L'Ambassadeur du Canda en Chine, John McCallum L’Ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum © Radio-Canada

Le limogeage en fin de semaine de l'ambassadeur du Canda en Chine, John McCallum a été mal reçu par les médias chinois. © Radio-Canada

Le limogeage de John McCallum dénoncé en Chine

Share

En limogeant son ambassadeur en Chine en pleine crise entre Ottawa et Pékin, le premier ministre Justin Trudeau croyait s’enlever une épine du pied. Mais en Chine, les médias dénoncent cette décision qualifiée d’ingérence politique. Explications.

John McCallum a été congédié en fin de semaine après avoir déclaré que ce serait « très bien » pour le Canada s’il pouvait libérer Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei. L’ambassadeur du Canada en Chine avait tenu la semaine dernière des propos controversés sur la demande américaine d’extradition de Mme Meng, arrêtée  en décembre à Vancouver. Une arrestation qui a déclenché une crise diplomatique entre Ottawa et Pékin.

Mme Meng est suspectée par la justice américaine de complicité de fraude pour contourner les sanctions contre l’Iran. La Chine reproche au Canada d’obéir aveuglément aux États-Unis, qui veulent, selon elle, enrayer le développement de Huawei pour des raisons politiques. En outre, les États-Unis feraient pression sur d’autres pour qu’ils n’adoptent pas la technologie 5G du géant chinois.

Ingérence politique, selon la Chine

Dans un éditorial bien senti, le quotidien chinois Global Times affirme que le congédiement de M. McCallum par Justin Trudeau « révèle l’ingérence politique » que Pékin n’a eu de cesse de dénoncer depuis le déclenchement de cette crise. « Ottawa est désormais aussi sensible qu’un oiseau apeuré. Quelques mots d’un ambassadeur n’auraient pas eu d’influence sur des décisions de justice », note le quotidien. « La vérité est qu’ils étaient au courant de la géopolitique qui entoure l’affaire depuis le tout début », ajoute-t-il.

Même son de cloche du côté du China Daily. Il souligne que « McCallum était simplement en train de dire la vérité quand il a observé que Meng (Wanzhou) avait de solides arguments contre une extradition, qu’il a décrite avec justesse comme motivée politiquement ».

Rappelons que Washington a jusqu’au 30 janvier pour transmettre une demande officielle d’extradition aux autorités canadiennes. Entre-temps, deux Canadiens ont été arrêtés en Chine depuis décembre 2018. Ils sont suspectés d’avoir mené des activités « menaçant la sécurité nationale ». Un troisième a été condamné à mort pour trafic de drogue. Des initiatives largement perçues en Occident comme des mesures de représailles.

Mercredi, dans une sortie peu diplomatique, foulant aux pieds le droit de réserve requis dans ce genre de dossier, John McCallum avait déclaré que la défense de la dirigeante chinoise disposait d’un « dossier très solide » pour s’opposer à son extradition. Il avait énuméré plusieurs points plaidant en sa faveur, notamment « l’implication politique (du président américain) Donald Trump ».

Embarras à Ottawa

M. McCallum a regretté ces propos par la suite. Mais le mal était fait. Et deux jours plus tard, il a récidivé dans le quotidien Star Vancouver. Il a déclaré en marge d’un repas caritatif que ce serait « très bien pour le Canada » si Washington renonçait à demander l’extradition de Mme Meng. Ces déclarations ont mis Ottawa dans l’embarras, car le gouvernement répète depuis le début de l’affaire que le Canada respecte l’État de droit.

Dans un premier temps, la semaine dernière, Justin Trudeau a soutenu son ancien ministre. Mais les déclarations de McCallum ont mis le gouvernement libéral dans une position délicate. M. Trudeau a consacré des efforts et un capital politique considérables au cours des dernières semaines à expliquer aux dirigeants du monde qu’en raison du respect de la règle de droit au Canada, les autorités canadiennes n’avaient d’autre choix que de détenir Meng et de laisser le processus d’extradition suivre son cours. Un processus qui n’a rien de politique.

Le ministère chinois des Affaires étrangères s’est refusé lundi à commenter la démission de l’ambassadeur, la décrivant comme une « affaire intérieure du Canada ». Geng Shuang, un porte-parole du ministère, a cependant eu ces propos : « Ce que je veux signaler, c’est que l’affaire Meng Wanzhou n’est en aucun cas une simple affaire judiciaire. » Pour le fonctionnaire chinois, « il y a derrière tout cela de fortes visées politiques, et une manipulation politique ». Il a une fois de plus demander au Canada de libérer sa compatriote.

Avec l’AFP

Lire aussi

Justin Trudeau finit par propulser vers la sortie son ambassadeur en Chine

Share
Mots-clés : ,
Publié dans : Économie, International, Internet et technologies, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*