC

La porte-parole du NPD en matière de politique étrangère, Hélène Laverdière, a affirmé à La Presse canadienne que les commentaires de M. McCallum « étaient inappropriés pour un ambassadeur » et qu’elles risquaient « d’avoir compliqué les choses plutôt que d’aider à résoudre la situation ».

« Nous croyons que le processus légal doit suivre son cours sans interférence de qui que ce soit », a ajouté Mme Laverdière, évoquant à la fois les déclarations de M. McCallum et les interventions du président Trump, qui s’était aussi permis de commenter l’affaire Huawei.

John McCallum a-t-il fait avancer ou reculer les intérêts du Canada dans cette dispute diplomatique avec la Chine?

John McCallum. Photo: Reuters / Andrew Kelly

Un ambassadeur qui n’était pas assez diplomate dans les circonstances?

Guy Saint-Jacques… (Photo: PC)

Guy Saint-Jacques, le prédécesseur de John McCallum à Pékin, estime que le premier ministre Justin Trudeau « a pris la bonne décision ». Il ne comprend toujours pas les multiples faux pas de M. McCallum, qu’il qualifie d’« erreur de débutant ».

« Il aurait dû faire preuve d’un peu plus de retenue, car une fois qu’il s’est immiscé dans le processus judiciaire, cela a envoyé un message de confusion. On s’est demandé s’il parlait au nom du gouvernement. Après s’être excusé jeudi, je ne comprends pas pourquoi il a renchéri vendredi, alors qu’il s’était déjà fait rabrouer ».

Fred Bild – Photo Radio-Canada

Pourtant, Fred Bild, ambassadeur en Chine de 1990 à 1995 et professeur invité au Centre d’études de l’Asie de l’Est de l’Université de Montréal, se dit « surpris » de cette décision du premier ministre. « Il faisait du bon travail. Tout le monde fait des erreurs et je pense qu’il en a payé un prix un peu cher », a-t-il expliqué.

Selon Alain-G. Gagnon, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études québécoises et canadiennes, « M. McCallum ne se serait pas permis une telle déclaration s’il n’avait pas le sentiment qu’il pouvait le faire ».

RCI avec La Presse canadienne, CBC News et la contribution de Michel C.Auger et Madeleine Blais-Morin de Radio-Canada

En complément

L’ambassadeur canadien en Chine efface ses propos minant le bien-fondé de l’arrestation de Meng Wanzhou par le Canada – RCI 

Les États-Unis et le Canada abusent du système d’extradition, dit la Chine – Radio-Canada 

L’abandon de l’extradition de la responsable de Huawei serait bénéfique, dit McCallum – Radio-Canada 

.

.

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*